Aller au contenu principal

Rapport sur l’employabilité – mai 2015

L’emploi a progressé de 59 000 en mai, à la suite d’une hausse du nombre d’employés dans le secteur privé. Le nombre de personnes actives sur le marché du travail a aussi augmenté en mai, d’où un taux de chômage inchangé pour le quatrième mois consécutif, à savoir 6,8 %.

Depuis le début de 2015, la progression de l’emploi s’est chiffrée à 20 500 en moyenne par mois.

Au cours des 12 mois ayant pris fin en mai, l’emploi a augmenté de 192 000 (+1,1 %) du fait de la croissance du travail à temps plein. Durant la même période, le nombre total d’heures travaillées s’est accru de 1,2 %.

En mai, la hausse d’emploi la plus élevée a été observée chez les hommes de 25 à 54 ans, suivis des hommes de 55 ans et plus. Par contre, les autres groupes démographiques ont connu peu de variation.

À l’échelle provinciale, l’emploi a progressé en Ontario, en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse, alors qu’il a reculé à Terre-Neuve-et-Labrador, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick.

En mai, il y avait plus de personnes travaillant dans le secteur de la fabrication ainsi que dans celui des soins de santé et de l’assistance sociale. Par ailleurs, l’emploi a augmenté dans le commerce de détail et de gros, dans les services aux entreprises, les services relatifs aux bâtiments et les autres services de soutien, ainsi que dans le secteur de la finance, des assurances, de l’immobilier et de la location. Par contre, le nombre de personnes travaillant dans l’administration publique et dans l’agriculture a diminué.

Le nombre d’employés du secteur privé a augmenté en mai, tandis que celui des travailleurs autonomes a peu varié. Parallèlement, l’emploi dans le secteur public a légèrement baissé.

L’Ontario et la Colombie-Britannique enregistrent une hausse de l’emploi

En Ontario, l’emploi a augmenté de 44 000 en mai, entraînant une baisse de 0,3 point de pourcentage du taux de chômage, celui-ci passant à 6,5 %. Cette hausse de l’emploi a été à l’origine de la majeure partie de la progression de 53 000 (+0,8 %) enregistrée dans la province par rapport à 12 mois plus tôt.

En mai, l’emploi en Colombie-Britannique a augmenté de 31 000, principalement dans le travail à temps partiel. Cette augmentation succède à une baisse de la même ampleur survenue en avril, essentiellement dans le travail à temps plein. Le taux de chômage était pratiquement inchangé, se situant à 6,1 % en mai, en raison du nombre accru de personnes actives sur le marché du travail. Durant les 12 mois ayant pris fin en mai, l’emploi dans cette province a peu varié.

En mai, l’emploi a progressé de 3 700 en Nouvelle-Écosse et le taux de chômage s’est établi à 8,8 %. Avant cette hausse, l’emploi dans la province suivait une tendance à la baisse depuis janvier.

À Terre-Neuve-et-Labrador, l’emploi a diminué de 4 300 en mai, et le taux de chômage a augmenté de 1,2 point de pourcentage pour atteindre 13,8 %. L’emploi dans cette province suit une tendance à la baisse depuis novembre.

Au Manitoba, le nombre de personnes en emploi a reculé de 3 200 en mai, et le taux de chômage s’est établi à 5,7 %. Malgré cette baisse de l’emploi, le Manitoba a enregistré la croissance d’emploi la plus élevée parmi les provinces durant les 12 mois ayant pris fin en mai (+2,3 % ou +14 000).

L’emploi a diminué de 2 800 au Nouveau-Brunswick en mai, et le taux de chômage s’est établi à 9,6 %. Par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi dans la province était inchangé.

L’Alberta a connu peu de variation de l’emploi en mai. Le taux de chômage y a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 5,8 %, soit le taux le plus élevé depuis janvier 2011. Par rapport à 12 mois plus tôt, il y avait 38 000 personnes de plus en emploi (+1,7 %), mais depuis le début de 2015, la croissance de l’emploi dans la province est faible.

Au Québec, l’emploi était pratiquement inchangé en mai, et le taux de chômage s’est fixé à 7,6 %. Toutefois, comparativement à mai 2014, la province comptait 70 000 personnes de plus en emploi (+1,7 %), et l’essentiel de cette croissance a eu lieu au cours des quatre premiers mois de 2015.

L’emploi d’été chez les étudiants

De mai à août, l’Enquête sur la population active recueille des données sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l’école à temps plein en mars et qui ont l’intention de retourner aux études à temps plein à l’automne. Les résultats de l’enquête réalisée en mai fournissent les premiers indicateurs du marché des emplois d’été, particulièrement chez les étudiants de 20 à 24 ans, puisque bon nombre des étudiants âgés de 15 à 19 ans n’ont pas encore terminé les cours pour l’été. Les données de juin, de juillet et d’août jetteront plus d’éclairage sur le marché des emplois d’été. Les données publiées ne sont pas désaisonnalisées, et les comparaisons ne peuvent donc être faites que d’une année à l’autre.

Le taux d’emploi des étudiants de 20 à 24 ans qui retourneront aux études — c’est-à-dire le nombre de ceux parmi ces étudiants qui travaillent exprimé en pourcentage de la population de ce groupe — s’est établi à 59,0 % en mai, soit un taux semblable à celui observé 12 mois plus tôt. Quant à leur taux de chômage, il était de 15,1 % en mai, en hausse de 1,5 point de pourcentage par rapport à mai 2014.

Source: Statistique Canada

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :