Aller au contenu principal

Les six meilleurs conseils pratiques pour une entrevue téléphonique

Nous avons donné beaucoup de conseils pour les entrevues d’emploi dans ce blogue, essentiellement pour les entrevues en personne. Nous avons tout couvert, de la façon de contrôler son langage corporel à la façon de s’habiller pour l’occasion. Mais qu’en est-il dans le cas d’une entrevue téléphonique préliminaire? Y a-t-il vraiment lieu de s’inquiéter? Après tout, une bonne réponse est tout aussi valable, que vous portiez un complet/tailleur ou votre pyjama, n’est-ce pas? Bien sûr, même si l’habillement et le langage corporel ne peuvent être vus lors d’une entrevue téléphonique, il y a quand même beaucoup de dynamiques en jeu, dont certaines peuvent être accentuées justement parce qu’on ne peut vous voir. Pour vous rassurer, voici nos six meilleurs conseils pratiques pour une entrevue téléphonique, qui vous aideront à franchir l’étape de la présélection et obtenir une rencontre.

  1. Possédez bien vos sujets

    Ne pouvant admirer votre tailleur-pantalon griffé, votre cravate des beaux jours ou votre posture affichant assurance et confiance, l’intervieweur se concentrera encore plus sur ce que vous allez dire. En fait, sachez que l’entrevue téléphonique est un moyen d’éliminer les candidats qui ne répondent tout simplement pas aux exigences minimales. Certaines réponses peuvent vous valoir une sortie précipitée, comme celle portant sur le salaire minimum que vous recherchez, mais d’autres, pour répondre à des questions nécessitant un approfondissement – par exemple pour lesquelles vous devez résumer votre expérience, expliquer les transitions entre deux emplois ou exprimer votre compréhension du poste et de l’entreprise –, peuvent faire la différence entre paraître digne de confiance ou décevant, enthousiaste ou désintéressé.

  2. Faites comme si l’intervieweur était devant vous

    Certains spécialistes vont même jusqu’à conseiller de s’habiller pour l’entrevue téléphonique comme si c’était une entrevue en personne ainsi que de se tenir bien droit sur sa chaise et de sourire (après tout, on peut « entendre » le sourire au téléphone). Le principe, c’est que plus vous vous comporterez comme s’il s’agissait d’une entrevue en personne, plus vous sentirez que vous passez une entrevue en tête à tête, et vous accorderez ainsi, inconsciemment, à l’entrevue téléphonique la même importance – ce qui est approprié – qu’une entrevue en personne.

  3. Choisissez le bon endroit

    Assurez-vous de passer l’entrevue dans un coin tranquille, libre de toute distraction, et si vous utilisez un téléphone cellulaire, soyez certain que l’endroit choisi vous donne un bon signal. Si vous avez accès à une ligne terrestre, mieux vaut l’utiliser plutôt que de risquer de voir la communication interrompue.

  4. Ayez votre curriculum vitæ à portée de la main

    Même si vous devriez connaître votre curriculum vitæ par cœur, il est préférable de l’avoir devant vos yeux pendant l’entrevue téléphonique. De cette façon, vous pourrez voir exactement ce à quoi l’intervieweur fera référence en tout temps. Point important : le CV en question devrait être en format imprimé. En le laissant ouvert sur votre ordinateur, vous risquez d’être distrait par des messages instantanés et les entrées d’autres médias sociaux. De plus, même si vous ne faites que dérouler les pages du document pour vérifier quelque chose, le bruit que fera cette opération et le contact avec la souris pourraient faire penser à l’intervieweur que vous êtes plus intéressé à regarder les affichages sur Facebook que de répondre à ses questions.

  5. Écoutez

    La communication est une voie à double sens. Concentrez-vous autant sur ce que l’intervieweur vous demande que sur vos réponses. Si vous donnez des réponses sinueuses et décousues ou que vous répondez à côté de la question, l’intervieweur sentira que vous n’êtes pas fiable. Alors, assurez-vous de bien entendre ce qu’il vous demande et de lui répondre adéquatement. Une écoute attentive peut aussi supposer que vous preniez des notes – pourvu que vous le fassiez avec un stylo et du papier, et que vous évitiez le crépitement du clavier (voir ci-dessus).

  6. Euh, ne dites pas « euh » – Hum, ne dites pas « hum » non plus – ou peut-être si, finalement?

    On nous a longtemps rebattu les oreilles au sujet d’interjections comme « euh » ou « hum » comme étant des manifestations d’un langage indigent. Toutefois, connaissez-vous quelqu’un qui ne les utilise jamais? Et même, le remarquez-vous une fois sur deux? Nombreux sont ceux qui déconseillent l’emploi de tels « termes de remplissage » pendant une entrevue téléphonique – ou de n’importe quelle type d’entrevue. Néanmoins, il ne faut pas en faire une obsession. Il est vrai que parfois on les utilise à outrance, les rendant ainsi très perceptibles, mais tenter de les réprimer de façon non naturelle pourrait causer un surplus de stress. En fait, les psychologues estiment que les expressions « euh », « hum », « comme » et « vous savez » sont bénéfiques aux deux interlocuteurs dans une conversation. Essentiellement, elles envoient le signal au récepteur du message qu’il y aura un petit délai, le temps que l’émetteur trouve les bons mots – ce qui est de loin préférable à un silence radio qui crée un malaise. D’ailleurs, plus l’entrevue prend une allure conversationnelle, plus vous serez en mesure de faire ressortir votre naturel agréable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :