Aller au contenu principal

DIX CHOSES À SAVOIR QUAND VOUS ÊTES MIS À PIED!

par Kate Toner, service aux gouvernements au siège social d’Adecco

La nouvelle vous reste en travers de la gorge, car vous avez du mal à l’avaler.

Sans avertir, l’impensable vient de se produire. Cette chose qui n’arrive qu’aux autres, pas à vous. Ce genre d’histoire qu’on se raconte à voix basse entre amis, et qui se conclut sur une remarque pleine d’empathie : « Comme c’est terrible pour lui. »

Ils continuent de parler et parmi les mots qui tournoient, vous retenez cette phrase : « Ça n’a rien à voir avec votre travail. »

Tout en essayant de maîtriser le stress qui vous envahit, vous hochez la tête, comme si vous compreniez.

« Évidemment, on va vous recommander chaleureusement. »

C’est l’alerte rouge maintenant. Votre cerveau fonctionne à plein régime non seulement pour vous aider à rester attentif, mais aussi pour vous empêcher de mal réagir. ET SOUDAIN, VOUS FIGEZ.

VOUS ÊTES MIS À PIED!

Bien sûr, vous avez l’impression que votre cerveau est paralysé… Comme vous vous trompez! En fait, il mène une lutte de tous les instants pour s’assurer que vous réagirez comme il se doit aux événements, en adoptant les comportements requis au bon moment.

Mais comme vous tentez encore de dominer vos émotions, des questions inappropriées se bousculent dans votre tête : « Et Luc Tremblay, lui? Est-ce qu’il est congédié aussi? Est-ce que tout mon service est mis à la porte, ou est-ce que c’est juste moi? C’est seulement un mauvais rêve, non? »

Malheureusement, vous ne vous concentrez pas sur les bonnes questions. Vous ne le comprendrez qu’avec le recul, à moins d’avoir déjà vécu cette situation, de connaître en détail l’histoire d’un proche (votre douce moitié, un ami) à qui c’est arrivé, ou d’avoir lu un billet de blogue sur le sujet!

Votre employeur vous congédie? Voici les dix choses que vous devez faire ou demander.

  1. Prenez le temps de bien lire tout document à signer.

Être mis à pied est une expérience stressante qui entraîne naturellement une réaction émotive immédiate. On vous demandera peut-être de signer un document, et il risque d’être bourré de détails, alors pourquoi ne pas prendre le temps de le lire avant d’accepter quoi que ce soit? Vous comprendrez bien mieux les modalités lorsque vous aurez retrouvé votre calme – et ça vous donnera l’occasion de consulter un avocat, voire de lire les normes fédérales ou provinciales en matière d’emploi, selon ce qui s’applique à votre employeur. Bien des entreprises accepteront de vous laisser du temps, en fixant toutefois une échéance.

Si on vous demande simplement de confirmer que vous avez été avisé de la décision de l’employeur, et non d’accepter de quelconques modalités, vous vous sentirez peut-être prêt à signer sur-le-champ. Exigez tout de même qu’on vous remette une copie du document.

  1. Demandez votre date de fin d’emploi.

Devrez-vous quitter les lieux dès qu’on vous aura annoncé votre congédiement? La politique de l’entreprise vous permet peut-être de retourner d’abord à votre poste de travail pour recueillir vos effets personnels, ou de revenir hors des heures d’ouverture. Le cas échéant, attendez-vous à ce qu’un représentant de l’entreprise vous accompagne. Vous pouvez aussi exiger qu’on aille chercher pour vous ce qu’il vous faut le jour même, et qu’on expédie le reste à votre domicile.

Il se peut aussi qu’on vous demande de travailler pendant une période de préavis, en quel cas vous devez clarifier les attentes. Vous faudra-t-il transmettre vos connaissances? Et si vous travaillez auprès des clients, devrez-vous annuler les rencontres prévues?

De plus, vous devez connaître votre date exacte de fin d’emploi : certaines entreprises vous considèrent comme un employé tant qu’elles vous versent des paiements, ce qui peut retarder le début de vos prestations d’assurance-emploi, si vous y avez droit.

  1. Demandez si on pourrait éventuellement vous réembaucher.

Il est possible qu’on supprime carrément votre poste, ou que vos tâches soient confiées à un autre service. Vous gagnez à avoir l’heure juste. Y a-t-il des postes à pourvoir dans d’autres services ou d’autres succursales? La politique de certaines entreprises interdit la réembauche d’un employé congédié, peu importe les circonstances.

  1. Recevrez-vous des paiements? Si oui, quels en sont le montant et la durée?

C’est une question essentielle à votre planification financière, parce que tout paiement qui vous est versé peut influer sur les prestations d’assurance-emploi que vous touchez au même moment. En effet, les sommes que vous recevez sont prises en compte par Service Canada. Vous pouvez donc faire une demande d’assurance-emploi, mais si votre employeur vous verse encore de l’argent, vous n’aurez peut-être pas droit aux prestations.

Les renseignements à cet égard figurent en principe dans la lettre ou les documents qu’on vous a remis. Vous voulez vous assurer que vos indemnités de départ sont conformes? Consultez un avocat, ou référez-vous aux normes fédérales ou provinciales en matière d’emploi.

  1. Quand serez-vous payé?

La date du paiement final doit respecter la législation provinciale. Renseignez-vous auprès de votre employeur, ou consultez les normes d’emploi ou le code du travail applicables.

  1. Qu’en est-il des commissions ou primes?

La rémunération de certains postes repose sur un salaire de base et des commissions (parfois appelées « primes »). Sachez ce qu’il advient de ces commissions : seront-elles calculées au prorata? Et quand vous seront-elles versées?

  1. Quand votre police d’assurance maladie sera-t-elle résiliée?

Généralement, les normes d’emploi exigent le maintien des avantages auxquels vous avez droit durant votre période de préavis. Consultez votre service des RH ou la personne responsable de l’assurance maladie pour connaître les modalités de votre police.

  1. Aurez-vous droit à des services de replacement?

Bien qu’aucune loi canadienne n’oblige les employeurs à offrir des services de replacement, certaines entreprises le font, souvent par l’entremise d’un tiers, pour faciliter la transition. Il peut entre autres s’agir de services d’orientation ou de réorientation professionnelle, d’aide à la rédaction de CV ou de techniques d’entrevue. Tout ça vous sera utile si vous devez retourner sur le marché du travail pour la première fois depuis longtemps.

  1. Quand recevrez-vous votre relevé d’emploi? Faites un suivi!

Pas de prestations d’assurance-emploi si vous n’avez pas ce relevé obligatoire : vous pouvez quand même présenter une demande, mais ce n’est qu’à partir des renseignements du relevé que Service Canada peut déterminer votre admissibilité et, le cas échéant, le montant et la durée des versements. Veuillez noter que votre employeur peut décider de transmettre électroniquement ce document à Service Canada à la fin de votre période de préavis, plutôt que pendant celle-ci. Si on vous a donné une période de préavis sans que vous soyez tenu de travailler durant toute celle-ci, demandez à votre employeur quand il compte l’envoyer.

Cela dit, si vous pouvez obtenir copie de ce relevé auprès de votre employeur, faites-le. D’ici à ce qu’il le transmette, vous pourrez saisir vos renseignements en ligne, ce qui permettra à Service Canada de traiter sans tarder votre dossier.

  1. Faites tout de suite votre demande d’assurance-emploi.

Même si vous êtes convaincu d’être un candidat attrayant qui n’aura pas besoin de recourir à l’assurance-emploi, la quête d’un nouveau boulot est parfois plus longue qu’on le pense. D’ici à ce qu’on vous fasse une offre d’emploi ou que vous entriez en poste, vous aurez des comptes à payer, alors si vous êtes admissible à des prestations, ne tardez pas.  N’oubliez pas qu’il est possible de présenter une demande sans fournir votre relevé d’emploi, mais que Service Canada ne pourra évaluer votre dossier qu’à la réception de celui-ci.

Vous pouvez présenter une demande à Service Canada en visitant le site au https://www.canada.ca, ou en vous rendant au bureau le plus près de chez vous.

À retenir

Une mise à pied, c’est temporaire – surtout si vous adoptez une attitude proactive.

Parlez à des gens de confiance, à vos proches. Ils vous raconteront des histoires incroyables, et vous serez surpris de constater qu’ils sont plusieurs à avoir traversé la même épreuve. S’ils ont réussi à reprendre du poil de la bête et à se refaire une place, vous le pouvez aussi.

Vous pouvez même en profiter pour changer de cap : c’est peut-être votre chance de retourner à l’école, de voyager ou de lancer votre propre entreprise. Qui sait si ce congédiement ne deviendra pas un tremplin vers quelque chose de plus stimulant?

Quoi qu’on en pense, être mis à pied, ce n’est pas une fin, bien au contraire : c’est un nouveau départ!

 

Rédactrice d’offres de service aux gouvernements au siège social d’Adecco, Kate Toner compte plus de 17 ans d’expérience en rédaction commerciale dans le secteur du placement. En se spécialisant dans les marchés publics, elle a pu peaufiner sa maîtrise du métier tout en contribuant à la conclusion de multiples ententes avec des clients des secteurs public et parapublic (offres permanentes, accords d’approvisionnement, gestion de contrats et statuts préférentiels). En juin 2017, Kate, qui est passionnée par le pouvoir et le rôle de l’écrit dans les communications d’entreprise, célébrait sa première année avec nous.

Avertissement

Le présent billet ne tient pas lieu d’avis juridique. Plusieurs industries doivent se conformer aux normes provinciales en matière d’emploi; certaines sont toutefois assujetties à la réglementation fédérale. Un employé congédié doit toujours se référer à la loi officielle applicable. Pour en consulter la plus récente version, généralement disponible en ligne, communiquez avec le ministère du Travail de votre province ou avec le gouvernement du Canada. Si vous êtes un travailleur syndiqué, renseignez-vous auprès de votre représentant syndical pour connaître vos droits; en vertu de la convention collective, votre employeur pourrait être soumis à d’autres obligations. Le cas échéant, faites appel à un avocat spécialisé en droit du travail pour connaître vos droits légaux.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :