Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Articles Lēad’

L’automatisation : les possibilités pour le monde du travail.

par Federico Vione, directeur de la région Amérique du Nord, Royaume-Uni et Irlande pour Adecco et Pontoon.

Les avancées technologiques mènent à d’incroyables innovations, mais plus que jamais, on redoute l’effet de ces progrès sur le monde du travail.

Cette peur, c’est celle de l’employé qui lit que l’automatisation menace de faire disparaître la moitié des emplois en Amérique du Nord, et craint que le sien soit bientôt désuet.

Cette peur, c’est également celle de l’employeur, qui prend des risques et engage des dépenses en adoptant ces nouvelles technologies.

Et oui, cette peur, les agences du secteur du placement l’éprouvent aussi quand elles voient leurs clients accorder de plus en plus de place à la robotique et à l’automatisation.

Or, la peur est aussi synonyme de défis – et de possibilités.

Nous sommes entrés dans une période de transition, pas d’extinction. L’automatisation redéfinit bien sûr petit à petit le monde du travail, et les emplois de demain seront différents de ceux que nous connaissons. Mais il y aura encore du boulot. Aux employeurs et aux employés de préparer le terrain… et à nous de les aider. Adecco collabore avec des organisations de partout dans le monde à la création de programmes de formation à l’emploi visant à outiller les travailleurs.

Car il faut insister sur les promesses de ce qui vient, et l’Université de Phoenix a récemment diffusé une publicité exemplaire à cet égard. Elle met en vedette « Rosie la rivetrice » qui subit un dur coup lorsque l’automatisation lui fait perdre son boulot. Comment s’en sort-elle? En retournant sur les bancs d’école, évidemment. Elle y acquiert de nouvelles compétences qu’elle met ensuite à profit dans un domaine que l’automatisation n’a pas encore pris d’assaut.

C’est une histoire inspirante, mais que faire, concrètement? Qu’est-ce que VOUS devez faire? Si vous êtes un employé, tentez d’évaluer si vos tâches sont susceptibles d’être automatisées. C’est le cas? Alors préparez-vous sans tarder. Comme Rosie, développez des compétences qui feront de vous un atout, peu importe les pressions technologiques. Si vous êtes un employeur, soyez conscient de votre pouvoir : vous pouvez investir dans vos employés pour le bien de votre entreprise. Offrez à votre personnel des occasions d’accroître sa résilience et d’acquérir les compétences que l’évolution de votre domaine rendra incontournables.

Mon collègue Stephan Howeg, chef du marketing et des communications chez Adecco, a récemment publié un article sur le site du Forum économique mondial, « Why robots should inspire hope, not fear ». J’éprouve le même optimisme à l’égard de l’avenir, et c’est un sentiment qui rejaillit sur toute l’organisation.

Notre confiance en notre capacité de préparer la main-d’œuvre à composer avec les nouvelles technologies n’a d’égale que notre fierté de remplir cette mission en collaboration avec des gouvernements, des entreprises et des chercheurs d’emploi.

 

Federico Vione est directeur de la région Amérique du Nord, Royaume-Uni et Irlande pour Adecco et Pontoon. 

Federico Vione s’est joint à l’équipe d’Adecco en 1999 à titre de directeur de succursale, avant d’être nommé directeur de la région Abruzzes-Molise. En 2001, il est devenu directeur des comptes majeurs nationaux pour le secteur des produits chimiques et pharmaceutiques, puis du secteur du commerce à grande échelle. En 2002, M. Vione a été nommé directeur général de l’entreprise de recrutement professionnel Ajilon s.r.l. Deux ans plus tard, il est devenu directeur général d’Ajilon Suisse. En 2005, il a été nommé responsable de projet de la gestion des comptes mondiaux du Groupe Adecco, puis chef de l’Europe de l’Est. En janvier 2009, il est devenu directeur national d’Adecco en Italie. De 2010 à 2012, il a occupé le poste de vice-président de l’Assolavoro (Associazione Nazionale delle Agenzie per il Lavoro), en Italie.

Une journée dans la vie d’une représentante des ventes nationales

par Wendy Smith, directrice nationale des ventes, Adecco Canada

Depuis 18 ans, les ventes sont au cœur de mon travail dans le secteur du placement. Je n’ai d’ailleurs pas peur de le dire : j’adore ce que je fais. Qui dit passion dit enthousiasme et dans notre industrie, ça se traduit par un désir sincère d’aider nos clients à trouver la perle rare.

Bien menées, les ventes représentent en fait un service, et sont le fondement de nombreuses entreprises. En tant que directrice nationale des ventes pour le Groupe Adecco, j’ai le mandat de déterminer les besoins du client, et de concevoir une solution faite sur mesure pour lui.

Pour qui occupe un poste comme le mien, une journée typique commence par l’organisation. Je planifie avant tout, en tenant à jour un calendrier hebdomadaire et mensuel assorti d’objectifs à court et à long terme. Pour devenir un vendeur de haut niveau, il faut apprendre à respecter un horaire strict.

Mais ce n’est pas tout, car pour brasser des affaires d’or, il faut se consacrer à l’essentiel : prospecter, prospecter et prospecter encore. C’est ce qui me permet de compter en tout temps sur un généreux bassin de clients potentiels, et c’est pourquoi je discute avec des gens tous les jours – peu importe les circonstances.

Quand vous abordez un client potentiel, il devient votre public. Et pour le séduire, vous devez d’abord comprendre à qui vous vous adressez. Si vous vous présentez à une rencontre sans trop connaître l’expérience, le point de vue et les besoins de la personne devant vous, vous partez du mauvais pied. Les appels exploratoires où vous parlez à des décideurs de l’entreprise sont donc incontournables : c’est le moment de recueillir un maximum de renseignements. Pour ma part, j’en profite pour en savoir plus sur leurs problèmes de recrutement, leurs pratiques internes, leurs buts et objectifs futurs et, surtout, les services qu’ils recherchent. Qu’est-ce ce que je gagne à récolter cette information (et d’autres détails, si possible)? Dans un scénario idéal, je veux devenir un prolongement des RH de l’entreprise pour vraiment pouvoir évaluer en quoi nos solutions et services peuvent lui profiter.

Mais il m’arrive aussi de travailler avec notre équipe des offres de service sur des demandes de propositions d’envergure, ce qui me permet de collaborer avec des professionnels du Groupe Adecco de partout au pays et dans le monde. Les avenues que nous recommandons le plus souvent à ces gros clients sont notre Programme de fournisseur principal, notre Programme de fournisseur principal+, la gestion de sites et le recrutement conseil.

Vendre devient beaucoup plus facile quand vous offrez un produit ou un service de haute qualité qui s’accompagne d’un service à la clientèle impeccable – c’est le cas chez Adecco, et je suis fière d’en faire partie. Nous disposons de ressources inégalées, ce qui nous permet de proposer aux clients les services qu’il leur faut, et de leur recommander la bonne stratégie en matière de main-d’œuvre, qu’elle soit locale, nationale ou mondiale.

Le Groupe Adecco amène individus et organisations à travailler de façon plus rentable et efficace. Nous avons chaque jour une influence positive sur des millions de gens, et c’est un honneur de pouvoir rencontrer nos clients actuels et potentiels et leur expliquer les avantages de faire équipe avec nous pour combler leurs besoins en personnel.

La grande mission d’une directrice nationale des ventes, c’est donc de comprendre les besoins de chaque client, de concevoir une solution personnalisée et de mettre en œuvre nos programmes en veillant à offrir un service hors pair et une valeur sans égale. C’est vraiment ce qui distingue Adecco de la concurrence.

Avec le temps, j’ai réalisé que pour les meilleurs vendeurs, conclure la transaction n’est pas le but premier : ils veulent d’abord aider leurs clients à envisager une meilleure solution. Je me fais toujours un devoir de gagner la confiance des clients potentiels, d’asseoir ma crédibilité auprès d’eux, et de demeurer ensuite à leur entière disposition. Le Groupe Adecco a fait sa place en tenant compte des besoins et des objectifs de chaque organisation.

 

Wendy Smith compte plus de 18 ans d’expérience dans le secteur du placement. Elle a occupé plusieurs postes en cours de route, et cette polyvalence sert bien nos clients. Elle a fait ses débuts comme recruteuse, les aidant à combler leurs besoins en main-d’œuvre temporaire ou permanente, et a dirigé nos plus importantes succursales ontariennes.

Dotée d’une compréhension poussée des processus et des activités de recrutement, elle fournit aux clients un portrait clair du marché, et les oriente vers la solution qui correspond le mieux à leurs objectifs.

À titre de membre de l’équipe des ventes nationales du Groupe Adecco, elle rencontre nos clients nationaux pour s’assurer qu’Adecco propose et met en œuvre les solutions de main-d’œuvre idéales, et gère toutes les négociations contractuelles.

Passionnée par l’industrie du placement, elle ne perd jamais de vue sa priorité : veiller à ce que le client profite dès le début de services adaptés à ses besoins.

CHAMPION D’ACSESS : Adecco Canada Adecco Canada ouvre des portes aux leaders de demain

par ACSESSS Canada

Pour ouvrir grand les portes de son bureau pendant un mois, Gilbert Boileau, président d’Adecco Canada, a dû accepter de sauter dans l’inconnu.

Et il l’a fait. En juin, Gilbert a invité Alana Couvrette (représentée ci-dessus avec lui), une étudiante de 22 ans en administration publique et science politique à l’Université d’Ottawa, à l’accompagner dans ses activités dans le cadre du programme PDG pour un mois de l’entreprise. Au fil de son expérience, Alana devait faire part de ses observations sur les médias sociaux.

Gilbert croit dur comme fer que toute personne, peu importe l’échelon, mérite une occasion de se mettre en valeur, mais il avait ses réserves. « Je m’interrogeais sur la façon dont l’expérience s’articulerait. Pourtant, j’avais envie d’en voir le résultat, précise-t-il. Je devais laisser quelqu’un entrer dans ma “bulle”. Pour que le programme fonctionne vraiment, il fallait qu’Alana puisse me suivre toute la journée. Elle devait toujours être présente, notamment pendant des événements, des rencontres avec des clients et des réunions confidentielles avec d’autres collègues. Au bout du compte, ce fut un franc succès, et je recommande sincèrement à tous les PDG de se prêter à l’exercice. »

L’expérience s’est finalement avérée enrichissante pour lui aussi. « C’était tellement stimulant de transmettre mes connaissances à une jeune personne; j’étais fasciné de voir ma réalité à travers les yeux d’Alana. Cela m’a forcé à prendre conscience de choses que je tenais pour acquises depuis des années. Alana m’a d’ailleurs impressionné à bien des égards. Son énergie et son enthousiasme ont gagné plusieurs équipes. Armée de sa formation en politique, elle était curieuse et inquisitrice, et elle m’a posé des questions assez difficiles. Comme elle connaissait très peu notre domaine, j’ai dû lui expliquer bien des choses, ce qui m’a amené à réfléchir à mes façons de faire. »

Alana a été la toute première personne choisie, parmi plus de 2 300 candidats, comme PDG pour un mois d’Adecco Canada; ce programme mondial s’inscrit dans l’initiative Way To Work de l’entreprise. L’enthousiasme de Gilbert à l’égard du programme et sa volonté d’y participer ont été éveillés par l’allocution de la lors d’une conférence internationale de l’entreprise.

« Ce programme nous positionne comme chef de file du secteur : il nous permet d’attirer la prochaine génération de leaders grâce à notre milieu de travail souple, ouvert et inclusif, explique Christine Marinho, directrice du marketing du Groupe Adecco au Canada. Les milléniaux représentent 37 % de la main-d’œuvre au Canada, et 28 % d’entre eux occupent des postes de direction. À l’heure où les baby-boomers quittent peu à peu le marché du travail, nous voulons créer un environnement propice au développement des leaders, au partage des idées et au mentorat à tous les niveaux. Avec le programme PDG pour un mois, nous joignons le geste à la parole : nous ouvrons des portes à un leader exceptionnel, qui racontera son expérience en temps réel à des employés et à des candidats potentiels sur les réseaux sociaux. »

Et Alana, qu’a-t-elle à dire de cette occasion extraordinaire?

« C’était énorme et inspirant sur tous les plans. Je ne savais pas qu’on pouvait accomplir autant en dormant si peu, plaisante-t-elle. Pourtant, je me réveillais tous les matins heureuse de pouvoir recommencer. Je ne savais rien du travail d’un PDG, et je connaissais peu le secteur du recrutement et du placement de personnel. J’avais occupé cinq emplois dans ma vie, et je me retrouvais tout à coup aux côtés d’un PDG. » On peut visionner les vidéos d’Alana pour savoir à quoi ressemblait une journée dans sa vie.

Gilbert et elle se sont immédiatement bien entendus. « Il m’a traitée comme son égale, et nous avons tout de suite plongé tête première dans son horaire chargé. Nous avons rencontré des clients extraordinaires, discuté de leurs besoins et travaillé avec des employés de tous les services. Tout le monde était dévoué et motivé. »

Les employés d’Adecco ont fait forte impression sur Alana. « Ils sont des gens chaleureux et accueillants. J’ai aimé rendre visite aux clients et en apprendre plus sur les services qu’offre Adecco. Il y a bien des fausses croyances, mais je l’ai vu de mes propres yeux : le secteur du placement de personnel est fascinant, et Adecco a à cœur ses clients et ses candidats. J’ai assisté à d’innombrables réunions sur le placement de candidats, et j’ai constaté à quel point on travaillait fort pour obtenir la rémunération et les conditions les plus avantageuses pour les candidats. »

Parmi les moments préférés de Gilbert et d’Alana : leurs discussions, en route pour des rencontres avec des clients, sur des questions touchant le secteur. C’est là qu’ils ont découvert que le fossé générationnel favorise les débats et la compréhension. « Gilbert et moi aimons tous deux être remis en question, être détrompés et constater nos erreurs de raisonnement, explique Alana. Cela a donné lieu à bien des conversations animées entre nous. Son parcours est fascinant, et c’est rare que j’aie l’attention complète de quelqu’un d’aussi expérimenté. Je crois que nous nous sommes poussés à voir le monde à travers les yeux de l’autre. » Alana s’exprime sur la façon dont les milléniaux et les baby-boomers peuvent s’aider à développer leur leadership dans ce  .

Gilbert ajoute : « J’ai apprécié nos débats. Alana remet en question toute personne avec laquelle elle travaille, et je n’y ai pas fait exception. Nous avons eu d’intéressantes discussions, et je suis content d’avoir créé un climat où elle se sentait à l’aise d’exprimer ses opinions. Ce fut révélateur pour nous deux. Le programme est conçu pour profiter à Alana, mais j’ai tellement appris moi aussi. C’est une rare chance que d’avoir quelqu’un assis à nos côtés, qui observe notre façon de travailler. Elle m’a aidé à me voir sous un autre angle, en apportant un regard extérieur. »

Qu’est-ce qui attend Alana, maintenant qu’elle a contribué à diriger pendant un mois le groupe canadien d’une multinationale? Elle est candidate, parmi 48 finalistes de partout dans le monde, au titre de PDG mondial pour un mois, ce qui lui permettrait de suivre Alain Dehaze, le PDG mondial du Groupe Adecco, et de toucher un salaire de 15 000 euros. Vous pouvez aider Alana à réaliser ce rêve, en vous prononçant sur vos candidats favoris. Il suffit de visiter cette page, de la faire défiler jusqu’en bas, et de choisir dix candidats.

« Je suis très fier d’Alana, conclut Gilbert. On l’a parachutée ici, et elle s’en est incroyablement bien tirée. Elle avait une connaissance un peu plus théorique du monde des affaires, et elle a pu en voir la réalité. Elle a fait preuve d’une assurance admirable, quand on considère tout ce qu’elle a vécu; elle a rencontré d’innombrables intervenants et participé à des discussions pragmatiques. D’avoir pu travailler aux côtés du PDG d’une grande entreprise, à son âge, c’est remarquable. »

 

Pour savoir comment votre entreprise pourrait participer à ce programme, communiquez avec nous à acsess@acsess.org.

Un terrain d’entente : réconcilier les milléniaux avec les baby-boomers

par Alana Couvrette, PDG pour un mois 2017

En 2025, les milléniaux représenteront 75 % de la main-d’œuvre à l’échelle mondiale . Étant donné cette projection, j’oserais avancer que l’un des défis les plus colossaux que notre société devra relever sera la réconciliation entre les milléniaux et une génération plus expérimentée, celle des boomers.

Les stéréotypes générationnels sont légion. Les experts soutiennent que les boomers sont vieux, ancrés dans leurs habitudes et technophobes. Les milléniaux, pour leur part, seraient des narcissiques incorrigibles, égoïstes et se croyant tout permis. Or, au lieu de nous accuser de tous les maux, nous aurions avantage à réfléchir de façon constructive et à nous efforcer de trouver comment combler ce fossé générationnel.

Il est vrai qu’on pourrait souhaiter un changement de mentalité à l’échelle individuelle, mais les idées d’avant-garde devraient surtout émerger au niveau macro, c’est-à-dire au sein des organisations. C’est dans les milieux de travail que la réconciliation des générations doit se produire. Les organisations doivent donc jouer un rôle prépondérant pour ouvrir la voie à sa réussite.

L’initiative PDG pour un mois d’Adecco appuie cet effort de réconciliation en abattant les silos institutionnels et hiérarchiques. D’un côté, elle permet aux milléniaux d’interagir directement avec les membres de la haute direction, ce qui lui donne l’occasion de puiser à leur savoir-faire et à leur vaste expérience. C’est donc un outil pour transférer la mémoire institutionnelle des baby-boomers aux jeunes générations.

De l’autre côté, l’initiative incite les hauts dirigeants à sortir de leur zone de confort et à accueillir des idées nouvelles. Dans un monde en constante évolution, les milléniaux peuvent aider les boomers à demeurer pertinents.

Cela dit, pour créer du changement, il n’est pas nécessaire de mettre sur pied des initiatives aussi élaborées que PDG pour un mois. On peut recourir à des idées très simples, comme un programme de mentorat ou des dîners hebdomadaires avec la haute direction afin de favoriser le dialogue entre les employés.

Nous ne devons pas poursuivre cet objectif simplement parce que « c’est la chose à faire ». L’union des générations repose aussi sur des motifs pragmatiques : l’investissement dans la construction de ponts intergénérationnels se traduira à terme par une culture du travail plus forte et plus efficace.

Notre avenir sera intergénérationnel. Pour y connaître du succès, il faudra – plus tôt que tard – mettre au point les bonnes stratégies organisationnelles.

[1] https://www.forbes.com/sites/workday/2016/05/05/workforce-2020-what-you-need-to-know-now/#3b1973c2d632

Les multiples facettes du PDG

par Alana Couvrette

D’accord, je l’avoue : avant de commencer l’aventure du programme PDG pour un mois d’Adecco Canada, quand j’entendais le terme « PDG », je pensais voitures de luxe, jets privés, accès exclusif à des événements tout aussi exclusifs, bref, à quelqu’un qui a le monde à sa portée.

Mais la réalité est bien plus complexe que ce qu’on voit dans les films. Je souhaitais prendre quelques instants pour réfléchir au rôle d’un PDG, en me basant sur mes expériences dans le programme. Un PDG est…

… un médiateur.
La vie d’un PDG n’est pas toujours chic. Il se trouve souvent pris entre deux feux dans des situations très difficiles, et doit savoir concilier des points de vue opposés afin que les parties puissent parvenir à un accord. Il a un don pour trouver un terrain d’entente.

… la meilleure personne pour résoudre un problème.
Le PDG est confronté à des problèmes des plus épineux, c’est-à-dire des dossiers qui n’ont pas encore été résolus et qui, avant d’atterrir sur son bureau, sont passés par plusieurs niveaux de gouvernance. Et non seulement règle-t-il des problèmes, mais il en crée aussi, de manière stratégique. En effet, les défis peuvent devenir source de croissance pour les personnes et les entreprises, et le PDG connaît le moment exact où il doit pousser et celui où il doit être plus prudent.

… un touche-à-tout, qui maîtrise tout.
Le PDG connaît son entreprise comme le fond de sa poche. C’est un généraliste expert, capable de passer d’un domaine à l’autre avec aisance et assurance, à un rythme qui peut être étourdissant pour la plupart des gens!

… un raconteur.
Le PDG a une histoire pour tout et ses récits servent à illustrer ses propos. Ayant porté plusieurs chapeaux au cours de sa carrière, il a des « vies antérieures » qui refont inévitablement surface. Par ses histoires, le PDG intéresse, inspire, motive et convainc ceux et celles qui l’entourent : il raconte ses débuts dans l’entreprise, communique ses valeurs et explique où il veut se rendre.

