Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Articles Lēad’

Les tendances observées en 2017 et leur impact sur la rémunération des travailleurs

Les changements survenus cette année dans le marché de l’emploi et ceux qui pointent à l’horizon nous révèlent une chose : suivre les tendances du marché et de la rémunération importe plus que jamais.

De manière générale, la situation de l’emploi au Canada s’est améliorée en 2017. Selon l’Enquête sur la population active menée en octobre dernier par Statistique Canada, « par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi a enregistré une hausse de 308 000 (+1,7 %), sous l’effet de l’augmentation de l’emploi à temps plein de 397 000 (+2,7 %) et de la baisse du nombre de personnes travaillant à temps partiel de 89 000 (‑2,5 %). Au cours de la même période, le nombre total d’heures travaillées a augmenté de 2,7 %. »

Cela dit, on ne peut nier que le marché de l’emploi au pays a connu son lot de changements en 2017. En effet, entre les efforts déployés pour hausser le salaire minimum, l’évolution du projet de loi 148 en Ontario, la mondialisation en marche, l’épineux dossier de l’ALÉNA et l’essor des travailleurs virtuels, l’impact que subit notre façon de travailler et d’être rémunéré est bien réel.

Hausse du salaire minimum
Le 1er octobre 2017, le salaire minimum a augmenté pour la quatrième fois en autant d’années. Il se situe désormais entre 10,35 $ et 13,60 $ à l’échelle du Canada. Et ce n’est pas fini : en Ontario, il passera à 15 $/l’heure d’ici 2019. Dans un tel contexte, il est crucial pour un employeur d’évaluer son effectif actuel et de formuler une stratégie de rémunération qui s’aligne sur l’inévitable hausse des coûts de la main-d’œuvre.

Projet de loi 148 : Loi pour l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois

Le projet de loi 148 a maintenant franchi l’étape de la troisième lecture, ce qui signifie qu’il est en voie d’être adopté. Son adoption entraînera des changements considérables sur les plans de la rémunération et des besoins en personnel en Ontario. L’un des éléments sur lesquels repose le projet est le fardeau financier qu’exercent les fluctuations de l’économie sur les ménages ontariens [1].

Voici quelques propositions du projet de loi :

  • Hausse du salaire minimum à 15 $/l’heure d’ici 2019
  • Exige un salaire égal pour les travailleurs à temps plein, à temps partiel, contractuels, temporaires et saisonniers
  • Droit à un horaire, à des vacances et à des congés d’urgence personnelle

Les économistes prédisent que si le salaire minimum devait atteindre 15 $/l’heure, l’effet se ferait indirectement sentir chez les employés dont le salaire se situe déjà au-dessus de ce seuil. Aussi, la hausse des salaires se traduirait par une augmentation, pour l’employeur, des dépenses liées à la paie comme les impôts, les avantages sociaux et les cotisations à l’assurance-emploi, au Régime de pensions du Canada et au régime de retraite de l’entreprise.

Mondialisation

La mondialisation est une tendance lourde qui bouleverse l’écosystème manufacturier canadien depuis plusieurs années. Les réductions de tarif, les accords de libre-échange, sans oublier les réductions de coûts en transport et communication, ont contribué au renforcement de cette tendance[2]. Les industries manufacturières au Canada ont dû composer avec une intense concurrence internationale, particulièrement au chapitre des importations provenant de pays en voie de développement, où les salaires sont très bas. L’augmentation du salaire minimum en 2017, tout comme ses futures augmentations, montre que l’écart concurrentiel n’est pas prêt de se résorber, bien au contraire; la tâche des entreprises manufacturières canadiennes en sera d’autant plus difficile.

En plus, l’Internet, les technologies et les réseaux informatiques facilitent l’impartition dans d’autres secteurs de l’emploi comme les affaires, les TI et le service à la clientèle. Il n’est pas rare, par exemple, de contacter le service à la clientèle d’une entreprise canadienne et d’être servi par un agent dans un autre pays.

La mondialisation n’épargne pas le marché canadien et, inévitablement, la rémunération du personnel des secteurs touchés.

Renégociation de l’ALÉNA

Le changement d’administration aux États-Unis en 2017 a entraîné la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain, ouvrant la porte à une augmentation des taxes frontalières pour les produits exportés aux États-Unis. Un tel changement serait majeur pour le commerce extérieur canadien; il nous forcerait notamment à conclure de nouveaux accords en Europe et en Asie, en plus de placer bon nombre de nos entreprises en concurrence directe avec les entreprises américaines[3].

