Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Rétention des talents’

Les tendances observées en 2017 et leur impact sur la rémunération des travailleurs

Les changements survenus cette année dans le marché de l’emploi et ceux qui pointent à l’horizon nous révèlent une chose : suivre les tendances du marché et de la rémunération importe plus que jamais.

De manière générale, la situation de l’emploi au Canada s’est améliorée en 2017. Selon l’Enquête sur la population active menée en octobre dernier par Statistique Canada, « par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi a enregistré une hausse de 308 000 (+1,7 %), sous l’effet de l’augmentation de l’emploi à temps plein de 397 000 (+2,7 %) et de la baisse du nombre de personnes travaillant à temps partiel de 89 000 (‑2,5 %). Au cours de la même période, le nombre total d’heures travaillées a augmenté de 2,7 %. »

Cela dit, on ne peut nier que le marché de l’emploi au pays a connu son lot de changements en 2017. En effet, entre les efforts déployés pour hausser le salaire minimum, l’évolution du projet de loi 148 en Ontario, la mondialisation en marche, l’épineux dossier de l’ALÉNA et l’essor des travailleurs virtuels, l’impact que subit notre façon de travailler et d’être rémunéré est bien réel.

Hausse du salaire minimum
Le 1er octobre 2017, le salaire minimum a augmenté pour la quatrième fois en autant d’années. Il se situe désormais entre 10,35 $ et 13,60 $ à l’échelle du Canada. Et ce n’est pas fini : en Ontario, il passera à 15 $/l’heure d’ici 2019. Dans un tel contexte, il est crucial pour un employeur d’évaluer son effectif actuel et de formuler une stratégie de rémunération qui s’aligne sur l’inévitable hausse des coûts de la main-d’œuvre.

Projet de loi 148 : Loi pour l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois

Le projet de loi 148 a maintenant franchi l’étape de la troisième lecture, ce qui signifie qu’il est en voie d’être adopté. Son adoption entraînera des changements considérables sur les plans de la rémunération et des besoins en personnel en Ontario. L’un des éléments sur lesquels repose le projet est le fardeau financier qu’exercent les fluctuations de l’économie sur les ménages ontariens [1].

Voici quelques propositions du projet de loi :

  • Hausse du salaire minimum à 15 $/l’heure d’ici 2019
  • Exige un salaire égal pour les travailleurs à temps plein, à temps partiel, contractuels, temporaires et saisonniers
  • Droit à un horaire, à des vacances et à des congés d’urgence personnelle

Les économistes prédisent que si le salaire minimum devait atteindre 15 $/l’heure, l’effet se ferait indirectement sentir chez les employés dont le salaire se situe déjà au-dessus de ce seuil. Aussi, la hausse des salaires se traduirait par une augmentation, pour l’employeur, des dépenses liées à la paie comme les impôts, les avantages sociaux et les cotisations à l’assurance-emploi, au Régime de pensions du Canada et au régime de retraite de l’entreprise.

Mondialisation

La mondialisation est une tendance lourde qui bouleverse l’écosystème manufacturier canadien depuis plusieurs années. Les réductions de tarif, les accords de libre-échange, sans oublier les réductions de coûts en transport et communication, ont contribué au renforcement de cette tendance[2]. Les industries manufacturières au Canada ont dû composer avec une intense concurrence internationale, particulièrement au chapitre des importations provenant de pays en voie de développement, où les salaires sont très bas. L’augmentation du salaire minimum en 2017, tout comme ses futures augmentations, montre que l’écart concurrentiel n’est pas prêt de se résorber, bien au contraire; la tâche des entreprises manufacturières canadiennes en sera d’autant plus difficile.

En plus, l’Internet, les technologies et les réseaux informatiques facilitent l’impartition dans d’autres secteurs de l’emploi comme les affaires, les TI et le service à la clientèle. Il n’est pas rare, par exemple, de contacter le service à la clientèle d’une entreprise canadienne et d’être servi par un agent dans un autre pays.

La mondialisation n’épargne pas le marché canadien et, inévitablement, la rémunération du personnel des secteurs touchés.

Renégociation de l’ALÉNA

Le changement d’administration aux États-Unis en 2017 a entraîné la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain, ouvrant la porte à une augmentation des taxes frontalières pour les produits exportés aux États-Unis. Un tel changement serait majeur pour le commerce extérieur canadien; il nous forcerait notamment à conclure de nouveaux accords en Europe et en Asie, en plus de placer bon nombre de nos entreprises en concurrence directe avec les entreprises américaines[3].

Essor des travailleurs virtuels
Une des tendances croissantes de l’emploi en 2017 est celle des travailleurs virtuels, qui, grâce aux plateformes en

Une des tendances croissantes de l’emploi en 2017 est celle des travailleurs virtuels, qui, grâce aux plateformes en ligne comme Freelancer.com et UpWork, créent des profils, vantent leurs compétences et offrent leurs services partout sur la planète. Ce courant est d’ailleurs en voie de disperser aux quatre vents une variété d’emplois traditionnels comme l’adjoint administratif, le rédacteur et l’adjoint en marketing. En fin de compte, le fait de confier des projets à une main-d’œuvre meilleur marché augmente le bénéfice des employeurs et influe sur la rémunération.

Besoin d’aide pour élaborer un plan de rémunération qui tient compte de ces courants? Aucun problème, on l’a fait pour vous! Le Guide salarial 2018 d’Adecco vous offre un aperçu éclairé du marché canadien de la rémunération au moyen de données réparties par poste, province et taille d’entreprise.

Communiquez avec votre succursale Adecco pour recevoir un exemplaire imprimé gratuit ou restez à l’affut pour la sortie de notre Guide salarial 2018 en version numérique au début décembre.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources

 


[1] Bill 148: Fair Workplaces, Better Jobs Act, 2017, September 2017

http://www.occ.ca/wp-content/uploads/2013/05/Proposed-Changes-to-Ontarios-Employment-and-Labour-Laws-CANCEA-Final-September-2017.pdf

[2] Rapport final sur l’examen portant sur l’évolution des milieux de travail, chapitre 3, mai 2017

https://www.ontario.ca/fr/document/rapport-final-sur-lexamen-portant-sur-levolution-des-milieux-de-travail/chapitre-3-evolution-des-pressions-et-des-tendances

[3] Enquête sur la population active, octobre 2017
https://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/171103/dq171103a-fra.htm?HPA=1

 

5 conseils pour conserver vos meilleurs employés

 

Le marché du travail est toujours plus compétitif, aussi les employeurs ont-ils souvent de la difficulté à conserver leurs meilleurs talents. Tantôt ils cherchent de meilleures conditions, tantôt ils se font courtiser par des recruteurs avec des offres trop belles pour refuser.

Chez Adecco, nous savons que les excellents employés sont durs à trouver. Pour vous aider à tirer votre épingle du jeu, nous vous offrons cinq conseils pour conserver vos meilleurs employés :

  • Donnez à vos employés des occasions de développement

Bon ou mauvais, aucun employé ne veut être coincé dans un « cul-de-sac » professionnel. Le développement à l’interne commence dès le premier jour! Établissez un processus d’accueil et d’intégration solide qui comprend des formations individuelles, un programme de mentorat et des ressources de formation additionnelles. Assurez-vous que les collègues se sentent toujours appréciés et motivés. Envisagez de dresser un calendrier d’évaluation pour rencontrer chaque employé individuellement, fixer des objectifs et créer un plan d’action qui l’aidera à progresser. En mettant l’accent sur le développement, vous montrez à vos employés que vous croyez à leur réussite.

  • Créez une culture d’entreprise positive

Au cours de leur vie, les Canadiens passent en moyenne 90 000 heures au travail[i]. C’est un tiers de notre vie! C’est pourquoi on parle souvent de son milieu de travail comme d’une deuxième famille. Veillez à entretenir ces relations. Planifiez des dîners, célébrez les anniversaires et les fêtes, organisez des concours et d’autres activités pour souder votre équipe. Ces petits incitatifs mettront de la bonne humeur dans le lieu de travail et entraîneront une amélioration du taux de présence et de la ponctualité.

  • Instaurez une communication ouverte entre la direction et le personnel

On dit souvent que les employés ne quittent pas des entreprises, mais des gestionnaires. Dans votre bureau, imposez une politique de « porte ouverte » à vos gestionnaires afin qu’ils soient plus approchables aux yeux des employés. Encouragez les employés à parler des problèmes qu’ils rencontrent et de leurs idées pour améliorer votre bureau. Lancez la conversation! Tenez des réunions hebdomadaires pour discuter les problèmes au travail, souligner les réussites et faciliter le dialogue entre la direction et le personnel.

  • Favorisez l’équilibre travail-famille

L’omniprésence de la technologie dans nos milieux de travail fait rapidement évoluer nos méthodes de travail. Travail autonome, horaires flexibles, télétravail : grâce à la facilité de travailler à distance par Internet sur toutes sortes de plateformes, les travailleurs ont plus de liberté que jamais. Considérez la possibilité de fournir à vos employés des ordinateurs portables et de leur permettre de travailler de la maison un jour par semaine. Vous pourriez aussi leur proposer un horaire flexible en leur demandant de travailler un certain nombre d’heures par semaine selon leur propre horaire, ou encore les payer à l’heure et leur permettre de quitter quand ils ont terminé leur charge de travail. Quand on offre à un employé la possibilité de mieux concilier travail et vie personnelle, il devient plus productif et plus heureux!

  • Consultez les sites web de statistiques ou un guide salarial

Si vous n’offrez pas un salaire et des avantages sociaux concurrentiels, vous êtes déjà hors-jeu. La rémunération représente un énorme facteur d’attraction pour les meilleurs employés. Ils connaissent leur valeur, et si une autre entreprise leur offre ce montant ou davantage, vous recevrez bientôt leur lettre de démission. En consultant des sites de statistiques d’emploi réputés ou un guide salarial, vous pourrez offrir une rémunération juste dès le départ. Par ailleurs, n’oubliez pas que la rémunération ne se limite pas au salaire. Les avantages sociaux jouent aussi beaucoup pour attirer les meilleurs. Assurez-vous d’avoir un régime d’avantages sociaux aussi diversifié que votre personnel pour répondre à ses besoins.

Si vous souhaitez recevoir le Guide salarial 2018 d’Adecco, contactez votre représentant local pour en recevoir un exemplaire gratuit. Surveillez aussi la sortie de la version numérique de notre Guide salarial 2018 au début de décembre.

Hélas, il n’existe pas de remède miracle pour enrayer complètement les départs. Néanmoins, en matière de rétention des employés, les petits gestes ne sont jamais en vain. Quand un employé ressent de la satisfaction et de la reconnaissance dans son travail, il risque moins de consulter les sites de recherche d’emploi ou d’accepter l’appel du recruteur. En embauchant ces gens, vous leur avez montré que vous croyez en eux. Maintenant, donnez-leur une raison de croire en vous!

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez la section Ressources pour employeurs sur adecco.ca.


[i]  The Globe and Mail, 2017

https://beta.theglobeandmail.com/life/top-five-tips-for-creating-work-with-purpose/article36352867/?ref=http://www.theglobeandmail.com&