Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Employeurs’

Que signifie un faible taux de chômage pour vous?

Nous avons déménagé! Pour trouver cet article et d’autres comme lui, visitez adecco.ca/blogue et n’oubliez pas de vous inscrire. Le Canada ayant connu un faible taux de chômage record au cours de la dernière année, le marché de l’emploi est favorable aux candidats. Les entreprises se disputent âprement les talents et doivent composer avec une hausse des salaires horaires moyens. Même si le taux de chômage commence à remonter, il faut garder à l’esprit que l’importance du faible taux de chômage dans votre stratégie de recrutement.

La hausse du taux de chômage à 5,7 % en juillet fait suite à des mois de creux records de cet important indicateur économique. Le taux de chômage a même atteint son plus bas niveau en 43 ans, soit 5,4 %, en mai et, bien malgré son augmentation, il est toujours inférieur à ce qu’il était en juillet 2018. Nous continuerons de surveiller la situation au cours des prochains mois, mais pour l’heure, examinons les avantages et les inconvénients d’un taux de chômage peu élevé pour les Canadiens.

Lire la Suite

Travailler ensemble : comment gérer les milléniaux

Nous avons déménagé! Pour trouver cet article et d’autres comme lui, visitez adecco.ca/blogue et n’oubliez pas de vous inscrire. Comment travailler avec les milléniaux : Gilbert Boileau, le président d’Adecco Canada, en sait quelque chose, ayant encadré de talentueux membres de cette génération dans le cadre du programme PDG pour un mois. Dans cet article, Gilbert et Frances Doria, la PDG pour un mois de cette année, livrent leurs impressions sur l’écart entre les générations, ainsi que de précieux conseils à tous ceux qui gèrent des milléniaux ou travaillent avec eux.

Au cours des trois dernières années, j’ai eu le privilège de travailler avec trois brillants milléniaux dans le cadre du programme PDG pour un mois d’Adecco. Chaque année, le candidat retenu du volet canadien du programme m’accompagne pendant un mois. N’ayant pas souvent la chance de côtoyer des personnes qui font leurs premiers pas dans notre domaine, c’est une expérience rafraîchissante et l’occasion pour moi de me remettre en question et de réévaluer ma vision du monde, tout en contribuant à l’essor de jeunes professionnels.

Par ailleurs, le programme a suscité des discussions animées avec mes collègues boomers au sujet des milléniaux. Ces échanges m’ont permis de comprendre que la notion « milléniaux contre boomers » est une fausse dichotomie. En tant qu’êtres humains, nous aimons classer les choses dans des catégories qui nous permettent de mieux les comprendre. Regrouper les personnes d’un certain âge et les appeler « milléniaux » ou « boomers » est une façon commode de se représenter un groupe pourtant très hétéroclite. En effet, les expériences d’un jeune de Toronto seront nécessairement fort différentes de celles d’une personne à Madrid, à New Delhi ou à Saint Louis.

Je suis entré sur le marché du travail alors que le taux de chômage oscillait entre 10 et 14 pour cent et que les emplois étaient extrêmement rares. Si j’avais grandi avec le faible taux de chômage que nous connaissons aujourd’hui, j’aurais probablement fait peu de cas de la loyauté envers l’employeur et j’aurais changé d’emploi au fil des occasions, comme le font les milléniaux de nos jours.

À la faiblesse du taux de chômage s’ajoute une abondance de choix grâce à la technologie. Un marché favorable aux employés couplé à des technologies de recrutement en constante évolution nous donne à tous un accès facile à l’emploi et favorise le roulement de personnel.

Les entreprises peuvent créer des conditions qui stimulent la loyauté envers l’employeur et d’autres valeurs soi-disant incarnées par les boomers, mais je crois que c’est principalement la combinaison de l’économie et de la réalité technologique d’aujourd’hui qui est à la source des différences entre les expériences professionnelles de ces générations de travailleurs.

Dans un souci de représentation équitable, je cède maintenant la tribune à notre PDG pour un mois 2019, Frances Doria.

Voici ce qu’elle a à dire :

Je crois que les milléniaux appartiennent à l’une des générations les plus portées par leurs valeurs. Plusieurs d’entre nous avons grandi avec l’idée que notre voix est une force et que nous sommes capables de provoquer le changement. Dans la sphère professionnelle, cette perspective idéaliste nous a encouragés à chercher du travail là où notre individualité est accueillie et où notre voix peut faire une différence.

Nous avons également grandi à une époque où l’accès à l’information et notre connaissance du monde ont crû de manière exponentielle. Ce changement de culture est survenu durant nos années d’apprentissage et a insufflé en nous une curiosité envers l’immensité du monde et un désir constant d’apprendre.

Dans leur incarnation de ces valeurs axées sur l’individualité et l’apprentissage continu, certains milléniaux peuvent donner l’impression de croire que tout leur est dû. Refuser un emploi pour quelque chose d’aussi banal qu’un code vestimentaire ou aussi fondamental qu’une culture de travail toxique peut donner une impression de « tout m’est dû ». Et il y a peut-être là une part de vérité. Mais c’est justement ce sentiment que tout nous est dû qui est le moteur de notre idéalisme, qui nous fait remettre en question le statu quo et repousser les limites afin de créer un monde meilleur, dans lequel l’individualité de chaque personne peut prendre son essor.

Si les milléniaux sont réputés pour quitter des emplois payants sans raison, plusieurs d’entre nous avons grandi en tant que témoins des traumatismes, du stress et de la désillusion de nos parents et de nos grands-parents face à des milieux de travail structurés et sans pitié. Nous sommes conscients que les conditions du marché du travail d’aujourd’hui nous offrent plus de choix que n’en ont eu nos parents et que cela nous met dans une position privilégiée. C’est donc en hommage aux sacrifices de nos parents et de nos grands-parents que nous nous efforçons de bâtir des cultures de travail saines, dans un lieu que nous serons fiers de considérer comme un deuxième chez nous.

Mon expérience m’a appris que les milléniaux et les boomers sont des gens très différents. Cela dit, il est facile de gérer les milléniaux : traitez-les comme vous traitez vos amis – voyez-les comme des individus, présentez-leur un parcours de croissance et donnez-leur la possibilité d’apprendre constamment.

Même si Frances et moi avons une vision différente des particularités de l’interaction entre nos générations, notre conclusion est essentiellement la même : le succès passe par la compréhension mutuelle des différences de l’autre et la capacité de s’adapter à ses besoins.

Gérer les milléniaux au travail

Voici mes conseils pour bien travailler avec les milléniaux.

Créer un milieu de travail empreint de respect

Gérer les milléniaux au travail : des collègues discutent autour d’un café au bureau

Un effectif multigénérationnel est un effectif diversifié. Comme vous le feriez avec n’importe quel groupe diversifié, vous devez commencer par créer un milieu de travail qui favorise le respect mutuel entre collègues. En reconnaissant vos collègues pour leur contribution professionnelle, vous commencerez à éliminer les stéréotypes associés aux différentes générations et vous donnerez la chance de développer une collaboration fructueuse.

Miser sur les différentes forces de chacun

Créez de la valeur dans votre entreprise en tirant parti des différentes forces de votre personnel. Si les boomers excellent dans les relations avec la clientèle et la connaissance du métier, les milléniaux brillent par leur maîtrise de la technologie, des médias sociaux et du mode multitâche. Mettez à profit ces différentes forces en formant des équipes diversifiées composées de collègues issus de différentes générations.

Promouvoir l’inclusion par le travail en équipe

Nous sommes tous coupables d’entretenir des préjugés. En affaires comme dans les autres sphères de notre vie, nous percevons automatiquement nos ainés comme des sages. Bien entendu, il est plus facile d’écouter un membre de l’équipe plus âgé et plus expérimenté qu’un autre qui a beaucoup moins d’expérience. Lorsqu’une jeune personne vous remet en question, votre réaction immédiate peut être de vous mettre sur la défensive – résistez-la. Vous devez vous demander si vous écoutez cette personne avec la même attention qu’une autre; les chances sont que ce ne soit pas le cas. L’intelligence et l’innovation ne viennent pas avec l’âge. Un préjugé qui vous empêche d’écouter des points de vue diversifiés peut vous nuire.

La collaboration devrait être un incontournable dans tous les projets. Accueillez la diversité qu’apporte une équipe multigénérationnelle et encouragez tant les boomers que les milléniaux à travailler ensemble sur tous les projets. Cette collaboration suscitera un mélange d’idées et de points de vue différents et favorisera la créativité et l’innovation. En prime, en mettant l’accent sur la collaboration au travail, vous aiderez vos collègues à faire fi de leurs différences et à trouver des valeurs communes.

Faire de la communication ouverte une priorité

Employés milléniaux : des gens d’affaires en réunion

La transparence est essentielle, surtout lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins des équipes multigénérationnelles.

Reconnaissez que les boomers et les milléniaux privilégient des styles de communication différents. Les boomers ont tendance à préférer des moyens de communication plus traditionnels, comme les rencontres en personne ou les appels téléphoniques. À l’opposé, les milléniaux ont grandi sous l’influence de la technologie et des médias sociaux. Ils veulent de l’information et des communications rapides et accessibles; c’est la raison pour laquelle ils préfèrent communiquer par courriel ou par messagerie texte. Combinez ces moyens de communication pour répondre aux besoins des deux générations, tout en établissant des voies de communication claires au sein de l’entreprise.

Créer un programme de mentorat

La création d’un programme de mentorat est le moyen idéal pour encourager les milléniaux et les boomers à travailler ensemble dans un environnement non menaçant. Non seulement les programmes de mentorat aident-ils à combler les lacunes dans les connaissances (des deux côtés, bien souvent), ils permettent tant aux milléniaux qu’aux boomers d’apprendre des forces et des styles professionnels des uns et des autres, et de créer un milieu de travail efficace, productif et harmonieux. Par ailleurs, alors que les boomers s’approchent de leur retraite, le mentorat est un bon moyen d’entamer le transfert des connaissances et assurer la continuité au sein de l’entreprise.

Personnellement, le programme PDG pour un mois a redynamisé mon approche à l’égard du travail. Lorsque vous êtes en affaires depuis longtemps, il est facile de vous cantonner dans une pensée linéaire. L’intégration d’une personne débutante dans l’entreprise est le meilleur moyen de se rappeler à quel point vos débuts ont été difficiles. Pour répondre aux questions de Frances au sujet de l’entreprise et pour lui expliquer les choses de manière cohérente, j’ai dû revenir à l’essentiel, me remettre en question et réexaminer l’entreprise du point de vue d’une personne de l’extérieur. Cela m’a permis non seulement d’initier Frances à notre secteur, mais aussi de revoir mon processus décisionnel.

Malgré de nombreuses inquiétudes et d’innombrables réflexions, il est possible pour les boomers et les milléniaux de bien travailler ensemble. Il suffit de faire preuve d’ouverture, de compréhension et de patience.

Pour en savoir plus sur le programme PDG pour un mois d’Adecco, cliquez ici. Pour apprendre comment poser votre candidature, cliquez ici.

 

Nous avons déménagé!

Nous avons déménagé! Visitez adecco.ca/blogue pour lire nos plus récents articles sur le marché canadien de l’emploi et faire le plein de renseignements utiles pour les employeurs. Nous ne mettrons plus à jour ce blogue à compter du 1er octobre 2019. Pour rester à l’affût de nos articles, INSCRIVEZ-VOUS ICI.

Bien mener une entrevue de départ : les questions à poser

Le roulement du personnel est inévitable. Mais chaque départ d’employé est une occasion d’en savoir plus sur la gestion de votre entreprise et de l’améliorer le cas échéant. Suivez ce guide pour faire de l’entrevue de départ un atout pour vous et votre société.

L’intégration de l’entrevue de départ dans le processus de fin d’emploi est essentielle : elle vous permet de repérer certaines lacunes dans le fonctionnement de votre entreprise et de mettre en place d’éventuels changements. Si vous ne savez pas trop comment mener une telle entrevue ou ignorez les pratiques exemplaires en la matière, ce guide vous aidera à y voir plus clair et à tirer profit de cette rencontre.

Lire la Suite

L’engagement pour diminuer le taux de roulement

Dans le marché du travail d’aujourd’hui, la réussite d’une entreprise repose sur sa capacité à conserver ses employés. La concurrence pour recruter les talents étant de plus en plus féroce, toute entreprise doit prendre les moyens qui s’imposent pour diminuer son taux de roulement et fidéliser ses meilleurs employés.

Quand un employé quitte une entreprise et doit être remplacé, il en résulte un roulement de personnel. Cette situation est parfois indépendante de notre volonté, comme dans le cas d’un licenciement ou d’une rationalisation des effectifs. Mais le roulement volontaire – soit celui causé par des employés choisissant de quitter votre organisation – peut vous coûter cher. Il vous force à investir massivement dans le recrutement et la formation, ce qui plombe votre bénéfice net. Et c’est sans compter les coûts associés à la perte de productivité.

Lire la Suite

Conseils pour gérer les conflits au travail

Les conflits entre les employés sont inévitables, et vous avez la responsabilité, en tant que directeur, de les gérer. Pour que ces conflits ne minent pas le moral et la productivité de vos troupes, suivez les conseils simples et efficaces qui suivent.

Les conflits au travail peuvent grever vos ressources : selon la Society for Human Resource Management, les équipes de ressources humaines passent en moyenne de 24 à 60 % de leur temps à résoudre des conflits, tandis qu’une étude de Christine Pearson de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill a révélé que 53 % des travailleurs ont perdu du temps à s’en faire à propos d’une confrontation passée ou potentielle avec un collègue. Si des chocs d’opinions ou des dissensions intestines mènent à un conflit, suivez les conseils d’Adecco pour rétablir la productivité au travail.

Lire la Suite

Activités d’équipe à l’extérieur : sortez pour resserrer les liens en 2019

L’été, comme les affaires tournent au ralenti, pourquoi ne pas prendre le temps de consolider l’esprit d’équipe en faisant quelques activités extérieures?

Nous consacrons en moyenne 90 000 heures de notre vie au travail, ce qui signifie que certains d’entre nous passeront beaucoup de temps sous des lumières fluorescentes, rivés à un écran. C’est d’ailleurs pourquoi il faut mettre le nez dehors : délaisser l’ordinateur pour aller prendre l’air améliore la santé mentale et le rendement.

En tant qu’employeur, vous voulez évidemment compter sur des employés heureux, bien dans leur peau et productifs. Et à la lumière des études évoquées ci-dessus, pas de doute qu’en les invitant à sortir, vous contribuez à leur qualité de vie. Voilà pourquoi nous vous proposons nos meilleures activités extérieures de consolidation d’équipe, parfaites pour resserrer les liens en plein air.

1. Appuyez une équipe sportive locale

Activités de consolidation d’équipe : Jeunes joueurs de soccer courant après le ballon

Que le calibre soit ou non professionnel n’a pas d’importance : assister à un événement sportif renforce l’esprit d’équipe. Se réunir hors du bureau permet aux employés d’apprendre à se connaître dans une ambiance plus décontractée, sans compter qu’ils peuvent tous se rallier derrière l’équipe locale!

2. Redécouvrez votre ville

Et si vous tentiez de voir votre ville avec les yeux d’un touriste? Visite d’une attraction, parcours gastronomique, ballade en Segway, excursion en bateau : c’est le temps d’explorer. Vos employés adoreront s’échapper un instant du train-train de la vie de bureau. Qui sait, vous pourriez même découvrir quelque chose et voir votre ville sous un jour nouveau!

3. Foulez les verts pour un tournoi

Quoi de mieux que de s’élancer sur un terrain de golf par une journée chaude et ensoleillée? Pas besoin d’être un pro pour admirer les vues imprenables et c’est toujours agréable de s’initier à quelque chose. Réunissez des joueurs de niveaux variés pour que les débutants soient bien entourés et disputez un tournoi de format meilleure balle ou scramble. L’action se déroulera rondement et les recrues auront beaucoup plus de plaisir.

Activités gratuites ou peu coûteuses

Votre budget est limité? Pas de problème! On peut organiser des activités de consolidation d’équipe sans se ruiner.

1. Tenez une chasse au trésor

Une chasse au trésor est une excellente façon d’améliorer votre dynamique d’équipe et de faire bouger tout le monde. L’an dernier, Adecco Canada en a organisé une au profit de Win4Youth, notre programme sportif international. Nos succursales et services de partout au pays se sont affrontés, soumettant des photos et vidéos des membres de leur équipe en train de relever ensemble les défis lancés par notre siège social. Besoin d’idées pour rendre le tout encore plus stimulant? Voici quelques-uns des défis que nos participants ont dû relever l’an dernier :

  • Prenez une photo avec votre sosie.
  • Prenez une photo de vos équipiers exécutant leur plus belle posture de yoga.
  • Prenez une photo avec le président de l’entreprise.
  • Prenez une photo d’une célébrité canadienne.
  • Tournez une vidéo de vos équipiers dansant avec des étrangers.

2. Faites du bénévolat

Jeux d'équipe sans matérielJeux d'équipe sans matériel: un groupe d'hommes d'affaires lève la main

Cet été, renforcez le moral des troupes et redonnez à votre communauté en faisant du bénévolat en équipe. C’est une excellente façon de mobiliser les employés tout en donnant un coup de main aux moins fortunés et en mettant en valeur votre programme de responsabilité sociale d’entreprise. Les membres de votre équipe seront fiers d’eux-mêmes et de leur organisation.

3. Créez des défis

Pas besoin de quoi que ce soit pour resserrer les liens : il suffit de lancer à vos employés des défis quotidiens, hebdomadaires ou mensuels qui les inciteront à quitter un moment leur écran pour aller prendre l’air. Défi Du sofa au 5 km à l’échelle de l’entreprise? Rencontre mensuelle du service dans un parc? Concours de photographie de nature? À chaque équipe de choisir ses activités et d’établir son degré de compétition amicale, mais pas de doute : en incitant vos employés à prendre une pause et à faire autre chose, les chances sont bonnes que vous les retrouviez plus productifs et motivés lorsqu’ils regagneront leur bureau.

C’est pourquoi Adecco appuie le programme Win4Youth, dans le cadre duquel ses employés internes ou temporaires et ses clients consignent leurs kilomètres et leurs heures d’activité sportive. En fonction des résultats collectifs, l’entreprise verse ensuite un don à Plan International. Le tout pimente notre quotidien d’un peu de compétition tout en nous permettant de prendre conscience de nos efforts et des améliorations qu’ils entraînent. Vous êtes un client d’Adecco? Ralliez le mouvement!

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.