Essor des travailleurs virtuels
Une des tendances croissantes de l’emploi en 2017 est celle des travailleurs virtuels, qui, grâce aux plateformes en

Une des tendances croissantes de l’emploi en 2017 est celle des travailleurs virtuels, qui, grâce aux plateformes en ligne comme Freelancer.com et UpWork, créent des profils, vantent leurs compétences et offrent leurs services partout sur la planète. Ce courant est d’ailleurs en voie de disperser aux quatre vents une variété d’emplois traditionnels comme l’adjoint administratif, le rédacteur et l’adjoint en marketing. En fin de compte, le fait de confier des projets à une main-d’œuvre meilleur marché augmente le bénéfice des employeurs et influe sur la rémunération.

Besoin d’aide pour élaborer un plan de rémunération qui tient compte de ces courants? Aucun problème, on l’a fait pour vous! Le Guide salarial 2018 d’Adecco vous offre un aperçu éclairé du marché canadien de la rémunération au moyen de données réparties par poste, province et taille d’entreprise.

Communiquez avec votre succursale Adecco pour recevoir un exemplaire imprimé gratuit ou restez à l’affut pour la sortie de notre Guide salarial 2018 en version numérique au début décembre.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources

 


[1] Bill 148: Fair Workplaces, Better Jobs Act, 2017, September 2017

http://www.occ.ca/wp-content/uploads/2013/05/Proposed-Changes-to-Ontarios-Employment-and-Labour-Laws-CANCEA-Final-September-2017.pdf

[2] Rapport final sur l’examen portant sur l’évolution des milieux de travail, chapitre 3, mai 2017

https://www.ontario.ca/fr/document/rapport-final-sur-lexamen-portant-sur-levolution-des-milieux-de-travail/chapitre-3-evolution-des-pressions-et-des-tendances

[3] Enquête sur la population active, octobre 2017
https://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/171103/dq171103a-fra.htm?HPA=1

 

5 conseils pour conserver vos meilleurs employés

 

Le marché du travail est toujours plus compétitif, aussi les employeurs ont-ils souvent de la difficulté à conserver leurs meilleurs talents. Tantôt ils cherchent de meilleures conditions, tantôt ils se font courtiser par des recruteurs avec des offres trop belles pour refuser.

Chez Adecco, nous savons que les excellents employés sont durs à trouver. Pour vous aider à tirer votre épingle du jeu, nous vous offrons cinq conseils pour conserver vos meilleurs employés :

  • Donnez à vos employés des occasions de développement

Bon ou mauvais, aucun employé ne veut être coincé dans un « cul-de-sac » professionnel. Le développement à l’interne commence dès le premier jour! Établissez un processus d’accueil et d’intégration solide qui comprend des formations individuelles, un programme de mentorat et des ressources de formation additionnelles. Assurez-vous que les collègues se sentent toujours appréciés et motivés. Envisagez de dresser un calendrier d’évaluation pour rencontrer chaque employé individuellement, fixer des objectifs et créer un plan d’action qui l’aidera à progresser. En mettant l’accent sur le développement, vous montrez à vos employés que vous croyez à leur réussite.

  • Créez une culture d’entreprise positive

Au cours de leur vie, les Canadiens passent en moyenne 90 000 heures au travail[i]. C’est un tiers de notre vie! C’est pourquoi on parle souvent de son milieu de travail comme d’une deuxième famille. Veillez à entretenir ces relations. Planifiez des dîners, célébrez les anniversaires et les fêtes, organisez des concours et d’autres activités pour souder votre équipe. Ces petits incitatifs mettront de la bonne humeur dans le lieu de travail et entraîneront une amélioration du taux de présence et de la ponctualité.

  • Instaurez une communication ouverte entre la direction et le personnel

On dit souvent que les employés ne quittent pas des entreprises, mais des gestionnaires. Dans votre bureau, imposez une politique de « porte ouverte » à vos gestionnaires afin qu’ils soient plus approchables aux yeux des employés. Encouragez les employés à parler des problèmes qu’ils rencontrent et de leurs idées pour améliorer votre bureau. Lancez la conversation! Tenez des réunions hebdomadaires pour discuter les problèmes au travail, souligner les réussites et faciliter le dialogue entre la direction et le personnel.

  • Favorisez l’équilibre travail-famille

L’omniprésence de la technologie dans nos milieux de travail fait rapidement évoluer nos méthodes de travail. Travail autonome, horaires flexibles, télétravail : grâce à la facilité de travailler à distance par Internet sur toutes sortes de plateformes, les travailleurs ont plus de liberté que jamais. Considérez la possibilité de fournir à vos employés des ordinateurs portables et de leur permettre de travailler de la maison un jour par semaine. Vous pourriez aussi leur proposer un horaire flexible en leur demandant de travailler un certain nombre d’heures par semaine selon leur propre horaire, ou encore les payer à l’heure et leur permettre de quitter quand ils ont terminé leur charge de travail. Quand on offre à un employé la possibilité de mieux concilier travail et vie personnelle, il devient plus productif et plus heureux!

  • Consultez les sites web de statistiques ou un guide salarial

Si vous n’offrez pas un salaire et des avantages sociaux concurrentiels, vous êtes déjà hors-jeu. La rémunération représente un énorme facteur d’attraction pour les meilleurs employés. Ils connaissent leur valeur, et si une autre entreprise leur offre ce montant ou davantage, vous recevrez bientôt leur lettre de démission. En consultant des sites de statistiques d’emploi réputés ou un guide salarial, vous pourrez offrir une rémunération juste dès le départ. Par ailleurs, n’oubliez pas que la rémunération ne se limite pas au salaire. Les avantages sociaux jouent aussi beaucoup pour attirer les meilleurs. Assurez-vous d’avoir un régime d’avantages sociaux aussi diversifié que votre personnel pour répondre à ses besoins.

Si vous souhaitez recevoir le Guide salarial 2018 d’Adecco, contactez votre représentant local pour en recevoir un exemplaire gratuit. Surveillez aussi la sortie de la version numérique de notre Guide salarial 2018 au début de décembre.

Hélas, il n’existe pas de remède miracle pour enrayer complètement les départs. Néanmoins, en matière de rétention des employés, les petits gestes ne sont jamais en vain. Quand un employé ressent de la satisfaction et de la reconnaissance dans son travail, il risque moins de consulter les sites de recherche d’emploi ou d’accepter l’appel du recruteur. En embauchant ces gens, vous leur avez montré que vous croyez en eux. Maintenant, donnez-leur une raison de croire en vous!

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez la section Ressources pour employeurs sur adecco.ca.


[i]  The Globe and Mail, 2017

https://beta.theglobeandmail.com/life/top-five-tips-for-creating-work-with-purpose/article36352867/?ref=http://www.theglobeandmail.com&

 

 

L’automatisation : les possibilités pour le monde du travail.

par Federico Vione, directeur de la région Amérique du Nord, Royaume-Uni et Irlande pour Adecco et Pontoon.

Les avancées technologiques mènent à d’incroyables innovations, mais plus que jamais, on redoute l’effet de ces progrès sur le monde du travail.

Cette peur, c’est celle de l’employé qui lit que l’automatisation menace de faire disparaître la moitié des emplois en Amérique du Nord, et craint que le sien soit bientôt désuet.

Cette peur, c’est également celle de l’employeur, qui prend des risques et engage des dépenses en adoptant ces nouvelles technologies.

Et oui, cette peur, les agences du secteur du placement l’éprouvent aussi quand elles voient leurs clients accorder de plus en plus de place à la robotique et à l’automatisation.

Or, la peur est aussi synonyme de défis – et de possibilités.

Nous sommes entrés dans une période de transition, pas d’extinction. L’automatisation redéfinit bien sûr petit à petit le monde du travail, et les emplois de demain seront différents de ceux que nous connaissons. Mais il y aura encore du boulot. Aux employeurs et aux employés de préparer le terrain… et à nous de les aider. Adecco collabore avec des organisations de partout dans le monde à la création de programmes de formation à l’emploi visant à outiller les travailleurs.

Car il faut insister sur les promesses de ce qui vient, et l’Université de Phoenix a récemment diffusé une publicité exemplaire à cet égard. Elle met en vedette « Rosie la rivetrice » qui subit un dur coup lorsque l’automatisation lui fait perdre son boulot. Comment s’en sort-elle? En retournant sur les bancs d’école, évidemment. Elle y acquiert de nouvelles compétences qu’elle met ensuite à profit dans un domaine que l’automatisation n’a pas encore pris d’assaut.

C’est une histoire inspirante, mais que faire, concrètement? Qu’est-ce que VOUS devez faire? Si vous êtes un employé, tentez d’évaluer si vos tâches sont susceptibles d’être automatisées. C’est le cas? Alors préparez-vous sans tarder. Comme Rosie, développez des compétences qui feront de vous un atout, peu importe les pressions technologiques. Si vous êtes un employeur, soyez conscient de votre pouvoir : vous pouvez investir dans vos employés pour le bien de votre entreprise. Offrez à votre personnel des occasions d’accroître sa résilience et d’acquérir les compétences que l’évolution de votre domaine rendra incontournables.

Mon collègue Stephan Howeg, chef du marketing et des communications chez Adecco, a récemment publié un article sur le site du Forum économique mondial, « Why robots should inspire hope, not fear ». J’éprouve le même optimisme à l’égard de l’avenir, et c’est un sentiment qui rejaillit sur toute l’organisation.

Notre confiance en notre capacité de préparer la main-d’œuvre à composer avec les nouvelles technologies n’a d’égale que notre fierté de remplir cette mission en collaboration avec des gouvernements, des entreprises et des chercheurs d’emploi.

 

Federico Vione est directeur de la région Amérique du Nord, Royaume-Uni et Irlande pour Adecco et Pontoon. 

Federico Vione s’est joint à l’équipe d’Adecco en 1999 à titre de directeur de succursale, avant d’être nommé directeur de la région Abruzzes-Molise. En 2001, il est devenu directeur des comptes majeurs nationaux pour le secteur des produits chimiques et pharmaceutiques, puis du secteur du commerce à grande échelle. En 2002, M. Vione a été nommé directeur général de l’entreprise de recrutement professionnel Ajilon s.r.l. Deux ans plus tard, il est devenu directeur général d’Ajilon Suisse. En 2005, il a été nommé responsable de projet de la gestion des comptes mondiaux du Groupe Adecco, puis chef de l’Europe de l’Est. En janvier 2009, il est devenu directeur national d’Adecco en Italie. De 2010 à 2012, il a occupé le poste de vice-président de l’Assolavoro (Associazione Nazionale delle Agenzie per il Lavoro), en Italie.

Une journée dans la vie d’une représentante des ventes nationales

par Wendy Smith, directrice nationale des ventes, Adecco Canada

Depuis 18 ans, les ventes sont au cœur de mon travail dans le secteur du placement. Je n’ai d’ailleurs pas peur de le dire : j’adore ce que je fais. Qui dit passion dit enthousiasme et dans notre industrie, ça se traduit par un désir sincère d’aider nos clients à trouver la perle rare.

Bien menées, les ventes représentent en fait un service, et sont le fondement de nombreuses entreprises. En tant que directrice nationale des ventes pour le Groupe Adecco, j’ai le mandat de déterminer les besoins du client, et de concevoir une solution faite sur mesure pour lui.

Pour qui occupe un poste comme le mien, une journée typique commence par l’organisation. Je planifie avant tout, en tenant à jour un calendrier hebdomadaire et mensuel assorti d’objectifs à court et à long terme. Pour devenir un vendeur de haut niveau, il faut apprendre à respecter un horaire strict.

Mais ce n’est pas tout, car pour brasser des affaires d’or, il faut se consacrer à l’essentiel : prospecter, prospecter et prospecter encore. C’est ce qui me permet de compter en tout temps sur un généreux bassin de clients potentiels, et c’est pourquoi je discute avec des gens tous les jours – peu importe les circonstances.

Quand vous abordez un client potentiel, il devient votre public. Et pour le séduire, vous devez d’abord comprendre à qui vous vous adressez. Si vous vous présentez à une rencontre sans trop connaître l’expérience, le point de vue et les besoins de la personne devant vous, vous partez du mauvais pied. Les appels exploratoires où vous parlez à des décideurs de l’entreprise sont donc incontournables : c’est le moment de recueillir un maximum de renseignements. Pour ma part, j’en profite pour en savoir plus sur leurs problèmes de recrutement, leurs pratiques internes, leurs buts et objectifs futurs et, surtout, les services qu’ils recherchent. Qu’est-ce ce que je gagne à récolter cette information (et d’autres détails, si possible)? Dans un scénario idéal, je veux devenir un prolongement des RH de l’entreprise pour vraiment pouvoir évaluer en quoi nos solutions et services peuvent lui profiter.

Mais il m’arrive aussi de travailler avec notre équipe des offres de service sur des demandes de propositions d’envergure, ce qui me permet de collaborer avec des professionnels du Groupe Adecco de partout au pays et dans le monde. Les avenues que nous recommandons le plus souvent à ces gros clients sont notre Programme de fournisseur principal, notre Programme de fournisseur principal+, la gestion de sites et le recrutement conseil.

Vendre devient beaucoup plus facile quand vous offrez un produit ou un service de haute qualité qui s’accompagne d’un service à la clientèle impeccable – c’est le cas chez Adecco, et je suis fière d’en faire partie. Nous disposons de ressources inégalées, ce qui nous permet de proposer aux clients les services qu’il leur faut, et de leur recommander la bonne stratégie en matière de main-d’œuvre, qu’elle soit locale, nationale ou mondiale.

Le Groupe Adecco amène individus et organisations à travailler de façon plus rentable et efficace. Nous avons chaque jour une influence positive sur des millions de gens, et c’est un honneur de pouvoir rencontrer nos clients actuels et potentiels et leur expliquer les avantages de faire équipe avec nous pour combler leurs besoins en personnel.

La grande mission d’une directrice nationale des ventes, c’est donc de comprendre les besoins de chaque client, de concevoir une solution personnalisée et de mettre en œuvre nos programmes en veillant à offrir un service hors pair et une valeur sans égale. C’est vraiment ce qui distingue Adecco de la concurrence.

Avec le temps, j’ai réalisé que pour les meilleurs vendeurs, conclure la transaction n’est pas le but premier : ils veulent d’abord aider leurs clients à envisager une meilleure solution. Je me fais toujours un devoir de gagner la confiance des clients potentiels, d’asseoir ma crédibilité auprès d’eux, et de demeurer ensuite à leur entière disposition. Le Groupe Adecco a fait sa place en tenant compte des besoins et des objectifs de chaque organisation.

 

Wendy Smith compte plus de 18 ans d’expérience dans le secteur du placement. Elle a occupé plusieurs postes en cours de route, et cette polyvalence sert bien nos clients. Elle a fait ses débuts comme recruteuse, les aidant à combler leurs besoins en main-d’œuvre temporaire ou permanente, et a dirigé nos plus importantes succursales ontariennes.

Dotée d’une compréhension poussée des processus et des activités de recrutement, elle fournit aux clients un portrait clair du marché, et les oriente vers la solution qui correspond le mieux à leurs objectifs.

À titre de membre de l’équipe des ventes nationales du Groupe Adecco, elle rencontre nos clients nationaux pour s’assurer qu’Adecco propose et met en œuvre les solutions de main-d’œuvre idéales, et gère toutes les négociations contractuelles.

Passionnée par l’industrie du placement, elle ne perd jamais de vue sa priorité : veiller à ce que le client profite dès le début de services adaptés à ses besoins.

CHAMPION D’ACSESS : Adecco Canada Adecco Canada ouvre des portes aux leaders de demain

par ACSESSS Canada

Pour ouvrir grand les portes de son bureau pendant un mois, Gilbert Boileau, président d’Adecco Canada, a dû accepter de sauter dans l’inconnu.

Et il l’a fait. En juin, Gilbert a invité Alana Couvrette (représentée ci-dessus avec lui), une étudiante de 22 ans en administration publique et science politique à l’Université d’Ottawa, à l’accompagner dans ses activités dans le cadre du programme PDG pour un mois de l’entreprise. Au fil de son expérience, Alana devait faire part de ses observations sur les médias sociaux.

Gilbert croit dur comme fer que toute personne, peu importe l’échelon, mérite une occasion de se mettre en valeur, mais il avait ses réserves. « Je m’interrogeais sur la façon dont l’expérience s’articulerait. Pourtant, j’avais envie d’en voir le résultat, précise-t-il. Je devais laisser quelqu’un entrer dans ma “bulle”. Pour que le programme fonctionne vraiment, il fallait qu’Alana puisse me suivre toute la journée. Elle devait toujours être présente, notamment pendant des événements, des rencontres avec des clients et des réunions confidentielles avec d’autres collègues. Au bout du compte, ce fut un franc succès, et je recommande sincèrement à tous les PDG de se prêter à l’exercice. »

L’expérience s’est finalement avérée enrichissante pour lui aussi. « C’était tellement stimulant de transmettre mes connaissances à une jeune personne; j’étais fasciné de voir ma réalité à travers les yeux d’Alana. Cela m’a forcé à prendre conscience de choses que je tenais pour acquises depuis des années. Alana m’a d’ailleurs impressionné à bien des égards. Son énergie et son enthousiasme ont gagné plusieurs équipes. Armée de sa formation en politique, elle était curieuse et inquisitrice, et elle m’a posé des questions assez difficiles. Comme elle connaissait très peu notre domaine, j’ai dû lui expliquer bien des choses, ce qui m’a amené à réfléchir à mes façons de faire. »

Alana a été la toute première personne choisie, parmi plus de 2 300 candidats, comme PDG pour un mois d’Adecco Canada; ce programme mondial s’inscrit dans l’initiative Way To Work de l’entreprise. L’enthousiasme de Gilbert à l’égard du programme et sa volonté d’y participer ont été éveillés par l’allocution de la lors d’une conférence internationale de l’entreprise.

« Ce programme nous positionne comme chef de file du secteur : il nous permet d’attirer la prochaine génération de leaders grâce à notre milieu de travail souple, ouvert et inclusif, explique Christine Marinho, directrice du marketing du Groupe Adecco au Canada. Les milléniaux représentent 37 % de la main-d’œuvre au Canada, et 28 % d’entre eux occupent des postes de direction. À l’heure où les baby-boomers quittent peu à peu le marché du travail, nous voulons créer un environnement propice au développement des leaders, au partage des idées et au mentorat à tous les niveaux. Avec le programme PDG pour un mois, nous joignons le geste à la parole : nous ouvrons des portes à un leader exceptionnel, qui racontera son expérience en temps réel à des employés et à des candidats potentiels sur les réseaux sociaux. »

Et Alana, qu’a-t-elle à dire de cette occasion extraordinaire?

« C’était énorme et inspirant sur tous les plans. Je ne savais pas qu’on pouvait accomplir autant en dormant si peu, plaisante-t-elle. Pourtant, je me réveillais tous les matins heureuse de pouvoir recommencer. Je ne savais rien du travail d’un PDG, et je connaissais peu le secteur du recrutement et du placement de personnel. J’avais occupé cinq emplois dans ma vie, et je me retrouvais tout à coup aux côtés d’un PDG. » On peut visionner les vidéos d’Alana pour savoir à quoi ressemblait une journée dans sa vie.

Gilbert et elle se sont immédiatement bien entendus. « Il m’a traitée comme son égale, et nous avons tout de suite plongé tête première dans son horaire chargé. Nous avons rencontré des clients extraordinaires, discuté de leurs besoins et travaillé avec des employés de tous les services. Tout le monde était dévoué et motivé. »

Les employés d’Adecco ont fait forte impression sur Alana. « Ils sont des gens chaleureux et accueillants. J’ai aimé rendre visite aux clients et en apprendre plus sur les services qu’offre Adecco. Il y a bien des fausses croyances, mais je l’ai vu de mes propres yeux : le secteur du placement de personnel est fascinant, et Adecco a à cœur ses clients et ses candidats. J’ai assisté à d’innombrables réunions sur le placement de candidats, et j’ai constaté à quel point on travaillait fort pour obtenir la rémunération et les conditions les plus avantageuses pour les candidats. »

Parmi les moments préférés de Gilbert et d’Alana : leurs discussions, en route pour des rencontres avec des clients, sur des questions touchant le secteur. C’est là qu’ils ont découvert que le fossé générationnel favorise les débats et la compréhension. « Gilbert et moi aimons tous deux être remis en question, être détrompés et constater nos erreurs de raisonnement, explique Alana. Cela a donné lieu à bien des conversations animées entre nous. Son parcours est fascinant, et c’est rare que j’aie l’attention complète de quelqu’un d’aussi expérimenté. Je crois que nous nous sommes poussés à voir le monde à travers les yeux de l’autre. » Alana s’exprime sur la façon dont les milléniaux et les baby-boomers peuvent s’aider à développer leur leadership dans ce  .

Gilbert ajoute : « J’ai apprécié nos débats. Alana remet en question toute personne avec laquelle elle travaille, et je n’y ai pas fait exception. Nous avons eu d’intéressantes discussions, et je suis content d’avoir créé un climat où elle se sentait à l’aise d’exprimer ses opinions. Ce fut révélateur pour nous deux. Le programme est conçu pour profiter à Alana, mais j’ai tellement appris moi aussi. C’est une rare chance que d’avoir quelqu’un assis à nos côtés, qui observe notre façon de travailler. Elle m’a aidé à me voir sous un autre angle, en apportant un regard extérieur. »

Qu’est-ce qui attend Alana, maintenant qu’elle a contribué à diriger pendant un mois le groupe canadien d’une multinationale? Elle est candidate, parmi 48 finalistes de partout dans le monde, au titre de PDG mondial pour un mois, ce qui lui permettrait de suivre Alain Dehaze, le PDG mondial du Groupe Adecco, et de toucher un salaire de 15 000 euros. Vous pouvez aider Alana à réaliser ce rêve, en vous prononçant sur vos candidats favoris. Il suffit de visiter cette page, de la faire défiler jusqu’en bas, et de choisir dix candidats.

« Je suis très fier d’Alana, conclut Gilbert. On l’a parachutée ici, et elle s’en est incroyablement bien tirée. Elle avait une connaissance un peu plus théorique du monde des affaires, et elle a pu en voir la réalité. Elle a fait preuve d’une assurance admirable, quand on considère tout ce qu’elle a vécu; elle a rencontré d’innombrables intervenants et participé à des discussions pragmatiques. D’avoir pu travailler aux côtés du PDG d’une grande entreprise, à son âge, c’est remarquable. »

 

Pour savoir comment votre entreprise pourrait participer à ce programme, communiquez avec nous à acsess@acsess.org.

Un terrain d’entente : réconcilier les milléniaux avec les baby-boomers

par Alana Couvrette, PDG pour un mois 2017

En 2025, les milléniaux représenteront 75 % de la main-d’œuvre à l’échelle mondiale . Étant donné cette projection, j’oserais avancer que l’un des défis les plus colossaux que notre société devra relever sera la réconciliation entre les milléniaux et une génération plus expérimentée, celle des boomers.

Les stéréotypes générationnels sont légion. Les experts soutiennent que les boomers sont vieux, ancrés dans leurs habitudes et technophobes. Les milléniaux, pour leur part, seraient des narcissiques incorrigibles, égoïstes et se croyant tout permis. Or, au lieu de nous accuser de tous les maux, nous aurions avantage à réfléchir de façon constructive et à nous efforcer de trouver comment combler ce fossé générationnel.

Il est vrai qu’on pourrait souhaiter un changement de mentalité à l’échelle individuelle, mais les idées d’avant-garde devraient surtout émerger au niveau macro, c’est-à-dire au sein des organisations. C’est dans les milieux de travail que la réconciliation des générations doit se produire. Les organisations doivent donc jouer un rôle prépondérant pour ouvrir la voie à sa réussite.

L’initiative PDG pour un mois d’Adecco appuie cet effort de réconciliation en abattant les silos institutionnels et hiérarchiques. D’un côté, elle permet aux milléniaux d’interagir directement avec les membres de la haute direction, ce qui lui donne l’occasion de puiser à leur savoir-faire et à leur vaste expérience. C’est donc un outil pour transférer la mémoire institutionnelle des baby-boomers aux jeunes générations.

De l’autre côté, l’initiative incite les hauts dirigeants à sortir de leur zone de confort et à accueillir des idées nouvelles. Dans un monde en constante évolution, les milléniaux peuvent aider les boomers à demeurer pertinents.

Cela dit, pour créer du changement, il n’est pas nécessaire de mettre sur pied des initiatives aussi élaborées que PDG pour un mois. On peut recourir à des idées très simples, comme un programme de mentorat ou des dîners hebdomadaires avec la haute direction afin de favoriser le dialogue entre les employés.

Nous ne devons pas poursuivre cet objectif simplement parce que « c’est la chose à faire ». L’union des générations repose aussi sur des motifs pragmatiques : l’investissement dans la construction de ponts intergénérationnels se traduira à terme par une culture du travail plus forte et plus efficace.

Notre avenir sera intergénérationnel. Pour y connaître du succès, il faudra – plus tôt que tard – mettre au point les bonnes stratégies organisationnelles.

[1] https://www.forbes.com/sites/workday/2016/05/05/workforce-2020-what-you-need-to-know-now/#3b1973c2d632