… le patron, mais pas nécessairement celui auquel on pense.
Le PDG n’est pas forcément inaccessible, ou quelqu’un autour de qui il faut marcher les fesses serrées. Il y a une multitude de styles de leadership, et aucun n’est meilleur qu’un autre; chaque PDG – homme ou femme – apporte des compétences uniques. À tous ceux et celles qui songent à assumer un poste de direction, retenez ceci : pour connaître du succès comme PDG, vous n’avez pas à faire comme votre prédécesseur.

… un mentor et un mentoré
Le PDG sait que le fait de mentorer des employés les aide à avoir du succès, ce qui se répercute sur toute l’entreprise. Or, ce n’est pas parce qu’un PDG se trouve au sommet qu’il n’a pas de modèle. Ils veulent tous suivre les traces d’un « héros ».

Alors que j’arrive à la moitié de mon parcours comme PDG pour un mois d’Adecco Canada, je tâcherai de garder en tête les qualités que je viens d’énumérer.

Le meilleur PDG est celui qui forge son propre chemin. Celui qui est unique et authentique.

Comment un endroit où il fait bon travailler peut encore s’améliorer? Partie 2

shutterstock_291602933En début de semaine, nous avons annoncé qu’Adecco Canada faisait partie de la liste de Great Place to WorkMD de 2016.

 

gptw_Canada_Meilleurs lieuxdetravail_2016_rgbLes opinions exprimées par Sandra Hokansson, présidente et directrice nationale d’Adecco, représentent ce que nous ressentons tous par rapport à cette récompense respectée : « Lorsqu’une organisation prestigieuse telle que l’Institut Great Place to Work reconnaît ce que je vois tous les jours dans l’ensemble des bureaux et des succursales d’Adecco – le personnel qui se dévoue pour aider les clients et les gens à la recherche d’un emploi, le rire et la collaboration qui résonnent des bureaux, un milieu de travail rempli de gens qui font d’Adecco leur chez-soi depuis des années et un flux de bénévoles enthousiastes à l’égard de nos programmes sociaux – cela prouve vraiment que la culture d’Adecco travaille pour les gens qui aident autrui à trouver du travail. Nous sommes véritablement honorés d’être reconnus une fois de plus. »

Si nous sommes toujours sur un petit nuage et que nous continuons à célébrer, nous voulions également profiter de l’occasion pour engager une conversation sur la création de lieux de travail extraordinaires pour tous les Canadiens. Notre blogue précédent a relevé l’importance de la transparence, d’une bonne direction, de l’écoute, de la participation des employés à la prise de décision, de la formation, des possibilités d’avancement professionnel et du plaisir au travail comme facteurs clés pour faire en sorte que les milieux de travail représentent plus qu’un emploi. La liste se poursuit ci-dessous avec des thèmes que le personnel d’Adecco et l’Institut GPTW ont présentés comme étant essentiels à un lieu de travail exceptionnel :

 « Notre équipe est très spéciale et nous nous considérons comme une famille. Nous demeurons responsables parce que nous refusons de manquer à nos obligations envers notre équipe et cela fait toute la différence… »

Lorsqu’une organisation crée un milieu de travail de renommée mondiale pour ses employés, leur motivation et leur engagement s’accroissent. Et lorsque le personnel se donne corps et âme, les employeurs doivent reconnaître sa contribution au succès de l’organisation de la façon qu’il préfère. Adecco offre divers modes de reconnaissance et de compensation pour que chaque employé se sente apprécié de la façon qui lui convient. Les gestionnaires reçoivent une trousse d’outils de reconnaissance comprenant des cartes, des certificats et des coupons personnalisables qui leur permettent de montrer de manière spontanée leur appréciation à l’égard de leur équipe. Les directeurs et les membres d’équipe au meilleur rendement reçoivent une surprise comme un panier-cadeaux, un dîner pizza, un bouquet de ballons, un repas fait maison par un vice-président régional ou même une occasion de devenir patron pour la journée. Nous avons également des récompenses Keystone officielles qui reconnaissent les membres du personnel illustrant le mieux les valeurs de l’entreprise, ainsi que le concours Superstar qui comprend un luxueux voyage toutes dépenses payées pour le gagnant et un invité. Nous distribuons des Certificats de reconnaissance des années de service, étant donné que 35 % de notre personnel est avec nous depuis 5 ans ou plus. Nous remettons un bon nombre de ces récompenses. Lorsque nous remportons un prix pour l’ensemble de l’entreprise (comme faire partie de la liste de GPTW), chaque succursale reçoit une trousse de célébration remplie de banderoles, de collations et de guirlandes! On encourage également les collègues à se reconnaître entre eux au moyen de nominations et d’une section spéciale de notre site intranet pour faire part de succès et d’exploits à l’organisation entière. Nos initiatives de mise en commun ne s’arrêtent pas là – nous offrons de généreux bonus de recommandation lorsque des collègues nous réfèrent des candidats et contribuent à trouver les bonnes personnes pour rejoindre la famille Adecco, nous offrons un programme de participation aux bénéfices à tous les échelons de l’entreprise et utilisons des catégories salariales officielles pour une rémunération concurrentielle pour tous les employés (en fait, nous écrivons un guide à ce sujet).

« En tant que mère célibataire, j’apprécie l’équilibre travail/vie personnelle de cet emploi. »

Les téléphones intelligents, les ordinateurs portatifs et les réseaux virtuels sont omniprésents chez les professionnels; ainsi, le besoin d’un horaire travail-vie personnelle équilibré et de programmes de soutien est plus important que jamais. Adecco accepte les régimes de travail non traditionnels, les possibilités de travail à domicile et les congés flexibles pour ses employés. Le personnel reçoit également plus de jours de vacances que ce qui est exigé par la loi, et la durée des vacances s’accroît en fonction de l’ancienneté. Nous offrons des jours de congé de maladie et des absences payés, des prestations de maladie et d’aide sociale, une assurance-vie et invalidité et un programme de retraite correspondant pour alléger le fardeau du personnel. Les collègues ont également accès à un programme d’aide aux employés et à leur famille qui offre un accompagnement confidentiel pour les aider à surmonter divers défis personnels, familiaux et professionnels. De plus, nous organisons fréquemment des séminaires pour créer un meilleur équilibre et réduire le stress, nous offrons un programme de remboursement des frais de santé et de conditionnement physique, nous maintenons les abonnements à des centres de conditionnement physique à prix réduit et nous offrons des services d’aide au mode de vie comme des programmes d’amaigrissement et d’abandon du tabagisme. Le bonheur au travail commence par la santé.

« Cette entreprise accepte la diversité et y accorde de l’importance – ce qu’on ne trouve pas toujours dans les entreprises aussi grandes que celle-ci. »

Tous les employés et les clients devraient se sentir accueillis, inclus et comme faisant partie d’une équipe. Un élément essentiel des principes de direction d’Adecco est d’avoir « le cœur chaud », mais faire preuve de chaleur dans une grande organisation peut s’avérer exigeant. Afin d’accroître l’intégration, Adecco a commencé un programme de mentorat pour aider les nouveaux employés partout dans nos succursales et bureaux à recevoir des conseils de la part d’un vétéran de l’organisation à leur arrivée. De plus, Adecco contribue activement aux mesures d’adaptation pour les handicaps et à l’embauche d’un personnel diversifié et pluriculturel. Nous garantissons que tous les emplacements de nos succursales sont accessibles, que le contenu de notre site Web et nos applications logicielles respectent les meilleures normes en matière d’accessibilité, que nos mandats déterminent des possibilités de partenariat dans l’ensemble du pays pour appuyer la diversité interne et les efforts de recrutement de nos clients, et que nous collaborons avec divers organismes communautaires (lire davantage à ce sujet ci-dessous). Avoir une multitude de perspectives, d’idées et de possibilités au travail nous renforce tous.

« Adecco est une organisation qui encourage les initiatives socialement responsables tout en investissant dans son personnel. »

Qu’il s’agisse de redonner à la communauté, d’encourager la santé et le conditionnement physique ou de s’engager collectivement à l’atteinte d’un objectif, la responsabilité sociale et environnementale des entreprises devient de plus en plus un critère pour les excellents lieux de travail, plus particulièrement pour la génération Y. Le mot « fierté » revient souvent chez les collègues d’Adecco et cela s’explique en grande partie par les initiatives sociales et environnementales de l’entreprise qui visent à redonner à la communauté. Notre programme Way to Work a été mis en œuvre pour contribuer à l’employabilité globale des jeunes au moyen de possibilités de stage et de mentorat. De plus, notre initiative à succès Win4Youth (site en anglais seulement) a non seulement permis d’accumuler plus de 2 M$ pour les enfants défavorisés partout dans le monde, elle a aussi encouragé les employés d’Adecco à mener un mode de vie plus actif.  Nos quarante succursales sont encouragées à soutenir les organismes communautaires de leur région, surtout ceux qui se concentrent sur l’amélioration de l’employabilité des groupes marginalisés tels que les organisations œuvrant auprès des jeunes, la communauté LGBT, les Premières Nations et d’autres groupes ethnoculturels, les immigrants nouvellement arrivés et les réfugiés. Notre but est de contribuer à la constitution d’une main-d’œuvre canadienne diversifiée et pluriculturelle grâce au mentorat, des présentations, des programmes de recrutement, et en offrant des expériences de travail pertinentes pour aider à lancer de nouvelles carrières. Nous nous engageons également à préserver l’environnement et avons commencé à mesurer notre empreinte de carbone il y a des années. Depuis, nous avons mis sur pied un plan d’action pour réduire notre impact sur l’environnement au moyen d’ententes de travail à domicile, d’éclairage à DEL, de papier recyclé, en choisissant des bâtiments LEED pour nos bureaux et en équipant nos cuisines d’appareils ménagers écoénergétiques. Un milieu de travail qui fait le bien est un bon milieu de travail.

« Adecco ne se contente pas de parler de valeurs; il agit en toutes circonstances afin de les respecter. »

Même un milieu de travail extraordinaire peut relâcher rapidement ses efforts si sa culture d’entreprise demeure inchangée. Un lieu de travail est une entité fluide. Les tendances en milieu de travail changent fréquemment et les valeurs d’hier n’intéressent peut-être pas les travailleurs actuels. Il existe toujours des possibilités d’amélioration continue. Quand Adecco est apparu pour la première fois sur la liste de GPTW en 2014, nous avons créé un comité d’employés dans divers bureaux et départements pour écouter le personnel et déterminer les changements qu’Adecco pourrait apporter pour améliorer et faciliter leurs tâches. Depuis, nous avons pris plus de 75 mesures en réponse directe à leurs demandes! Notre direction s’engage à écouter son personnel. Nous continuons d’analyser les résultats de Great Place to Work tous les ans, nous tenons des groupes de discussion avec des collègues pour générer des idées et des conseils au sujet des améliorations et nous créons des groupes d’action chargés de mener ces idées à bien. Nous cherchons toujours des moyens de relever la barre et d’inspirer d’autres entreprises.

« Je sens qu’on apprécie ma contribution au sein de l’entreprise et que nous travaillons ensemble afin de toujours faire de notre mieux. J’éprouve une véritable fierté pour ce que nous faisons et notre façon de le faire. »  

Si la culture interne, la générosité et l’amélioration continue sont toutes des pierres angulaires d’un excellent lieu de travail, nous croyons qu’un élément supplémentaire fait en sorte que notre personnel est l’un des plus engagés au Canada. Adecco est une agence de recrutement. Par conséquent, en plus de travailler dans un milieu où le dévouement, l’innovation, la progression et le plaisir sont des qualités prisées, nous avons aussi la chance d’aider des milliers de Canadiens à trouver leur milieu de travail exceptionnel! En fait, notre emploi consiste à aider des personnes méritantes à transformer leur vie et celle de leur famille. Voilà la mission qui fait d’Adecco un milieu de travail vraiment exceptionnel.

Adecco Canada est fier de figurer parmi les 50 premières entreprises de la liste Great Place to WorkMD et d’être reconnu comme le 27e meilleur endroit où travailler pour les femmes. Nous souhaitons féliciter à nouveau les autres lieux de travail exceptionnels. La liste complète est publiée dans un rapport national spécial dans le Globe and Mail d’aujourd’hui.

Alors, à votre avis, en quoi consiste un milieu de travail exceptionnel? S’agit-il de la responsabilité sociale d’une entreprise? Des ententes de travail flexibles? Des salles de jeux? De l’énoncé de mission? Dites-le-nous dans les commentaires ci-dessous et sur notre LinkedIn, Facebook et Twitter en utilisant #AdeccoGPTW.