Aller au contenu principal

Comment rédiger un curriculum vitæ sans faute : les 10 choses à éviter

Le curriculum vitæ est un document en constante évolution pour tout le monde. Non seulement change-t-il au rythme de votre expérience, mais il constitue un de ces projets qui ne semble jamais avoir atteint la perfection, quelle que soit la dernière mise à jour. Un jour vous en êtes satisfait, puis le lendemain, voue le remettez en question (et quelques semaines sans nouvelles de vos applications et voilà que vous le remettez vraiment en question). Nous avons déjà parlé des conseils pour la rédaction de votre curriculum vitæ sur ce blogue, mais cette fois-ci, nous allons nous concentrer sur les 10 principales choses à éviter pour ne pas vous nuire par l’envoi d’un document qui vous suivra pendant longtemps. Bref, n’intégrez pas ce qui suit à votre curriculum vitæ.

  1. La photo

    À moins que vous ne rivalisiez pour un emploi comme modèle ou acteur, votre apparence n’a rien à voir avec vos qualifications. Outre le fait qu’elle donne de vous une image peu professionnelle, la photo de votre curriculum vitæ met l’employeur dans une situation délicate et compromettante d’un point de vue juridique. Puisqu’il est interdit selon la loi d’embaucher qui que ce soit en se fondant sur l’apparence, particulièrement en ce qui touche la race; nombre d’employeurs rejettent tout curriculum vitæ accompagné de la photo du candidat dans le simple but d’éviter tout risque de nature juridique, comme des accusations de discrimination.

    Mais pourquoi alors est-ce qu’on encourage tout le monde à insérer une photo dans son profil LinkedIn? Voilà une bonne question, car il est vrai que la photo dans le profil LinkedIn est essentielle. En fait, des études ont démontré que la photo constitue l’élément le plus regardé du profil LinkedIn. Même si du point de vue du chercheur d’emploi cela peut paraître quelque peu décourageant, il est important de rappeler que LinkedIn est un site de réseautage social où les gens vont principalement pour se trouver de nouveaux contacts au lieu d’y chercher un emploi et de poser leur candidature.

  2. L’information non pertinente

    Pour ce qui est de la question des emplois, des passe-temps et des prix qu’on vous a décernés, demandez-vous toujours s’il est vraiment important d’en faire part à l’employeur. Par exemple, si vous avez votre propre blogue à succès et que vous postulez à un emploi lié à la rédaction, il ne faut surtout pas hésiter à l’indiquer. Par ailleurs, mentionner le fait que vous jouez au hockey la fin de semaine n’ajoute rien à votre candidature (à moins que vous postuliez à un emploi lié à la rédaction de textes en rapport avec le sport); en fait, cet ajout occupe un espace qui est précieux de deux façons : a) Vous pourriez l’utiliser pour ajouter quelque chose de plus pertinent; b) S’en servir comme bouche-trou si vous n’avez vraiment rien d’autre à ajouter est tout aussi mauvais, car les espaces vides contribuent à faire en sorte que le curriculum vitæ soit plus « facile à lire » au premier coup d’œil (voir le numéro 3 ci-dessous), raison de plus pour n’ajouter que l’information qui compte.

  3. Les longs paragraphes

    Il est important que la personne qui examine votre curriculum vitæ ait un aperçu complet de vous et de votre expérience en quelques secondes. Un curriculum vitæ facile à parcourir lui facilitera la tâche – voilà à quoi servent les espaces vides. De longs paragraphes de textes denses ponctués de dizaines de puces par description de poste ont le double inconvénient de dégager une impression de lourdeur dès le premier coup d’œil et de donner également au lecteur l’impression que vous n’arrivez pas à cerner le véritable avantage inhérent à vos compétences.

  4. Les pronoms personnels

    Nous avons déjà prodigué nos conseils à ce sujet, mais il convient ici de s’y attarder davantage. De façon générale, il est préférable de ne pas utiliser les mots « je », « moi » et « nous », ou tout autre mot se rapportant directement à vous. Un curriculum vitæ est censé être un document impersonnel qui fait en sorte que le lecteur a l’impression d’examiner un document impartial, comme tout autre document commercial ou émanant d’un établissement d’enseignement. Dans une certaine mesure, les pronoms personnels « rappellent » au lecteur que vous avez un parti pris et que vous vous présentez comme la personne la plus apte à occuper l’emploi en question, ce qui peut le dissuader de vous embaucher.

    Est-ce que les pronoms personnels sont vraiment si importants? Voilà une autre bonne question. Certaines personnes préconisent un emploi à tout le moins prudent des pronoms personnels dans un curriculum vitæ, justement parce qu’ils confèrent au document un certain côté humain. Cependant, si vous êtes de cet avis, il est toujours mieux de limiter l’emploi des pronoms personnels à la section du résumé (voir le numéro 10 ci-dessous). Dans les descriptions de postes, les pronoms personnels peuvent s’avérer répétitifs, sans compter qu’ils occupent inutilement de l’espace dans le curriculum vitæ.

  5. L’information sur votre salaire

    Vos revenus antérieurs ne regardent que vous. S’ils figurent dans votre curriculum vitæ, vous êtes susceptible de donner l’impression de « valoir » trop cher ou d’« être » suffisamment abordable pour faire en sorte qu’un employeur potentiel vous offre un salaire inférieur à celui qu’il comptait vous offrir.

  6. Les raisons pour lesquelles vous avez quitté vos précédents emplois

    Une fois de plus, ça ne regarde que vous, et outre le fait de charger inutilement votre curriculum vitæ, y faire figurer les raisons pour lesquelles vous avez quitté un emploi ou un autre jouera contre vous presque à tout coup. N’abordez de tels sujets qu’en personne, uniquement s’il en est question dans la discussion. Car en personne, vous êtes à tout le moins en mesure de mettre les choses en contexte, d’ajouter le degré de précision nécessaire et de donner un tour positif à l’emploi dont il est question, ce qui est tout simplement impossible à faire dans un curriculum vitæ.

  7. Les noms et coordonnées des employeurs ou des références

    Vous ne devriez transmettre les coordonnées de vos précédents employeurs et de vos références que lorsqu’on vous le demande, soit habituellement après la présélection. En fait, indiquer « références disponibles sur demande » dans un curriculum vitæ est considéré comme dépassé, car il est évident qu’on vous les demandera. La suppression de cette phrase est une autre occasion de mettre de l’ordre dans votre curriculum vitæ.

  8. L’école secondaire

    Si vous avez fait des études postsecondaires, il n’est pas nécessaire de mentionner votre diplôme d’études secondaire dans votre curriculum vitæ. Si vous avez étudié dans une université ou un cégep, il va de soi que vous êtes auparavant passé par une école secondaire. Encore une fois, vous libérez ainsi de l’espace.

  9. Le chic papier délicat

    Utilisez du papier blanc ou ivoire ordinaire. C’est tout. Pas de motif. Pas d’image de fond. Aucune odeur. Le format, les espaces vides et le contenu, voilà ce qui compte. Tout le reste est superficiel et ne fait pas professionnel.

  10. L’objectif de curriculum vitæ

    L’utilité de l’objectif de curriculum vitæ fait encore aujourd’hui l’objet de vifs débats. Certains sont d’avis qu’une description claire et concise de vos objectifs professionnels dénote de l’orientation, de l’ambition et de la conscience de soi, en plus d’aider le lecteur à comprendre sans délai ce qui vous intéresse dans l’emploi. D’autres croient plutôt qu’une telle description est dépassée, qu’elle focalise trop sur vos désirs au lieu de ceux de l’employeur, qu’elle est susceptible de faire brusquement arrêter la lecture du lecteur avant même qu’il ait pu accéder à de l’information plus détaillée sur vous, ou qu’elle peut même vous accoler une étiquette vu la trop grande spécificité, ce qui impose au lecteur une vision limitée de vous, tout en l’empêchant de percevoir l’adaptabilité de vos compétences.

    Dois-je rédiger un objectif de curriculum vitæ ou non? Dans le débat sur l’objectif de curriculum vitæ, on remarque un compromis, soit le « résumé ». Tout comme la photo, les utilisateurs de LinkedIn en apprécient la lecture des qualités et affirment qu’il s’agit d’un des éléments les plus efficaces de tout profil LinkedIn, car non seulement offre-t-il un bref aperçu de votre expérience, mais il vous donne également la possibilité de raconter une courte histoire, de laisser transparaître les facettes particulières de votre personnalité et de conclure par un appel à l’action (le tout en environ 250 mots). Donc, pourquoi limiter le résumé à LinkedIn, alors qu’il peut constituer un excellent substitut moderne à l’objectif de curriculum vitæ. Voilà, vous avez tout compris.

3 Commentaires Poster un commentaire
  1. Je trouve ce blog génial ! Il y a une atmoshpère particulière qui s’en dégage !

    J'aime

    mai 15, 2014

Rétroliens & Pings

  1. Résolutions du Nouvel An liées au travail | Les Échos d’Adecco
  2. Vous avez été congédié… Et maintenant? | Lead Blogue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :