Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Chercheurs d’emplois’

L’évolution du professionnel de l’administration

Le rôle du professionnel de l’administration a évolué pour refléter de nouvelles réalités. L’élargissement des responsabilités et des compétences requises a donné un nouveau sens à ce poste essentiel et une plus grande influence sur l’organisation.

À l’époque

Le métier d’adjoint administratif, ou de secrétaire, comme on l’appelait auparavant, a vu le jour pendant la Révolution industrielle.  En raison de l’expansion industrielle, les entreprises devaient traiter une immense quantité de documents administratifs; on a donc introduit le rôle de secrétaire pour remédier au problème [1] . On trouve dans l’étymologie du mot « secrétaire » un terme latin qui évoquait la notion de confidentialité, comme pour le mot « secret ». En effet, un secretarius était une personne qui supervisait des activités commerciales, généralement celles d’un individu puissant. À l’origine, ces postes importants étaient occupés par des hommes, mais lorsque les femmes ont fait leur entrée sur le marché du travail, les entreprises en ont profité pour leur donner ce rôle, car elles pouvaient leur verser des salaires moindres [11] . Le poste de secrétaire « personnelle » ou « privée », comme on l’appelait souvent, était fort populaire auprès des femmes qui désiraient un statut professionnel. À l’époque, les secrétaires devaient posséder d’excellentes compétences en dactylographie et en communication, car elles devaient répondre à des appels et les répartir, en plus de rédiger des documents à la machine à écrire. Bien que sous-estimées, les secrétaires jouaient un rôle essentiel dans le fonctionnement général du bureau.

De nos jours

Professionnel de l’administration, coordonnateur de bureau ou encore adjoint administratif : il est aujourd’hui impossible de résumer ce poste névralgique à un titre unique, car notre société en constante évolution et l’émergence de nouvelles technologies en ont transformé toutes les facettes. De nos jours, les professionnels de l’administration gèrent les fonctions courantes d’un bureau, mais beaucoup d’entre eux accomplissent des tâches supplémentaires, comme la gestion des budgets, la tenue de livres, la mise à jour de sites Web, l’organisation des préparatifs de voyage et la gestion des réunions. Bon nombre d’organisations recherchent des professionnels de l’administration aux compétences variées, par exemple une bonne vitesse de frappe, la connaissance du vocabulaire technique ou d’autres langues, des aptitudes en comptabilité et de solides compétences en communication pour pouvoir interagir avec le public.

Cette profession, autrefois dominée par les hommes et considérée comme un poste de début de carrière, est maintenant surtout occupée par des femmes et ouvre la voie à des carrières à temps plein, avec des salaires concurrentiels et des possibilités d’avancement professionnel. Pour chaque appel auquel vous répondez, chaque document que vous rédigez, chaque feuille de calcul que vous préparez, et bien sûr pour toutes les nombreuses autres tâches que vous accomplissez tous les jours, merci. Nous vous souhaitons une bonne Journée des professionnels de l’administration!

Vous voulez un emploi dans le domaine de l’administration? Ne cherchez pas plus loin! Nous offrons des milliers de formations en ligne, sur des sujets comme Microsoft Office, et avons tous les outils dont vous avez besoin pour dénicher l’emploi de vos rêves!

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources.


[1] http://money.cnn.com/2013/01/31/news/economy/secretary-women-jobs/index.html

[11] http://money.cnn.com/2013/01/31/news/economy/secretary-women-jobs/index.html

La légalisation du cannabis : ce qu’on en sait jusqu’à maintenant

Après des années de prohibition, le cannabis devrait finalement être légalisé au Canada à l’été 2018. Voici un survol de ce que nous savons à ce jour du processus de légalisation au pays.

Dans le but de lutter contre la distribution illégale et le problème de la consommation chez les mineurs, le Canada s’apprête à légaliser la consommation récréative de cannabis d’ici la fin de l’été. Le vote final pour le projet de loi C-45 doit avoir lieu le 7 juin prochain, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps aux Canadiens pour évaluer tous les aspects de dossier . Que ce soit par les politiques provinciales et les implications juridiques, ou encore par les différences régionales, la légalisation du cannabis touche le pays tout entier de bien des façons.

Élaboration des politiques

Le projet de loi C-45 est en voie de légaliser l’usage récréatif du cannabis au pays, et les provinces et territoires ont l’occasion d’élaborer des politiques afin de mieux répondre aux besoins des consommateurs, tout en gérant les idées et les réactions négatives. En effet, comme les perceptions au sujet du cannabis sont très variées au sein de la population canadienne, le développement des politiques entourant sa légalisation peut s’avérer un exercice complexe. Il faudra l’apport des responsables gouvernementaux, des professionnels de la santé et des autorités policières pour façonner des politiques qui permettront de prévenir la toxicomanie, tout en évitant que le cannabis ne se retrouve entre les mains de mineurs.

Implications juridiques

La légalisation entend réglementer la distribution du cannabis afin de lutter contre le marché noir au Canada. Cependant, bien qu’en légalisant le cannabis le projet de loi C-45 vise à en limiter la distribution et la vente illégales, il vient soulever d’autres préoccupations d’ordre juridique, notamment en ce qui a trait à la conduite d’un véhicule moteur avec facultés affaiblies. En effet, il reste de nombreuses questions réglementaires à régler puisqu’il n’y a présentement pas de consensus sur le temps qui doit s’écouler après la consommation de cannabis pour pouvoir conduire sans danger[i], et aucun moyen parfaitement efficace pour évaluer l’altération des facultés causée par cette substance chez un conducteur.

Perspectives régionales

Même si la production de cannabis sera réglementée par le gouvernement fédéral, les provinces sont individuellement responsables d’établir les limites d’âge et la réglementation entourant la vente de cannabis. L’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick s’en remettront au gouvernement provincial pour la vente, tandis que d’autres dont l’Alberta et le Manitoba accorderont des permis à des détaillants du secteur privé[ii]. Ce sont également les provinces et les territoires qui établiront les restrictions quant à la culture du cannabis à domicile, aux lieux où sa consommation sera autorisée et aux limites de possession personnelle[iii].

Mythes et réalité

Bien que certains puissent penser que l’on verra dès l’été 2018 des gens consommer du cannabis dans les rues des grandes villes canadiennes, ce n’est pas le cas. Tout comme il existe un cadre réglementaire entourant l’alcool, il y aura des règles et des règlements non seulement pour régir la vente de la substance, mais aussi les habitudes de consommation des usagers. La légalisation vise à mieux réglementer la distribution du cannabis, à éviter qu’il ne tombe entre les mains de mineurs et à combattre le crime organisé.

Le projet de loi C-45 a ses détracteurs, mais la collaboration entre les responsables politiques et les autorités policières permettra d’élaborer des politiques dans l’intérêt de la population canadienne.

Nous vous invitons à suivre nos publications sur la légalisation du cannabis au Canada dans notre blogue traitant des politiques organisationnelles et des possibilités d’emploi.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources.


[i] https://www.theglobeandmail.com/globe-drive/culture/commuting/how-much-marijuana-can-i-have-and-still-be-safe-to-drive/article27897258/

[ii] https://globalnews.ca/news/3867467/marijuana-legalization-canada-progress/

[iii] http://www.opha.on.ca/getmedia/6b05a6bc-bac2-4c92-af18-62b91a003b1b/The-Public-Health-Implications-of-the-Legalization-of-Recreational-Cannabis.pdf.aspx?ext=.pdf

 

Le taux de chômage au Canada

Le marché de l’emploi au Canada continue sur son impressionnante lancée. En 2017, le taux de chômage a atteint un plancher jamais vu depuis 40 ans. Et, forte d’une progression de l’emploi pour un 13e mois consécutif, l’année 2018 s’annonce prometteuse.

Aperçu

Le marché de l’emploi au Canada commence l’année en force, porté par les résultats solides des 12 derniers mois. À la fin de l’an dernier, le taux de chômage au pays a atteint un plancher jamais vu depuis 40 ans, l’économie ayant généré 423 000 nouveaux emplois en 2017, dont 394 000 à temps plein. Pour clore l’année, le taux de chômage a perdu 1,2 point de pourcentage, s’établissant à 5,7 % – un record depuis 1976, année où débute la compilation des données comparables. L’emploi global a augmenté de 2,3 %, soit la croissance la plus marquée des 15 dernières années.

Changements démographiques

Le taux d’emploi a connu une progression au sein de tous les groupes démographiques en 2017. Chez les 15 à 24 ans, cette croissance s’est chiffrée à 1,4 % (34 000 emplois), alors que la taille de ce groupe diminuait de 0,5 %. Résultat : une hausse du taux d’emploi, qui atteint 57,2 %. Le taux d’emploi des 25 à 54 ans a quant à lui augmenté de 1,6 %, grâce à l’ajout de 186 000 emplois.
Chez les 55 ans et plus, le taux d’emploi a augmenté de 5,3 % en 2017 – avec un total de 203 000 emplois –, excédant enfin le taux de croissance démographique du groupe. Ces travailleurs ont, pour la plupart, entre 55 et 64 ans.

Croissance provinciale

La hausse du taux d’emploi s’est poursuivie jusqu’en fin d’année. En décembre 2017, le Québec et l’Alberta ont connu les plus fortes hausses, tandis que la Nouvelle-Écosse, la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard ont également connu une progression. Au Québec, décembre marquait le troisième mois consécutif de croissance, avec un gain de 27 000. La province a terminé l’année avec un taux de chômage record de 4,9 %. L’Alberta, malgré une récente récession attribuable au pétrole, suivait le Québec de près; portée par une hausse de 26 000 emplois, en majeure partie à temps plein, l’Alberta a enregistré ses meilleurs résultats en la matière depuis 2014. Dans la foulée d’une hausse considérable en novembre de 44 000 [1] personnes en emploi , l’Ontario a connu une accalmie, tandis que décembre a été marqué par une progression dans les provinces suivantes :
• Nouvelle-Écosse (5 900);
• Saskatchewan (5 000);
• Nouveau-Brunswick (4 200);
• Île-du-Prince-Édouard (900).

Emploi par secteur

Le transport et l’entreposage ont connu la croissance la plus marquée du secteur des services, soit 6,3 %, avec 57 000 emplois. Ce secteur a également été stimulé par la finance, les assurances, l’immobilier et la location (+4,6 % ou 53 000), et les services professionnels, scientifiques et techniques (+3,8 % ou 53 000). Collectivement, le secteur des services a connu en 2017 une progression de l’emploi de 2 %.

Dans le secteur des biens, la fabrication (+5,1 % ou 86 000), les ressources naturelles (+4,6 % ou 15 000) et la construction (+3,6 % ou 51 000) ont affiché une hausse. Après un recul en 2015 et en 2016, les ressources naturelles ont retrouvé le chemin de la croissance, avec 15 000 emplois de plus en 2017. Le secteur des biens constate donc une hausse annuelle de l’emploi global de 3,5 %.

Il y a lieu de croire que le taux de chômage souffrira en 2018 de la promesse réitérée d’augmenter le salaire minimum dans les provinces, et de l’évolution des lieux et des méthodes de travail. Or, ces 12 derniers mois de progression du marché de l’emploi font état d’une économie qui se redresse et qui continue de prendre son élan.

 


[1] http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/171201/dq171201a-fra.htm

Autres statistiques de Statistique Canada :

http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/180105/dq180105a-fra.htm

 

 

Du nouveau pour la nouvelle année – Créer sa propre image de marque

Vous voulez améliorer votre vie professionnelle en 2018? Songez à créer votre propre image de marque en ligne! Une image forte est un excellent moyen de non seulement vous démarquer des tonnes d’autres candidats, mais aussi de mettre en valeur votre expertise et de raconter votre histoire. Voici quelques trucs pour vous aider à vous lancer.

1. Apprenez à vous connaître
Votre image de marque personnelle est surtout efficace lorsqu’elle raconte une histoire cohérente : la vôtre. Pour ce faire, prenez d’abord le temps d’établir vos valeurs et vos objectifs. Songez aux intérêts, aux valeurs et aux capacités que vous voudrez mettre en lumière; cela orientera les interactions avec les membres de votre réseau. Vous pourriez même coucher sur papier ces valeurs; vous aurez ainsi un aide-mémoire pratique quand viendra le temps de publier du contenu.

2. Établissez une présence en ligne
Créer un site Web peut sembler un travail insurmontable. Or, grâce aux nombreux domaines et solutions d’hébergement gratuits, on peut créer un site personnel en quelques clics seulement! Commencez par y inclure votre CV, une courte biographie et des liens vers vos profils sur les réseaux sociaux. Puis, à mesure que croît votre image de marque, ajoutez des pages à votre site, que ce soit un blogue, des pratiques exemplaires de l’industrie ou des exemples de votre travail.

3. Choisissez les meilleures plateformes pour promouvoir votre marque
Trouvez votre public cible afin de déterminer les plateformes les plus efficaces pour l’attirer. Par exemple, si vous œuvrez dans le milieu de la création visuelle, utilisez un réseau axé sur les images, comme Instagram. Si vous évoluez dans un domaine professionnel, optez plutôt pour LinkedIn. En choisissant la bonne plateforme, vous donnerez la meilleure visibilité possible à votre marque.

4. Bâtissez et gérez votre réseau de promotion
Vos amis, collègues et clients constituent d’excellentes ressources pour la promotion de votre image de marque personnelle. Leurs commentaires peuvent influencer la façon dont vous perçoivent de futures relations. Soyez à l’écoute de vos relations existantes et réceptifs à leur égard, tout en ajoutant à votre réseau professionnel des personnes qui œuvrent dans votre domaine et dans des domaines connexes.

5. Soyez à l’affût des nouvelles de votre industrie, et partagez-les
Veillez à être au courant des nouvelles pertinentes et des événements intéressants ayant trait à votre industrie. Non seulement connaîtrez-vous ainsi cette dernière comme le fond de votre poche, mais vous assoirez également votre crédibilité en tant que source de renseignements fiable dans votre domaine. De plus, le partage d’articles, de communiqués de presse et d’autres textes sérieux est aussi un excellent moyen de développer votre réseau professionnel.

6. Soyez constant
Pour que votre image de marque ait du succès, la constance est de mise. Cela comprend le moment où vous choisissez d’entretenir votre image, la plateforme que vous utilisez et les méthodes que vous employez. Établissez un calendrier pour la publication de nouveau contenu. Assurez-vous que tout ce que vous mettez en ligne reflète les croyances et les valeurs que vous avez établies, et que vous utilisez toujours les mêmes réseaux sociaux.

7. Menez vos propres vérifications
Il est bien plus facile d’être proactif que réactif! Restez toujours au fait de votre image publique en tapant votre nom dans Google régulièrement. Veillez à ce que les résultats reflètent vos croyances et vos valeurs. Retirez toute photo ou tout contenu qui ne cadre pas avec l’image que vous voulez projeter.

Nous passons énormément de temps dans le monde numérique. Ainsi, pour renforcer votre présence en ligne, le maintien de votre image de marque personnelle est essentiel. En suivant les étapes simples énoncées ci-dessus pour définir votre image et y adhérer, vous pourrez diffuser exactement ce que vous désirez auprès de votre réseau, de vos futurs employeurs, et du monde entier. Une image de marque personnelle forte vous démarquera de la concurrence et rehaussera votre valeur professionnelle.

Prêt à commencer? Communiquez avec la succursale Adecco de votre région et parlez à un de nos conseillers en recrutement dès aujourd’hui!

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources.

L’an prochain, repensez votre stratégie de recherche d’emploi

Une nouvelle année, c’est souvent le moment de prendre des résolutions professionnelles. Mais ce peut aussi être l’occasion de revoir votre stratégie de recherche d’emploi! Besoin d’aide? Voici quatre conseils pour bien vous lancer!
1. Revoyez votre image « sociale »
Revoir vos profils sur les réseaux sociaux? Voilà qui pourrait tout changer. Les employeurs aiment consulter ces sites pour glaner des renseignements sur les candidats. Mieux vaut donc vous assurer que vos comptes Facebook, Instagram et Twitter vous présentent sous un jour avantageux, et supprimer les photos et le contenu qui pourraient faire mauvaise impression. Veillez également à ajuster vos paramètres de confidentialité pour exercer un plein contrôle sur ce que les autres peuvent voir de vous. Sur LinkedIn, n’inscrivez à votre profil que des compétences pertinentes et à jour. Et si le résumé d’un profil en dit long, vous gagnez aussi à partager des articles qui suscitent la réflexion et qui vous positionnent comme un expert de votre domaine.
2. Faites une refonte de votre CV
Bien des employeurs se feront une image durable d’un candidat à la seule lecture de son CV. Par conséquent, la forme et le fond du vôtre doivent mettre en valeur vos compétences et votre personnalité. Vous ne recevez pas d’appels? On ne vous convoque pas en entrevue? Une refonte du CV s’impose peut-être. Demandez à quelqu’un ce que vous devez améliorer ou consultez des modèles en ligne – vous pourrez ensuite apporter des ajustements. Surtout, n’oubliez pas d’adapter votre CV en fonction du poste convoité. En y intégrant notamment le jargon figurant dans l’offre d’emploi, vous vous assurerez de figurer parmi les résultats de recherche de l’entreprise.
3. Explorez d’autres avenues
Vous visitez en vain les sites de recherche d’emploi? Diversifiez votre plan d’action. Passez à la prochaine étape et écrivez aux entreprises que vous avez ciblées, histoire de vous faire connaître. LinkedIn est le parfait outil à cette fin. Grâce à la fonction de recherche, vous pouvez trouver les responsables du recrutement de bien des entreprises. Envoyez-leur un CV personnalisé ainsi qu’un bref message exposant les compétences qui font de vous le candidat idéal pour le poste. Pas de réponse? Ça ne veut pas dire que votre initiative est passée inaperçue!
4. Soyez réaliste dans vos attentes
Si vous vous attendez à gravir les échelons à la vitesse de l’éclair, vous risquez d’être déçu. Vous faites vos débuts sur le marché du travail? Vous vous réorientez? Alors vous devez établir des attentes réalistes. Recherchez des postes qui offrent des occasions d’avancement. Répondez à une offre qui vous permettra de gagner en expérience et d’acquérir les compétences qui vous rapprocheront de l’emploi dont vous rêvez. En y allant petit à petit et en visant le bon domaine, vous pourriez bien faire des pas de géant plus tard.
Vous devez repenser votre stratégie de recherche d’emploi? Pensez à Adecco. Comme nous proposons chaque jour de nouveaux postes permanents et temporaires, vous avez de bonnes chances de dénicher votre prochain emploi. Inscrivez-vous gratuitement en communiquant avec une succursale près de chez vous.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources

Cinq questions comportementales incontournables en entrevue

Durant le processus d’embauche, l’entrevue vous donne l’occasion d’aller au-delà des compétences spécialisées dont fait état le CV et d’évaluer les compétences générales, le professionnalisme et le potentiel d’adéquation du candidat. Bien sûr, son CV vous indique s’il est qualifié, mais c’est en entrevue que vous trouverez la bonne personne.

Pour que cette rencontre soit vraiment éclairante, voici cinq questions comportementales qui vous aideront à aiguiller la discussion et à mesurer à quel point le candidat cadre bien dans votre culture d’entreprise.

1. Décrivez une situation stressante que vous avez vécue. Comment l’avez-vous gérée?
Cette question vous permet d’évaluer comment le candidat compose avec la pression. Un nouveau milieu de travail s’accompagne souvent de nouveaux défis et facteurs de stress, alors vous voulez choisir quelqu’un qui demeurera productif malgré tout.

2. Décrivez une situation où vous en avez fait plus que nécessaire pour vous assurer d’accomplir le travail.
Cette question vous permet d’évaluer l’éthique de travail. La réponse du candidat en dit long sur son approche des tâches qui lui sont confiées et sa volonté d’en assumer la responsabilité.

3. Parlez-moi d’une situation où vous avez fait preuve de leadership en prenant l’initiative.
En embauchant des employés dotés de fortes compétences en leadership, vous pouvez augmenter la productivité de votre entreprise. Cette question vous permet de repérer ce genre de personne.

4. Nommez-moi trois tactiques auxquelles vous avez eu recours pour gérer des conflits au travail.
Cette question pousse le candidat à vous parler de la manière dont il désamorce les situations tendues. Certes, les conflits sont inévitables quand vous passez beaucoup de temps avec des collègues de travail. Raison de plus pour choisir un candidat qui sait les résoudre de manière productive.


5. Parlez-moi d’une situation où vous avez dû rendre une décision sur-le-champ, et décrivez-la.
Quand vous confiez à quelqu’un certaines tâches quotidiennes, cette personne doit être en mesure de prendre rapidement des décisions qui servent les intérêts de l’entreprise. Cette question peut vous aider à mesurer si le candidat peut y arriver.

Ces questions vous donneront une meilleure idée de la façon dont se comporte le candidat au travail. Vous pourrez donc mieux évaluer sa compatibilité avec le poste à pourvoir et avec votre culture d’entreprise. Mener une entrevue n’est pas toujours facile, mais les questions comportementales vous aident à cibler les qualités associées au poste et à choisir le candidat qui incarne le mieux le profil recherché.

Vous voulez réduire le taux de roulement des nouveaux employés? Adecco peut vous aider. Avec nos professionnels du recrutement et nos tests visant à évaluer les compétences et comportements, nous nous assurons que vous ne rencontrerez que les candidats qui répondent à vos exigences. Communiquez avec une succursale près de chez vous pour découvrir comment nous pouvons maximiser l’efficacité de vos démarches de recrutement.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources