Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Chercheurs d’emplois’

DIX CHOSES À SAVOIR QUAND VOUS ÊTES MIS À PIED!

par Kate Toner, service aux gouvernements au siège social d’Adecco

La nouvelle vous reste en travers de la gorge, car vous avez du mal à l’avaler.

Sans avertir, l’impensable vient de se produire. Cette chose qui n’arrive qu’aux autres, pas à vous. Ce genre d’histoire qu’on se raconte à voix basse entre amis, et qui se conclut sur une remarque pleine d’empathie : « Comme c’est terrible pour lui. »

Ils continuent de parler et parmi les mots qui tournoient, vous retenez cette phrase : « Ça n’a rien à voir avec votre travail. »

Tout en essayant de maîtriser le stress qui vous envahit, vous hochez la tête, comme si vous compreniez.

« Évidemment, on va vous recommander chaleureusement. »

C’est l’alerte rouge maintenant. Votre cerveau fonctionne à plein régime non seulement pour vous aider à rester attentif, mais aussi pour vous empêcher de mal réagir. ET SOUDAIN, VOUS FIGEZ.

VOUS ÊTES MIS À PIED!

Bien sûr, vous avez l’impression que votre cerveau est paralysé… Comme vous vous trompez! En fait, il mène une lutte de tous les instants pour s’assurer que vous réagirez comme il se doit aux événements, en adoptant les comportements requis au bon moment.

Mais comme vous tentez encore de dominer vos émotions, des questions inappropriées se bousculent dans votre tête : « Et Luc Tremblay, lui? Est-ce qu’il est congédié aussi? Est-ce que tout mon service est mis à la porte, ou est-ce que c’est juste moi? C’est seulement un mauvais rêve, non? »

Malheureusement, vous ne vous concentrez pas sur les bonnes questions. Vous ne le comprendrez qu’avec le recul, à moins d’avoir déjà vécu cette situation, de connaître en détail l’histoire d’un proche (votre douce moitié, un ami) à qui c’est arrivé, ou d’avoir lu un billet de blogue sur le sujet!

Votre employeur vous congédie? Voici les dix choses que vous devez faire ou demander.

  1. Prenez le temps de bien lire tout document à signer.

Être mis à pied est une expérience stressante qui entraîne naturellement une réaction émotive immédiate. On vous demandera peut-être de signer un document, et il risque d’être bourré de détails, alors pourquoi ne pas prendre le temps de le lire avant d’accepter quoi que ce soit? Vous comprendrez bien mieux les modalités lorsque vous aurez retrouvé votre calme – et ça vous donnera l’occasion de consulter un avocat, voire de lire les normes fédérales ou provinciales en matière d’emploi, selon ce qui s’applique à votre employeur. Bien des entreprises accepteront de vous laisser du temps, en fixant toutefois une échéance.

Si on vous demande simplement de confirmer que vous avez été avisé de la décision de l’employeur, et non d’accepter de quelconques modalités, vous vous sentirez peut-être prêt à signer sur-le-champ. Exigez tout de même qu’on vous remette une copie du document.

  1. Demandez votre date de fin d’emploi.

Devrez-vous quitter les lieux dès qu’on vous aura annoncé votre congédiement? La politique de l’entreprise vous permet peut-être de retourner d’abord à votre poste de travail pour recueillir vos effets personnels, ou de revenir hors des heures d’ouverture. Le cas échéant, attendez-vous à ce qu’un représentant de l’entreprise vous accompagne. Vous pouvez aussi exiger qu’on aille chercher pour vous ce qu’il vous faut le jour même, et qu’on expédie le reste à votre domicile.

Il se peut aussi qu’on vous demande de travailler pendant une période de préavis, en quel cas vous devez clarifier les attentes. Vous faudra-t-il transmettre vos connaissances? Et si vous travaillez auprès des clients, devrez-vous annuler les rencontres prévues?

De plus, vous devez connaître votre date exacte de fin d’emploi : certaines entreprises vous considèrent comme un employé tant qu’elles vous versent des paiements, ce qui peut retarder le début de vos prestations d’assurance-emploi, si vous y avez droit.

  1. Demandez si on pourrait éventuellement vous réembaucher.

Il est possible qu’on supprime carrément votre poste, ou que vos tâches soient confiées à un autre service. Vous gagnez à avoir l’heure juste. Y a-t-il des postes à pourvoir dans d’autres services ou d’autres succursales? La politique de certaines entreprises interdit la réembauche d’un employé congédié, peu importe les circonstances.

  1. Recevrez-vous des paiements? Si oui, quels en sont le montant et la durée?

C’est une question essentielle à votre planification financière, parce que tout paiement qui vous est versé peut influer sur les prestations d’assurance-emploi que vous touchez au même moment. En effet, les sommes que vous recevez sont prises en compte par Service Canada. Vous pouvez donc faire une demande d’assurance-emploi, mais si votre employeur vous verse encore de l’argent, vous n’aurez peut-être pas droit aux prestations.

Les renseignements à cet égard figurent en principe dans la lettre ou les documents qu’on vous a remis. Vous voulez vous assurer que vos indemnités de départ sont conformes? Consultez un avocat, ou référez-vous aux normes fédérales ou provinciales en matière d’emploi.

  1. Quand serez-vous payé?

La date du paiement final doit respecter la législation provinciale. Renseignez-vous auprès de votre employeur, ou consultez les normes d’emploi ou le code du travail applicables.

  1. Qu’en est-il des commissions ou primes?

La rémunération de certains postes repose sur un salaire de base et des commissions (parfois appelées « primes »). Sachez ce qu’il advient de ces commissions : seront-elles calculées au prorata? Et quand vous seront-elles versées?

  1. Quand votre police d’assurance maladie sera-t-elle résiliée?

Généralement, les normes d’emploi exigent le maintien des avantages auxquels vous avez droit durant votre période de préavis. Consultez votre service des RH ou la personne responsable de l’assurance maladie pour connaître les modalités de votre police.

  1. Aurez-vous droit à des services de replacement?

Bien qu’aucune loi canadienne n’oblige les employeurs à offrir des services de replacement, certaines entreprises le font, souvent par l’entremise d’un tiers, pour faciliter la transition. Il peut entre autres s’agir de services d’orientation ou de réorientation professionnelle, d’aide à la rédaction de CV ou de techniques d’entrevue. Tout ça vous sera utile si vous devez retourner sur le marché du travail pour la première fois depuis longtemps.

  1. Quand recevrez-vous votre relevé d’emploi? Faites un suivi!

Pas de prestations d’assurance-emploi si vous n’avez pas ce relevé obligatoire : vous pouvez quand même présenter une demande, mais ce n’est qu’à partir des renseignements du relevé que Service Canada peut déterminer votre admissibilité et, le cas échéant, le montant et la durée des versements. Veuillez noter que votre employeur peut décider de transmettre électroniquement ce document à Service Canada à la fin de votre période de préavis, plutôt que pendant celle-ci. Si on vous a donné une période de préavis sans que vous soyez tenu de travailler durant toute celle-ci, demandez à votre employeur quand il compte l’envoyer.

Cela dit, si vous pouvez obtenir copie de ce relevé auprès de votre employeur, faites-le. D’ici à ce qu’il le transmette, vous pourrez saisir vos renseignements en ligne, ce qui permettra à Service Canada de traiter sans tarder votre dossier.

  1. Faites tout de suite votre demande d’assurance-emploi.

Même si vous êtes convaincu d’être un candidat attrayant qui n’aura pas besoin de recourir à l’assurance-emploi, la quête d’un nouveau boulot est parfois plus longue qu’on le pense. D’ici à ce qu’on vous fasse une offre d’emploi ou que vous entriez en poste, vous aurez des comptes à payer, alors si vous êtes admissible à des prestations, ne tardez pas.  N’oubliez pas qu’il est possible de présenter une demande sans fournir votre relevé d’emploi, mais que Service Canada ne pourra évaluer votre dossier qu’à la réception de celui-ci.

Vous pouvez présenter une demande à Service Canada en visitant le site au https://www.canada.ca, ou en vous rendant au bureau le plus près de chez vous.

À retenir

Une mise à pied, c’est temporaire – surtout si vous adoptez une attitude proactive.

Parlez à des gens de confiance, à vos proches. Ils vous raconteront des histoires incroyables, et vous serez surpris de constater qu’ils sont plusieurs à avoir traversé la même épreuve. S’ils ont réussi à reprendre du poil de la bête et à se refaire une place, vous le pouvez aussi.

Vous pouvez même en profiter pour changer de cap : c’est peut-être votre chance de retourner à l’école, de voyager ou de lancer votre propre entreprise. Qui sait si ce congédiement ne deviendra pas un tremplin vers quelque chose de plus stimulant?

Quoi qu’on en pense, être mis à pied, ce n’est pas une fin, bien au contraire : c’est un nouveau départ!

 

Rédactrice d’offres de service aux gouvernements au siège social d’Adecco, Kate Toner compte plus de 17 ans d’expérience en rédaction commerciale dans le secteur du placement. En se spécialisant dans les marchés publics, elle a pu peaufiner sa maîtrise du métier tout en contribuant à la conclusion de multiples ententes avec des clients des secteurs public et parapublic (offres permanentes, accords d’approvisionnement, gestion de contrats et statuts préférentiels). En juin 2017, Kate, qui est passionnée par le pouvoir et le rôle de l’écrit dans les communications d’entreprise, célébrait sa première année avec nous.

Avertissement

Le présent billet ne tient pas lieu d’avis juridique. Plusieurs industries doivent se conformer aux normes provinciales en matière d’emploi; certaines sont toutefois assujetties à la réglementation fédérale. Un employé congédié doit toujours se référer à la loi officielle applicable. Pour en consulter la plus récente version, généralement disponible en ligne, communiquez avec le ministère du Travail de votre province ou avec le gouvernement du Canada. Si vous êtes un travailleur syndiqué, renseignez-vous auprès de votre représentant syndical pour connaître vos droits; en vertu de la convention collective, votre employeur pourrait être soumis à d’autres obligations. Le cas échéant, faites appel à un avocat spécialisé en droit du travail pour connaître vos droits légaux.

CHAMPION D’ACSESS : Adecco Canada Adecco Canada ouvre des portes aux leaders de demain

par ACSESSS Canada

Pour ouvrir grand les portes de son bureau pendant un mois, Gilbert Boileau, président d’Adecco Canada, a dû accepter de sauter dans l’inconnu.

Et il l’a fait. En juin, Gilbert a invité Alana Couvrette (représentée ci-dessus avec lui), une étudiante de 22 ans en administration publique et science politique à l’Université d’Ottawa, à l’accompagner dans ses activités dans le cadre du programme PDG pour un mois de l’entreprise. Au fil de son expérience, Alana devait faire part de ses observations sur les médias sociaux.

Gilbert croit dur comme fer que toute personne, peu importe l’échelon, mérite une occasion de se mettre en valeur, mais il avait ses réserves. « Je m’interrogeais sur la façon dont l’expérience s’articulerait. Pourtant, j’avais envie d’en voir le résultat, précise-t-il. Je devais laisser quelqu’un entrer dans ma “bulle”. Pour que le programme fonctionne vraiment, il fallait qu’Alana puisse me suivre toute la journée. Elle devait toujours être présente, notamment pendant des événements, des rencontres avec des clients et des réunions confidentielles avec d’autres collègues. Au bout du compte, ce fut un franc succès, et je recommande sincèrement à tous les PDG de se prêter à l’exercice. »

L’expérience s’est finalement avérée enrichissante pour lui aussi. « C’était tellement stimulant de transmettre mes connaissances à une jeune personne; j’étais fasciné de voir ma réalité à travers les yeux d’Alana. Cela m’a forcé à prendre conscience de choses que je tenais pour acquises depuis des années. Alana m’a d’ailleurs impressionné à bien des égards. Son énergie et son enthousiasme ont gagné plusieurs équipes. Armée de sa formation en politique, elle était curieuse et inquisitrice, et elle m’a posé des questions assez difficiles. Comme elle connaissait très peu notre domaine, j’ai dû lui expliquer bien des choses, ce qui m’a amené à réfléchir à mes façons de faire. »

Alana a été la toute première personne choisie, parmi plus de 2 300 candidats, comme PDG pour un mois d’Adecco Canada; ce programme mondial s’inscrit dans l’initiative Way To Work de l’entreprise. L’enthousiasme de Gilbert à l’égard du programme et sa volonté d’y participer ont été éveillés par l’allocution de la lors d’une conférence internationale de l’entreprise.

« Ce programme nous positionne comme chef de file du secteur : il nous permet d’attirer la prochaine génération de leaders grâce à notre milieu de travail souple, ouvert et inclusif, explique Christine Marinho, directrice du marketing du Groupe Adecco au Canada. Les milléniaux représentent 37 % de la main-d’œuvre au Canada, et 28 % d’entre eux occupent des postes de direction. À l’heure où les baby-boomers quittent peu à peu le marché du travail, nous voulons créer un environnement propice au développement des leaders, au partage des idées et au mentorat à tous les niveaux. Avec le programme PDG pour un mois, nous joignons le geste à la parole : nous ouvrons des portes à un leader exceptionnel, qui racontera son expérience en temps réel à des employés et à des candidats potentiels sur les réseaux sociaux. »

Et Alana, qu’a-t-elle à dire de cette occasion extraordinaire?

« C’était énorme et inspirant sur tous les plans. Je ne savais pas qu’on pouvait accomplir autant en dormant si peu, plaisante-t-elle. Pourtant, je me réveillais tous les matins heureuse de pouvoir recommencer. Je ne savais rien du travail d’un PDG, et je connaissais peu le secteur du recrutement et du placement de personnel. J’avais occupé cinq emplois dans ma vie, et je me retrouvais tout à coup aux côtés d’un PDG. » On peut visionner les vidéos d’Alana pour savoir à quoi ressemblait une journée dans sa vie.

Gilbert et elle se sont immédiatement bien entendus. « Il m’a traitée comme son égale, et nous avons tout de suite plongé tête première dans son horaire chargé. Nous avons rencontré des clients extraordinaires, discuté de leurs besoins et travaillé avec des employés de tous les services. Tout le monde était dévoué et motivé. »

Les employés d’Adecco ont fait forte impression sur Alana. « Ils sont des gens chaleureux et accueillants. J’ai aimé rendre visite aux clients et en apprendre plus sur les services qu’offre Adecco. Il y a bien des fausses croyances, mais je l’ai vu de mes propres yeux : le secteur du placement de personnel est fascinant, et Adecco a à cœur ses clients et ses candidats. J’ai assisté à d’innombrables réunions sur le placement de candidats, et j’ai constaté à quel point on travaillait fort pour obtenir la rémunération et les conditions les plus avantageuses pour les candidats. »

Parmi les moments préférés de Gilbert et d’Alana : leurs discussions, en route pour des rencontres avec des clients, sur des questions touchant le secteur. C’est là qu’ils ont découvert que le fossé générationnel favorise les débats et la compréhension. « Gilbert et moi aimons tous deux être remis en question, être détrompés et constater nos erreurs de raisonnement, explique Alana. Cela a donné lieu à bien des conversations animées entre nous. Son parcours est fascinant, et c’est rare que j’aie l’attention complète de quelqu’un d’aussi expérimenté. Je crois que nous nous sommes poussés à voir le monde à travers les yeux de l’autre. » Alana s’exprime sur la façon dont les milléniaux et les baby-boomers peuvent s’aider à développer leur leadership dans ce  .

Gilbert ajoute : « J’ai apprécié nos débats. Alana remet en question toute personne avec laquelle elle travaille, et je n’y ai pas fait exception. Nous avons eu d’intéressantes discussions, et je suis content d’avoir créé un climat où elle se sentait à l’aise d’exprimer ses opinions. Ce fut révélateur pour nous deux. Le programme est conçu pour profiter à Alana, mais j’ai tellement appris moi aussi. C’est une rare chance que d’avoir quelqu’un assis à nos côtés, qui observe notre façon de travailler. Elle m’a aidé à me voir sous un autre angle, en apportant un regard extérieur. »

Qu’est-ce qui attend Alana, maintenant qu’elle a contribué à diriger pendant un mois le groupe canadien d’une multinationale? Elle est candidate, parmi 48 finalistes de partout dans le monde, au titre de PDG mondial pour un mois, ce qui lui permettrait de suivre Alain Dehaze, le PDG mondial du Groupe Adecco, et de toucher un salaire de 15 000 euros. Vous pouvez aider Alana à réaliser ce rêve, en vous prononçant sur vos candidats favoris. Il suffit de visiter cette page, de la faire défiler jusqu’en bas, et de choisir dix candidats.

« Je suis très fier d’Alana, conclut Gilbert. On l’a parachutée ici, et elle s’en est incroyablement bien tirée. Elle avait une connaissance un peu plus théorique du monde des affaires, et elle a pu en voir la réalité. Elle a fait preuve d’une assurance admirable, quand on considère tout ce qu’elle a vécu; elle a rencontré d’innombrables intervenants et participé à des discussions pragmatiques. D’avoir pu travailler aux côtés du PDG d’une grande entreprise, à son âge, c’est remarquable. »

 

Pour savoir comment votre entreprise pourrait participer à ce programme, communiquez avec nous à acsess@acsess.org.

Le réseautage, un incontournable pour les chercheurs d’emploi

par Andrea Theophilos, marketing des médias sociaux, Adecco Canada

Pourquoi faire du réseautage? Dans le monde des affaires d’aujourd’hui, c’est très important. Que vous soyez chercheur d’emploi ou propriétaire d’entreprise, il est essentiel de rencontrer des gens qui seront pour vous des mentors ou, à tout le moins, qui vous mettront en contact avec des personnes qui vous orienteront dans la bonne direction. Pour certains, aller à la rencontre de nouvelles personnes et tisser des liens va de soi, mais pour d’autres, c’est difficile, voire terrifiant. Comment donc devenir un réseauteur redoutable? Il n’y a pas vraiment de secret : il faut se lancer!

Adhérez à des clubs ou à des groupes, rencontrez des gens qui ont les mêmes intérêts que vous. Faites du bénévolat ou assistez à un événement de collecte de fonds qui vous enthousiasme. Ainsi, il vous sera plus facile de vous plonger dans les activités et d’être disponible pour les personnes qui vous entourent. Pour rencontrer des gens, il faut être visible, et pour construire un réseau solide, il faut interagir. Après le travail, ne filez pas à la maison : sortez souper avec des collègues, participez à des activités dans le coin et assistez à des conférences ou à des événements de réseautage.

La création d’un bon réseau passe aussi par la confiance. Vous devez cultiver des relations sincères et profondes avec vos contacts avant de leur demander un service ou de vous attendre à ce qu’ils vous aident à trouver un emploi. Pour établir des liens de confiance, vous devrez y mettre du temps. N’oubliez pas que si on ne vous connaît pas, on ne vous recommandera pas et on ne vous offrira pas de promotion.

Un réseau solide, c’est aussi un réseau diversifié. Allez au-delà de vos contacts et apprenez à connaître des gens qui ne sont pas comme vous, qui ne font pas partie de votre industrie ou de votre groupe social. Vous devez donc sortir de votre zone de confort et rencontrer des gens de tous les horizons. En diversifiant votre réseau, vous rencontrerez des entremetteurs qui pourront vous présenter d’autres personnes qui, elles, pourront vous être utiles dans votre parcours.

N’hésitez pas à poser des questions franches, qui suscitent la réflexion. Préparez-vous aussi à écouter, à laisser votre interlocuteur parler plus que vous. Ainsi, vous les comprendrez mieux et leur donnerez une impression favorable de votre conversation. En outre, non seulement en apprendrez-vous davantage sur cette personne, mais vous connaîtrez aussi des détails sur lesquels vous pourrez revenir lors d’une autre conversation. N’hésitez pas non plus, pendant une pause, à vous insérer dans une conversation et à vous présenter. Pour la plupart des gens, se faire interrompre n’est pas un problème; ça leur permet de rencontrer quelqu’un de nouveau. Si la conversation est trop sérieuse à votre goût, vous n’avez qu’à vous éclipser poliment.

Pensez aussi à rendre service en mettant en relation des gens de votre réseau. Vous aurez peut-être l’occasion d’être un intermédiaire et de présenter vos contacts d’un autre service ou secteur à un nouveau réseau. Assurez-vous de faire un suivi avec les deux parties pour découvrir comment s’est déroulée leur interaction. Ce type de démarche pourrait un jour vous être utile et vous permet de vous entraîner à jouer vous-même le rôle d’entremetteur.

Vous êtes maintenant sur la bonne voie pour devenir un expert réseauteur.

Bon réseautage!

Andrea Theophilos gère les plates-formes de médias sociaux d’Adecco Canada. Elle possède plus de 18 ans d’expérience en marketing et gestion d’événements au sein des industries du voyage, des soins de santé, de la finance et du gouvernement.

Ce que les milléniaux veulent? Des entreprises plus socialement responsables!

par Alana Couvrette, PDG pour un mois 2017.

Les milléniaux ont parfois mauvaise réputation : on dit qu’ils sont narcissiques et égoïstes, et qu’ils pensent que tout leur est dû. Mais est-ce la vérité? Je ne crois pas…

Par exemple, pour les membres de cette génération, le travail est bien plus qu’un moyen de gagner de l’argent. Ils ont un réel désir de redonner aux communautés d’ici et d’ailleurs. Ainsi, le fait que leur travail ait un sens et qu’ils puissent apporter une contribution positive compte plus que les profits ou le salaire. En fait, selon un récent sondage, 45 % des étudiants s’apprêtant à entrer sur le marché du travail seraient prêts à gagner un salaire moindre si cela signifie avoir un emploi qui a une incidence sociale ou environnementale[1]. Ils veulent travailler pour des entreprises où les bonnes valeurs et le sens éthique sont indissociables de leur modèle d’affaires.

Les entreprises comme Adecco sont bien au fait de cette tendance. Elles savent que pour attirer et retenir ce bassin de talents, la promesse de changer les choses doit faire partie de leur proposition de valeur.

Mais il ne suffit pas de claironner ses valeurs et son sens éthique : il faut des gestes concrets. Les milléniaux sont prêts à retrousser leurs manches et à mettre la main à la pâte pour améliorer les communautés qui leur sont chères. Les entreprises doivent donc leur permettre de participer à fond aux changements qu’ils veulent apporter, par exemple en leur offrant diverses occasions de faire du bénévolat.

Les principales valeurs d’Adecco – la passion, l’esprit d’entreprise, l’esprit d’équipe, la responsabilité et le souci du client – sont au cœur de toutes nos activités. Je l’ai constaté dès mes débuts comme PDG pour un mois d’Adecco Canada et je peux témoigner de leur pertinence dans ce que nous faisons. Nous véhiculons également ces valeurs grâce à notre programme mondial d’engagement des employés, Win4Youth. On y encourage les participants à accumuler les kilomètres (à vélo, à la nage ou à la course), qui sont ensuite convertis en dons qui aideront des jeunes défavorisés à se trouver un emploi.

Le 22 juin 2017, Adecco Canada a tenu sa Journée de la solidarité, un événement annuel consacré à Win4Youth. Notre équipe a passé l’après-midi à courir dans Toronto lors d’une chasse au trésor où se mêlaient photos absurdes et défis amusants. Je suis peut-être la seule, mais je n’avais même pas réalisé que nous avions chacun parcouru environ 9 kilomètres. Multipliez cela par le nombre d’employés du bureau, et ça fait un joli don! Vous êtes curieux de savoir comment s’est déroulé la journée? Regardez cette courte vidéo que j’ai réalisée!

Vous croyez encore que les milléniaux sont égoïstes? Selon le Millenial Survey de Deloitte, 7 800 jeunes leaders de 29 pays croient que le monde des affaires se trompe, et près de 75 % d’entre eux estiment que les entreprises se soucient de leurs propres bénéfices et non de l’amélioration de la société[2].

Toujours du même avis?

 

[1] https://www.forbes.com/sites/jeannemeister/2012/06/07/the-future-of-work-corporate-social-responsiblity-attracts-top-talent/#39aca2c33f95

[2] https://www.fastcompany.com/3046989/what-millennial-employees-really-want

Ma première semaine en tant que PDG pour un mois

par Alana Couvrette

Si vous avez 30 secondes…

Pendant ma première semaine comme PDG pour un mois d’Adecco Canada :
1. j’ai visité les succursales d’Adecco à Montréal et à Laval;
2. j’ai réseauté avec des clients lors d’un petit matin Lead;
3. j’ai dû poser une bonne centaine de questions au président d’Adecco Canada;
4. j’ai tourné une vidéo « 24 heures dans ma vie »;
5. j’ai assisté à une représentation de Volta, du Cirque du Soleil;
6. j’ai passé la moitié de mon dimanche dans un ascenseur (je suis claustrophobe… détails à venir).

Si vous avez cinq minutes…
Les étudiants comme moi sont habitués d’observer les grands patrons de loin. Disons-le franchement, les interactions avec la haute direction sont rares. Je me rappelle nettement m’être demandé, pendant mes stages précédents : « Mais qui travaille là-haut? Et qu’est-ce qu’ils font, au juste? » Ma curiosité a pris le dessus, et je me suis inscrite au concours PDG pour un mois.
Dès ma première journée, j’ai appris que Gilbert s’était donné un objectif ambitieux : visiter toutes les succursales canadiennes d’Adecco. Évidemment, je devais emboîter le pas. Je me suis donc rendue à celles de Laval et de Montréal, où j’ai rencontré le personnel, qui communique quotidiennement avec les employés. Ces rencontres furent enrichissantes; j’ai pu mieux comprendre ce qu’Adecco accomplit sur le terrain. La base de ses activités, bref. L’expérience fut complétée par un petit matin Lead au cours duquel j’ai pu réseauter avec certains clients et me familiariser avec le secteur des RH.

4.jpgAprès les visites de succursales, j’ai eu la chance d’assister à une représentation de Volta, du Cirque du Soleil (un de nos plus gros clients). J’en suis sortie ébahie par ce que peut faire le corps humain… Moi qui suis incapable de me toucher les orteils, j’ai vu des gens se mettre les pieds derrière la tête! Il faut que je trouve le temps de faire de l’exercice malgré mon horaire de PDG.
Cela dit, j’ai quand même eu le temps de me fixer une caméra sur la tête pour tourner une vidéo « 24 heures dans ma vie ». Restez à l’affût pour voir le résultat!

Bien sûr, j’ai aussi passé beaucoup de temps avec Gilbert Boileau. Aussitôt que j’ai mis le pied dans son bureau, il m’a fait travailler sur un projet. J’ai tout de suite su que le prochain mois allait être génial.
J’ai assisté à des appels et à des réunions, en plus de voyager avec Gilbert. Mais ce que j’ai préféré, c’était les moments entre ces appels et ces réunions. Comme je suis formée en administration publique et en sciences politiques et que je ne connais pas tout le jargon des affaires, Gilbert a gentiment pris le temps de m’expliquer certains termes. Nous avons également eu des discussions animées (oserais-je dire des débats?) sur l’industrie, le marché de l’emploi, et même la politique.

Vous ne le savez peut-être pas, mais comme PDG pour un mois d’Adecco Canada, je suis dans la course pour devenir PDG mondial pour un mois du Groupe Adecco. Vers le milieu de la semaine, on a annoncé le premier défi qui attendait les 48 candidats : un « elevator pitch »… dans un ascenseur. Vous ai-je dit que je suis claustrophobe et que j’ai peur des ascenseurs?

Je n’ai pratiquement pas vu la semaine passer, mais j’ai quand même veillé à immortaliser quelques moments (voir les photos ci-dessous). Je suis fin prête pour la deuxième semaine!


Si vous avez plus de cinq minutes….
Suivez-moi au quotidien sur Twitter (@alana_couvrette) et sur Instagram (@alana.couvrette). Utilisez le hashtag #AlanaC1M.
Votez pour la personne qui, selon vous, mérite de participer au camp d’entrainement mondial. Mais avant, allez voir mon « elevator pitch ». À vous de juger!

Santé et sécurité psychologiques au travail

Jusqu’à tout récemment, le concept de santé et sécurité au travail se limitait à la santé et à la sécurité physiques, et les politiques des entreprises ne disaient pas autre chose. Or, en janvier 2013, après des années de prise de conscience graduelle de la manière dont le travail peut affecter la santé mentale des travailleurs, la Commission de la santé mentale du Canada a publié la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, élaborée en concertation avec l’Association canadienne de normalisation (CSA) et le Bureau de normalisation du Québec (BNQ). Selon la Commission, la maladie mentale touchera une personne sur cinq au cours de sa vie. Facteur de stress, d’absentéisme et de perte de productivité, la maladie mentale est aujourd’hui la première cause de demandes d’invalidité au Canada. À ce sujet, la Commission prévoit que les problèmes de santé mentale au travail coûteront près de 200 milliards de dollars à l’économie canadienne au cours des trois prochaines décennies.

La Norme a été créée pour aider les employeurs à rendre leur milieu de travail sécuritaire sur le plan psychologique. Que faut-il entendre par « milieu de travail sécuritaire sur le plan psychologique »? Essentiellement, il s’agit d’un milieu de travail qui prévient les maladies mentales et favorise la santé mentale en créant et en maintenant une atmosphère d’appartenance, de respect, de reconnaissance et de soutien, notamment en s’attaquant aux préjugés associés aux problèmes de santé mentale. Mais pourquoi maintenant? Pourquoi la Commission n’a-t-elle pas créé sa norme plus tôt? Pourquoi les gens s’éveillent-ils maintenant au problème de la santé mentale au travail?

Intimidation en milieu de travail et autres causes de maladies mentales au travail

D’où proviennent les problèmes de santé mentale en milieu de travail? Outre la génétique et les problèmes personnels, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) cite de nombreuses causes liées directement au travail. Parmi celles-ci, mentionnons l’augmentation des charges de travail, le changement constant de priorités, le changement des fonctions associées au poste, l’augmentation des tensions émotionnelles, l’isolement social et les attentes de rendement déraisonnables. De plus, le harcèlement au travail, et particulièrement l’intimidation – qui peut miner la santé mentale d’un employé, et donc sa capacité à bien faire son travail –, est en hausse depuis les années 1990. Selon le Conseil canadien de la sécurité, un Canadien sur six en aurait été victime.

Selon le professeur Aaron Schat, de la DeGroote School of Business de l’Université McMaster, même si le harcèlement en milieu de travail prend diverses formes, l’intimidation au travail est surtout liée à l’écart de pouvoir entre un superviseur et ses subordonnés et peut se traduire par des gestes d’intimidation ou d’humiliation, des insultes ou des formes plus subtiles de dénigrement, comme le fait de lever les yeux au ciel devant son interlocuteur.

L’intimidation en milieu de travail sur le plan juridique

Au Canada, les lois sur la santé et la sécurité au travail divergent d’une région à l’autre, et la plupart d’entre elles n’abordent pas spécifiquement l’intimidation au travail, rappelle le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. Certaines lois l’incorporent simplement dans des articles de portée générale ou comptent sur le fait que les employeurs sont normalement responsables de protéger leurs employés. Toutefois, la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, elle, a rompu avec cette tradition. En effet, elle tient désormais les employeurs responsables des incidents d’intimidation qui surviennent au travail. Bien que l’intimidation en milieu de travail puisse être difficile à prouver, car elle oppose nécessairement deux versions contradictoires, l’Association canadienne pour la santé mentale souligne que les tribunaux sont de plus en plus favorables aux plaignants et pénalisent les employeurs qui omettent de prévenir ou de gérer de façon appropriée de tels incidents. D’ailleurs, certains affirment que lorsqu’on lui laisse libre cours, l’intimidation en milieu de travail est aussi honteuse pour une organisation que la discrimination raciale et le harcèlement sexuel.

Comment créer un milieu de travail psychologiquement sain

À défaut de prévenir les dommages mentaux ou d’y répondre de façon appropriée, les employeurs s’exposent à des conséquences juridiques qui dépassent le cadre de la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario ou de l’intimidation en milieu de travail. En effet, quelle qu’en soit la cause, quelle que soit la situation, une telle omission peut relever des droits de la personne, du droit du travail ou des normes du travail. On comprend donc que malgré le caractère strictement volontaire de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, il est tout à fait dans l’intérêt de l’employeur de prendre ses suggestions au sérieux. Rappelons aussi que pour l’entreprise, l’objectif de créer un milieu de travail psychologiquement sain dépasse la simple crainte des poursuites judiciaires ou du paiement de prestations d’invalidité, c’est une façon de faire preuve de responsabilité sociale et c’est bon pour les affaires. En effet, les milieux de travail sécuritaires sur le plan psychologique affichent des taux de motivation, de productivité, d’attractivité et de rétention supérieurs, autant de facteurs qui contribuent à de meilleurs résultats financiers.

Alors, comment les employeurs peuvent-ils créer un milieu de travail psychologiquement sain? Voici une approche systématique à la portée de tous :

  1. Créer une politique de santé mentale

Créez une politique officielle qui met de l’avant les grands principes de la sûreté psychologique au travail : donner aux employés un sentiment d’accomplissement, permettre la conciliation travail-vie personnelle et établir des objectifs de réussite clairs. Une telle politique donne de la légitimité aux problèmes de santé mentale, auxquels on doit accorder la même importance que les blessures physiques dans les règles de santé et de sécurité, en plus de réduire l’opprobre entourant la maladie mentale chez les employés, particulièrement lorsqu’elle s’accompagne de documentation et de programmes d’aide aux employés. Il est aussi important que les gestionnaires reçoivent de la formation pour apprendre à gérer les problèmes de santé mentale dès leur apparition.

  1. Évaluer le degré de sûreté psychologique

Les employeurs doivent évaluer la sûreté psychologique de leur milieu de travail, notamment en se penchant sur l’absentéisme, les plaintes des employés et les demandes d’invalidité (et en calculant les coûts associés).

  1. Trouver des points à améliorer et passer à l’action

Une fois qu’on a mis le doigt sur les facteurs de stress potentiels et actuels, qu’il s’agisse de problèmes procéduraux ou de personnes qui font de l’intimidation, on doit s’y attaquer promptement pour envoyer le signal aux employés que leur santé mentale est une priorité pour l’entreprise.

  1. Réévaluer la politique et l’améliorer

Une fois la politique de santé mentale implantée, on doit régulièrement la réévaluer pour mesurer son efficacité. Si elle est inefficace, des améliorations doivent être apportées; si elle fonctionne bien, on doit tout de même en faire l’examen pour s’assurer que le succès est toujours au rendez-vous.