Aller au contenu principal

Bannir l’attitude autoritaire

Qui est le patron? Les employés savent déjà qui dirige; par conséquent, les employeurs n’ont pas besoin de les « régenter » pour faire valoir leur statut. Pour assurer un leadership, il n’est pas nécessaire d’exercer une autorité excessive. Assujettis à un style de leadership dominant, les employés ne se sentent pas respectés, ce qui mène souvent à une main-d’œuvre désengagée et peu fidèle. Voici un conseil à l’intention de tous les patrons : menez votre équipe vers le succès et non vers la sortie.

Que doivent faire les patrons pour se départir de leur attitude autoritaire?

  • Ne pas jeter le blâme sur les employés

Le succès et les échecs des équipes incombent à tous les gestionnaires et employés en position d’autorité. Ainsi, si un projet échoue en raison d’un geste posé par un membre de son équipe, le blâme revient au gestionnaire qui a approuvé le geste en question. Assumer la responsabilité est l’une des principales tâches des gestionnaires; ces derniers sont les gardiens de leur équipe. Par contre, si l’employé a agi sans le consentement ou l’autorisation de son supérieur (ou que le geste était inadéquat), on doit discuter du problème avec l’employé ayant posé le geste, sans le blâmer. Il s’agit en fait de lui faire comprendre le problème et de trouver des solutions pour que la situation ne se reproduise pas.

  • Promouvoir une culture du respect

Quand les employés se sentent respectés et appréciés – et non amoindris –, ils sont plus enclins à offrir un bon rendement. Les employeurs qui souhaitent démontrer qu’ils apprécient le rendement des employés peuvent effectuer des évaluations et leur offrir des récompenses quand les objectifs sont atteints. Cela encourage par ailleurs la prise en charge des tâches et la responsabilisation au sein des équipes.

  • Mise en place d’une politique de portes ouvertes et de communication

Si les voies de communication demeurent ouvertes, les employeurs et les employés peuvent nouer des liens plus solides fondés sur la confiance et la compréhension. Quand le personnel a confiance en son employeur et qu’il ne se sent pas menacé, les équipes connaissent mieux leur rôle au sein de l’ensemble de l’entreprise et acceptent plus volontiers de contribuer à la réussite des projets de cette dernière.

  • Indiquer aux autres ce que vous voulez, et non comment vous le voulez

Des directives créatives et une conception claire d’une vision stratégique constituent un bon guide pour une équipe, et si les employés comptent assez d’ancienneté et ne requièrent pas une supervision constante, ils devraient être en mesure de trouver une solution qui répond aux exigences de leur employeur. Ils ont été engagés pour accomplir les tâches qui leur sont confiées; les employeurs devraient donc s’effacer pour leur laisser l’espace dont ils ont besoin pour les assumer. En faisant de la microgestion, un supérieur indique à son subalterne qu’il ne croit pas tellement en ses capacités.

En favorisant une culture de confiance, de communication ouverte, de respect et de leadership fort (sans exagération), un employeur aura, en définitive, tendance à gérer son personnel d’une manière que celui-ci ne considérera pas comme « autoritaire ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :