Aller au contenu principal

Résultat de Recherche pour 'win4youth'

#Win4Youth : Des nouvelles du camp d’entraînement de triathlon

Les employés et les clients du Groupe Adecco s’unissent dans le cadre du programme Win4Youth pour partager leur passion du sport et améliorer les conditions de vie de jeunes du monde entier. Anne Nguyen est l’une des deux membres de la famille du Groupe Adecco Canada à avoir été choisie pour représenter le programme Win4Youth au triathlon Ocean Lava à Lanzarote, en Espagne. Elle nous fait part de son expérience au camp d’entraînement du Groupe Adecco qui s’est tenu à Gand, en Belgique, en vue du triathlon, qui aura lieu en octobre. 

Le camp d’entraînement en Belgique était bien différent de ce à quoi je m’attendais; cela dit, il a totalement comblé mes espérances. Dans les jours précédant le camp, j’étais extrêmement inquiète de ne pas être au niveau que je souhaitais en natation, en course et en cyclisme. Je regrettais de ne pas avoir commencé mon entraînement plus tôt, car je sentais que je n’étais pas de taille par rapport aux autres ambassadeurs. Mais ce sentiment s’est vite évaporé quand j’ai commencé à m’entraîner à leurs côtés. Tout le monde m’a beaucoup aidé, et les entraîneurs s’adaptaient au niveau de chaque participant. Nous suivions tous notre propre cheminement. En plus, tout le monde s’encourageait. Imaginez : 74 ambassadeurs de 34 pays qui se rassemblent et se poussent à se dépasser!

Cela m’a beaucoup aidé pendant mes quatre jours à Gand. J’ai accompli tellement plus que je m’en croyais capable grâce aux précieux enseignements et conseils d’entraîneurs talentueux, au soutien incroyable de mes collègues ambassadeurs et à beaucoup de travail acharné!

Vélodrome Eddy Merckx

C’était l’épreuve que je redoutais le plus. J’avais regardé des vidéos de la piste circulaire et je me suis fait peur au point de ne plus vouloir y mettre les pieds. Le fait que les vélos n’avaient pas de freins ne m’a certainement pas aidé! Alors que nous attendions notre tour, nous entendions des gens qui chutaient sur la piste. Rien pour me rassurer… Je ne suis pas allée trop vite ou trop haut sur la piste, mais j’ai fini par vaincre ma peur!

Séminaires et exercices

Nous avons assisté à plusieurs séminaires pendant le camp. J’ai particulièrement apprécié celui sur la préparation mentale, où l’on a appris des stratégies pour surmonter les blocages psychologiques – des outils dont je me suis servi la journée même, lors du mini-triathlon!

Mini-triathlon et la combinaison isothermique de l’enfer

Avant le départ du mini-triathlon, nous devions mettre notre combinaison isothermique. Je crois que c’est l’épreuve la plus ardue que j’aie eu à surmonter jusqu’alors : deux entraîneurs ont dû m’aider à l’enfiler! 😊 Puis nous nous sommes lancés. Je crois que tous les participants ont poussé un cri lorsqu’ils sont entrés dans l’eau – elle était si froide! J’ai vite réalisé que la nage en eau libre était bien différente de la nage en piscine. C’était difficile et j’ai dû nager sur le dos pendant la majeure partie de la distance.

Une fois sortis de l’eau, nous avons retiré nos combinaisons et enfourché nos vélos. Le paysage était magnifique, mais nous étions détrempés; je ne pensais qu’au froid qui me tenaillait. Finalement, nous avons couru autour du lac. Normalement, après 1,5 ou 2 kilomètres, j’aurais abandonné et marché. Mais je me suis servi des stratégies de préparation mentale pour trouver une nouvelle énergie et je ne me suis jamais arrêtée… sauf quand j’ai trébuché sur une branche! Il n’y a pas de meilleure sensation que de franchir cette ligne d’arrivée. Avant de commencer, je n’avais aucune capacité athlétique, et j’étais maintenant une apprentie triathlète!

Course urbaine de 10 km

En après-midi, nous avons pris part à une course urbaine de 10 km. J’appréhendais cette épreuve, mais finalement, l’expérience de parcourir la ville et de terminer la course sous les encouragements des autres ambassadeurs était extraordinaire.

Si vous êtes un employé interne ou temporaire du Groupe Adecco Canada et songez à devenir un ambassadeur en 2019, n’hésitez surtout pas à communiquer avec moi ou Christian. C’est une expérience incroyable, et il se dégage du camp d’entraînement une énergie fantastique. En arrivant là-bas, je ne connaissais personne; j’y ai rencontré des personnes de partout dans le monde qui sont devenues des amis pour la vie. Je ressens encore l’énergie et l’enthousiasme du camp. Je sens également l’appui constant de mes collègues ambassadeurs et je suis impatiente de les retrouver à Lanzarote en octobre. En plus c’est pour une bonne cause!

Je sais que les prochains mois seront exigeants. Mais je sais aussi que je serai plus forte et meilleure de jour en jour. J’ai vraiment hâte de découvrir où je me situerai en octobre et comment se déroulera ce nouveau chapitre de ma vie.


Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez ressources.

 

Un message des ambassadeurs canadiens de Win4Youth

Chaque année, les employés et les clients du Groupe Adecco s’unissent dans le cadre du programme Win4Youth pour partager leur passion du sport et améliorer les conditions de vie de jeunes du monde entier. Cette année, à la fin octobre, deux Canadiens feront partie des 70 collègues de partout au monde qui participeront au premier triathlon Win4Youth, présenté par Ocean Lava à Lanzarote, en Espagne.

Anne Nguyen et Christian Robert représenteront le Canada au sein de l’équipe nord‑américaine. Ils ont été choisis pour leur passion pour Win4Youth, leur engagement sur les médias sociaux, leurs efforts de financement et leur adhésion aux valeurs fondamentales du Groupe Adecco. Ils nous racontent ce qui les a menés à devenir ambassadeurs Win4Youth.

Anne Nguyen

Ce qui m’a d’abord poussée à soumettre ma candidature comme ambassadrice, c’est l’occasion de voyager en Europe et de tisser des liens avec des collègues du monde entier. Mais je ne pensais pas pouvoir répondre aux critères de sélection, comme organiser une collecte de fonds et augmenter ma présence sur les médias sociaux. Et si j’étais choisie, est-ce que je serais capable de finir le triathlon?

Tandis que je pesais le pour et le contre, j’ai discuté avec une collègue qui avait de l’expérience en triathlon, et qui m’a fait comprendre que tout était affaire de volonté. J’avais par ailleurs pris la résolution, au début de 2018, de sortir de ma zone de confort.

Quelques jours plus tard, ma décision était prise : je voulais être l’ambassadrice canadienne de Win4Youth, celle qui motiverait les débutants! J’ai donc fait le grand saut. J’avais tout à gagner et rien à perdre.

Avec l’appui de mon gestionnaire, j’ai lancé une compétition entre les succursales de Calgary et d’Edmonton pour savoir laquelle pouvait parcourir le plus de kilomètres en cinq jours – il n’y a rien comme une bataille de l’Alberta pour motiver les troupes! En plus de convaincre presque tout le monde de participer, j’ai recueilli des fonds pour Believe in the Gold[1], tout en faisant connaître cet organisme qui finance la recherche sur le cancer infantile et soutient les familles albertaines touchées.

Maintenant que je commence à raconter mon parcours, je veux que les gens comprennent que tout est possible. Je veux parler de mes hauts et de mes bas, et prouver qu’un bon réseau de soutien raffermit la confiance en soi. Ce n’est que le début, mais je suis déjà si reconnaissante de l’appui reçu. Je suis fière de faire partie de la famille Adecco, et impatiente de vous faire honneur! Suivez mon aventure jusqu’en octobre, alors que je franchirai le fil d’arrivée à Lanzarote.

Christian Robert

Je cours par intermittence depuis une vingtaine d’années, et plus régulièrement depuis un an et demi. J’ai participé à un marathon en 2006 et à quelques 10 km et demi-marathons ces dernières années. Mais je suis loin d’être un athlète d’élite, et je ne suis surtout pas un cycliste ou un nageur d’expérience. J’ai même déjà dit à mon beau-frère, un adepte du triathlon, que je n’en ferais jamais. Trop exigeant, et je ne me voyais pas me dévouer autant à l’entraînement.

Et pourtant, je me suis engagé à participer à un premier triathlon olympique en octobre. Que s’est-il passé? Ce serait facile de répondre que j’ai perdu la tête, mais c’est bien sûr plus complexe.

Depuis 18 mois, je suis plus sérieux dans mon entraînement que je ne l’ai jamais été. Je ne m’entraîne pas nécessairement plus fort, mais avec plus de constance : je me concentre sur ma prochaine sortie et j’essaie de ne jamais rater une séance. Et c’est grâce au programme Win4Youth, qui m’a lancé et m’aide à rester motivé.

Mais, comme j’ai fini par en prendre conscience, j’ai besoin de nouveaux défis pour garder cette motivation. Sans « mission », je finis par m’ennuyer et par m’entraîner de moins en moins. J’en viens à courir si rarement que tout est à recommencer. Rester dans le top 5 des employés au Canada qui ont accumulé le plus de kilomètres ne peut me motiver qu’un certain temps. C’est pourquoi je me suis inscrit l’automne dernier au demi-marathon Scotiabank Toronto Waterfront, puis à la course sur route Around the Bay en mars. Et ça a fonctionné : j’ai continué de m’entraîner sur une base régulière.

Mais ensuite? Sans projet sur lequel me concentrer, j’avais peur de retomber dans ma mauvaise habitude de perdre motivation. J’ai décidé que cette fois, ça n’arriverait pas. Je continuerais de m’entraîner peu importe. Les bienfaits sont beaucoup trop nombreux! (Je vous reparlerai de ça.)

Ce qui me fait avancer, ce sont mes objectifs.

  • Mohamed Ali

Mon premier objectif était simple : continuer de m’entraîner régulièrement. Il me fallait donc une nouvelle mission. J’ai d’abord eu peur de l’admettre, mais le triathlon Win4Youth était le projet idéal. Ça me sortirait de ma zone de confort, mais ce serait stimulant. Voyager en Belgique et à Lanzarote (vous avez vu le paysage?) et compter sur l’appui de vos collègues? Il y a de quoi être motivé! Ça m’effraie de penser que je devrai nager 1,5 km dans l’océan, faire 40 km de vélo et courir 10 km, mais je sais que c’est possible si je m’entraîne avec constance. Et comme j’ai trouvé ma « mission », je me sens d’attaque.

Tout se passe bien jusqu’ici. Je me prépare pour le camp d’entraînement à Gand, en Belgique, en me concentrant sur la natation pour améliorer ma technique et mon endurance, et en ajoutant le vélo à ma routine.

Je tenterai d’être à la hauteur des précédents ambassadeurs canadiens et de faire honneur à tout le monde. C’est le début d’un long parcours. Mon but : profiter de chaque minute. Restez à l’affût de la suite de l’aventure!

Ce texte est le premier d’une série que signeront nos ambassadeurs Win4Youth pendant leurs préparations pour le triathlon de Lanzarote. Vous pouvez en lire plus sur le programme ici[2], et nous suivre sur Facebook[3] et Twitter[4] avec le mot-clic #Win4Youth.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources.


[1] https://www.believeinthegold.com/

[2] http://www.win4youth.com/

[3] https://www.facebook.com/win4youth/

[4] https://twitter.com/Win4Youth

Win4Youth 2016 | 2 semaines avant le triathlon Ocean Lava

w4y_ambassadors

Tracy Rocca — vice-présidente des partenariats chez Adecco — a appris en avril qu’elle avait été choisie pour représenter le Canada à titre d’ambassadrice Win4Youth pour l’année 2016. Précisons qu’avant de se lancer dans cette aventure, elle n’avait jamais pris part à un triathlon et savait à peine nager. Mais la passion, la ténacité et l’engagement de Tracy pour la cause ont triomphé et lui ont valu ce rôle d’ambassadrice.

Dans un peu plus d’une semaine, Tracy et 72 autres ambassadeurs d’Adecco du monde entier participeront au triathlon Ocean Lava de Lanzarote en Espagne. Cette compétition conclura l’initiative Win4Youth 2016 : un long périple de 10 mois pendant lesquels les employés, associés et clients d’Adecco du monde entier ont accumulé les kilomètres en courant, en nageant et en pédalant, afin d’atteindre une cible collective de kilométrage. Une fois cet objectif atteint, Adecco versera un don substantiel à diverses fondations mondiales qui appuient la cause des enfants défavorisés et leurs familles. Cette année, nous cherchons à réaliser l’ambitieux défi de parcourir 3 500 000 kilomètres à pied, à la nage et à vélo!

Voici les réflexions de Tracy, qui se prépare pour sa compétition en Espagne.


Difficile pour moi de réaliser que dans un peu plus d’une semaine, je vais participer au grand rendez-vous sportif pour lequel je m’entraîne depuis plus de 4 mois : le triathlon Ocean Lava de Lanzarote, en Espagne.

Au cours des 4 derniers mois, j’ai été au centre d’un véritable tourbillon d’activités. En plus de mes enfants, d’un horaire d’entraînement intense et de ma vie de tous les jours, il s’agit du moment le plus occupé de l’année pour la division Partenariats, car la plupart de nos clients vivent des périodes de pointe lors des troisième et quatrième trimestres. Ce fut un véritable défi de poursuivre un entraînement intensif tout en demeurant disponible au bureau pour mes clients, pour aider mon équipe et pour continuer à assumer mes responsabilités relatives à Win4Youth. Je ne sais pas très bien comment j’y arrive, mais jusqu’ici, je suis mon programme à la lettre.

C’est le soutien que me donnent mes amis, mes collègues et ma famille qui me permet de persister. L’un de mes moments préférés pendant toute cette aventure s’est produit lorsque je roulais pour la première fois à vélo sur la route avec une musique assourdissante derrière moi. Tandis que j’essayais de garder mon équilibre sur mon vélo, je pensais juste à crier : « Baissez le son de votre musique! » Puis, j’ai entendu une voix familière : « VAS-Y, MAMAN! » C’était mon fils qui me suivait dans l’auto et qui faisait jouer le thème musical du film Rocky… J’ai alors pris mon envol!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après le camp d’entraînement en Belgique et mon dernier compte rendu,  on m’a donné, ainsi qu’aux autres ambassadeurs étrangers, un calendrier d’entraînement de 6 semaines (pour commencer). Bien que le camp d’entraînement fut très intense, je me demandais toujours comment j’allais faire pour être vraiment prête pour ce grand événement dans 4 mois. Eh bien, je l’ai abordé comme tous les autres projets d’envergure : je l’ai déconstruit en petites étapes. J’ai commencé par faire du vélo pendant une heure, à courir 30 minutes et à apprendre à nager — pour ensuite augmenter graduellement la durée et le niveau d’intensité de chaque activité.

À mesure que j’améliorais mon endurance et mes temps durant ces 4 mois, je gagnais en confiance… la plupart du temps. Mais j’ai aussi eu ma part d’embûches. J’ai participé à des mini triathlons (que j’ai surnommés des bébés-triathlons) pour m’exercer. Le premier était en août. J’étais vraiment confiante en commençant, mais après environ 5 secondes dans l’eau, j’ai eu une crise de panique. Heureusement, j’ai pu miser sur mon entraînement mental, je me suis calmée et j’ai nagé toute la distance! Je fus l’une des nageuses les plus lentes ce jour-là — avec ma nage du petit chien et mon dos crawlé — mais j’étais très fière d’être allée jusqu’au bout!

Pour le vélo et la course, ça s’est très bien passé, mais la nage m’a servi de sérieux avertissement. Le lendemain, je suis allée au Triathlon Club de Caledon pour discuter avec l’entraîneur-chef — enfin, je l’ai plutôt supplié de me donner des leçons de natation. C’est fou comme le même message, présenté différemment, peut faire toute une différence. Je peux maintenant nager dans ma nouvelle « piscine » de 2 000 mètres (la carrière de Caledon) de façon plus agréable, à un rythme plus relax.tracy_hocket

Non seulement je peux nager 2 000 mètres (en juste un peu plus d’une heure), mais je peux aussi rouler à vélo sur les collines de Caledon pendant 3 heures ou plus (et accumuler 70 km pour le défi W4Y) ainsi que courir 10 km en un peu plus d’une heure. Voilà où mes semaines d’entraînement m’ont amenée. Chaque semaine, je consacre environ de 10 à 12 heures à m’entraîner et j’ai même ajouté quelques parties de hockey!

Je pars dans moins d’une semaine pour le périple de ma vie. Notre équipe nord-américaine est composée de 11 personnes déterminées, et je me suis beaucoup rapprochée de chacune d’elles. Je suis très fière de tout ce que j’ai accompli et je déborde de reconnaissance envers Adecco, qui m’a appuyée durant toute cette période. J’en ai la chair de poule chaque fois que je me rends compte que chaque kilomètre que parcourent mes collègues, mes clients, mes associés et moi rapporte de l’argent aux causes que nous défendons et qui permettent d’offrir de meilleures conditions de vie et de belles occasions aux jeunes du monde entier. Et c’est ce qui compte vraiment.

J’ai très hâte de voir tous les autres ambassadeurs en Espagne et de prendre part à cette formidable épreuve avec eux… Allez, tous ensemble pour Win 4 Youth!

À propos de l’initiative Win4Youth d’Adecco :

Win_4_Youth_RGB LogoÀ sa septième année d’existence, Win4Youth appuie des fondations qui donnent de l’aide aux enfants et à des familles dans le besoin. Depuis sa création, Win4Youth a permis d’amasser plus de 2 millions $ US pour des organismes de bienfaisance aidant les jeunes grâce à des événements sportifs organisés dans plus de 60 pays, auxquels ont participé des milliers d’employés, d’associés et de clients d’Adecco du monde entier. En 2016, tous conjugueront leurs efforts pour nager, rouler et courir sur un total visé de 3 500 000 kilomètres. Ce kilométrage combiné sera converti en dons destinés à 9 fondations qui viennent en aide à des enfants abandonnés, orphelins ou malades, soutenant les familles de milieux défavorisés et assistant des citoyens victimes de catastrophes naturelles, de conflits armés et de débâcles économiques. Les employés d’Adecco feront aussi du bénévolat auprès de ces fondations, afin de les aider dans leurs activités quotidiennes tout en constatant de leurs propres yeux de quelles façons Win4Youth les appuie.

Vous pourrez en savoir plus sur l’initiative mondiale Win4Youth d’Adecco et sur la façon dont vous pouvez y contribuer au : www.win4youth.com | https://www.facebook.com/win4youth/

 

Win4Youth 2016 | Journée de la Solidarité: Une journée pour une éternité de changement

À présent, nos fidèles lecteurs connaissent tous les détails de l’initiative internationale d’Adecco Win4Youth qui entame sa 7e année. Les employés et clients d’Adecco participent à l’objectif de distance de leur pays respectif par la course, la nage et le cyclisme. Si l’objectif est atteint, le Groupe Adecco remettra un don important à de nombreuses fondations qui aident les communautés démunies et contribuent au développement des jeunes dans le monde.

Au Canada, l’objectif de 2016 est d’atteindre le chiffre faramineux de 60 000 km et ce mardi 19 juillet, toutes les succursales et tous les bureaux d’Adecco au pays (plus de 40) nous ont aidés à y parvenir en participant à la Journée de la solidarité.

Voici comment la journée a commencé : notre présidente et directrice au pays, Sandra Hokansson, ainsi que notre ambassadrice canadienne pour Win4Youth 2016, Tracy Rocca, ont prononcé un discours et offert des messages d’encouragement. Bien que prononcés depuis notre bureau de Toronto, les discours ont été diffusés en direct sur Periscope à l’intention de tous les employés. Ces paroles inspirantes ont donné suite à une prestation émouvante de la chanson officielle de Win4Youth. Notre patrie ayant vu naître les Céline Dion et Neil Young de ce monde, nousW4Y_baby_strolled2 devions montrer nos talents en chantant (et en nous dandinant) : « One soul, one vibe, one team, one goal! »

 

Une fois le repas terminé, nos quelque 400 collègues d’un océan à l’autre ont quitté leur bureau respectif pour faire une promenade de
1,5 km, 5 km ou 10 km dans les rues de leurs quartier, village ou ville. Tous marchaient, joggaient, marchaient, ou se promenaient à vélo en même temps que leurs collègues de partout à travers le pays en poursuivant un objectif commun : aider les jeunes!

Les T-shirts, tatouages temporaires, bouteilles d’eau et gourdes W4Y qu’arboraient les équipes en sillonnant les rues contribuaient également à sensibiliser les gens à notre initiative. Des images provenant de partout au pays ont envahi les médias sociaux sous le mot-clic #W4Y tandis que nos collègues d’Adecco couvraient leur ville de rouge pour la cause.

canada-map-w4y-2016

Que ce soit par une marche rapide de 1,5 km ou une course entre amis de 10 km, chaque employé a permis au Canada de se rapprocher de son objectif pour 2016. Notre Journée de la solidarité a grandement influencé notre classement. Ce jour-là, 2 165 km ont été ajoutés au chiffre du Canada et 30 nouvelles personnes se sont inscrites pour faire le suivi des kilomètres parcourus!

Notre objectif pour 2016 est d’atteindre 60 000 km d’ici la fin de l’année. Nous sommes sur la bonne voie, puisque nous en avons couvert plus de la moitié (37 438 km) et ce n’est pas fini!

 

Win4Yout Goal Tracker

 

Merci à tous  pour votre participation et votre contribution à faire de la Journée de la solidarité un si grand succès.

Pour en savoir plus sur l’initiative Win4Youth d’Adecco, consultez : http://www.win4youth.com

Win4Youth 2016 1re partie : Camp d’entraînement à Gand, en Belgique – « Nous avons pédalé sans arrêt! »

Tracy Rocca — vice-présidente des partenariats à Adecco — a appris en avril qu’elle avait été choisie pour représenter le Canada à titre d’ambassadrice Win4Youth pour l’année 2016. Précisons qu’avant de se lancer dans cette aventure, elle n’avait jamais pris part à un triathlon et savait à peine nager. Mais la passion, la ténacité et l’engagement de Tracy pour la cause ont triomphé et lui ont valu ce rôle d’ambassadrice.

Tracy et 72 autres ambassadeurs d’Adecco du monde entier participeront au triathlon Ocean Lava Lanzarote qui se tiendra en Espagne en octobre prochain. Cette compétition conclura l’initiative Win4Youth de 2016 : un long périple de 10 mois pendant lesquels les employés, associés et clients d’Adecco du monde entier accumuleront les kilomètres en courant, en nageant et en pédalant, afin d’atteindre une cible collective de kilométrage. Une fois cet objectif atteint, Adecco versera un don substantiel à diverses fondations mondiales qui appuient la cause des enfants défavorisés et leurs familles. Cette année, nous cherchons à réaliser l’ambitieux défi de parcourir 3 500 000 kilomètres à pied, à la nage et à vélo!

Nos ambassadeurs passent des mois à trimer dur avec des entraîneurs, en vue d’améliorer leur force physique et leur endurance, participant à des marathons et organisant des activités de conditionnement physique et de collecte de fonds au nom de Win4Youth. Les séances d’entraînement s’intensifient au printemps lors d’un « boot camp » où les ambassadeurs sont soumis à une série d’épreuves et peuvent mesurer leur progression. Cette année, le camp d’entraînement initial s’est tenu dans la jolie ville belge de Gand, où Tracy a rendu son pays très fier en réussissant à franchir le fil d’arrivée et à se déplacer en eau libre quelques semaines seulement après avoir appris à nager! Durant ce camp d’entraînement, Tracy a vécu toute la gamme des émotions et elle les a décrites dans son journal de bord. En voici quelques extraits :


Réflexions sur le camp d’entraînement:

Mon rôle d’ambassadrice de Win4Youth ne fait que commencer et, déjà, je sens que la route est longue! Quand mes amis, ma famille et mes collègues ont su que j’avais été choisie ambassadrice et qu’ils ont vu tout ce que cela impliquait, j’ai vu leurs visages perplexes, et ils m’ont assaillie de questions : « Pourquoi fais-tu ça? », « As-tu des haltères à la maison? » et « As-tu déjà fait un triathlon dans ta vie?! » Leurs cris d’alerte n’étaient pas sans fondement : je savais à peine nager et vous n’auriez jamais trouvé un dossard de marathon épinglé dans mon dos (bien que j’aie parcouru sept fois la distance de 60 km à l’occasion de diverses marches des femmes contre le cancer!).

J’ai grandi en pratiquant plusieurs sports et je joue toujours au hockey et au soccer à des niveaux de compétition; par contre, les sports individuels ne sont pas ma tasse de thé. Eh bien, tout ça va bientôt changer car le triathlon auquel je me suis inscrite combine trois sports individuels en un seul!

Mais afin de pouvoir me rendre à Lanzarote en octobre, j’ai dû d’abord passer par le camp d’entraînement initial — une expérience à la fois formidable et très éprouvante! Il avait lieu en Belgique, à Gand, ville pittoresque et riche en histoire. À mon arrivée là-bas, j’ai été fort étonnée de voir le nombre de gens qui utilisaient le vélo comme principal moyen de transport et à quel point cela leur semblait naturel — ils circulaient à toute vitesse en faisant sans difficulté toutes sortes de manœuvres sur les pavés de pierres.

J’ai ensuite consacré le reste de la journée à faire connaissance avec mes 72 collègues de 37 pays — chacun étant un ambassadeur Win4Youth de leur pays respectif. En très peu de temps, nous avons noué des liens uniques et incroyablement serrés les uns avec les autres, motivés par nos objectifs communs de terminer l’entraînement et de faire réellement avancer la cause grâce à Win4Youth. Au sein du groupe, seulement une poignée de membres avaient déjà participé à des triathlons auparavant, tandis que les autres étaient des novices comme moi. J’étais plutôt soulagée!
W4Y_3

Chaque jour, l’entraînement commençait dès 7 heures du matin et se terminait vers 8 heures le soir. Nous avons trimé sans relâche pendant quatre très longues journées d’activités physiques, entrecoupées de séminaires sur le conditionnement physique et de divers tests de santé et d’endurance :

  1. Lors de la première journée complète, nous nous sommes rendus au vélodrome où nous avons pédalé sans arrêt! La plupart d’entre nous étions plus que craintifs lorsque nous avons vu les vélos, mais nous nous attendions à sortir de notre zone de confort pendant la semaine. Heureusement, je m’en suis tirée sans blessure!W4Y_7
  2. Le second jour a aussi débuté à 7 heures avec une « saucette » dans l’eau très fraîche de la piscine, suivie d’une visite au « Labo d’énergie » pour des rencontres individuelles avec le médecin, des tests physiques et un petit tour dans le scanner. La quantité de renseignements que ces machines peuvent donner est à la fois impressionnante et inquiétante — et, en vérité, ce type de machine et moi ne sommes pas de bons amis! On a bouclé la journée avec quelques leçons de mécanique comme la façon de bien caler nos chaussures sur le pédalier, en plus de rouler à vélo sur 20 km.
  3. Le troisième jour a consisté principalement en des séances d’apprentissage en classe et des leçons sur les zones de transition, la nutrition et bien d’autres sujets. Comme pour les autres jours, une portion a été consacrée à l’activité physique. Et cette fois, ce fut… un simili-triathlon! Nous sommes allés à un lac superbe et on nous a fait enfiler des combinaisons isothermiques. Non seulement l’eau était à une température très froide de 10 degrés, mais me retrouver en eau libre a été un véritable choc! Ne vous ai-je pas déjà dit que j’avais appris à nager quelques semaines plus tôt?

Nous sommes ensuite revenus sur la berge et avons traversé en vitesse les zones de transition entre l’eau et la route. Une fois rendus, nous avons aussitôt enfourché nos vélos pour une randonnée de 20 km, suivie d’une autre transition avant d’entreprendre une course de 3 km! C’était TRÈS éprouvant, mais je ne pouvais ralentir et m’apitoyer sur mon sort. D’autant plus que je me suis rappelée qu’il ne s’agissait là que d’une fraction de ce que nous allions parcourir à Lanzarote en octobre, c’est-à-dire 1 500 m de nage, 40 km de vélo et 10 km de course à pied!

  1. La dernière journée a commencé de nouveau à la piscine, mais cette fois notre technique de natation a été captée sur vidéo afin de l’étudier plus tard, puis nous avons couru 10 km dans les rues de Gand avec 3 000 autres personnes de la région. C’était ma première course de 10 km à vie! Je n’étais pas très rapide, mais j’ai néanmoins réussi à terminer l’épreuve!

La soirée s’est terminée par un souper tout spécial, couronnant nos nouvelles amitiés et quatre journées d’entraînement fructueux. L’appui que nous nous sommes donné dans les médias sociaux et par courriel a été incroyable.

Mon règne d’ambassadrice ne fait que commencer et, déjà, j’en ai retiré de nombreux bienfaits. Ce rôle m’a permis d’être plus fière de moi et de mon entreprise, d’avoir le sentiment du devoir accompli et d’acquérir de nouvelles compétences. Nous avons plein de plans d’entraînement, et je suis prête à relever le défi. J’ai hâte de me joindre à mes autres collègues, clients et associés d’Adecco qui participeront à des activités de course, de marche, de vélo et de natation au cours des prochains mois, car chaque kilomètre compte vraiment!


Le texte qui précède ne représente que la première étape de l’ambitieux périple de Tracy. Elle va continuer de nous faire part de ses hauts et de ses bas d’ici la compétition de Lanzarote en octobre. Revenez sur ce blogue pendant l’été pour connaître la suite des aventures de Tracy, notre ambassadrice Win4Youth.

Vous pourrez en lire plus sur l’initiative mondiale Win4Youth d’Adecco et sur la façon dont vous pouvez y contribuer au : http://www.win4youth.com.

Tous les faits saillants du camp d’entraînement peuvent être vus dans la vidéo ci-dessous:

Win4Youth – Encore très présent en tête

NOUS AVONS RÉUSSI! Les larmes, les crises et les blessures furent nombreuses, mais voilà. C’est fait. J’ai terminé le triathlon olympique Win4Youth Skoda Series Palma De Mallorca!

Lire la Suite