Aller au contenu principal

Portraits des Jeux paralympiques : Chris Williamson

Médaillé d’or aux Jeux paralympiques, Chris Williamson est l’un des meilleurs skieurs para-alpins du monde, ce qui n’est pas étonnant si l’on considère ses antécédents familiaux. Son père Peter a représenté le Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 1968 en patinage de vitesse, et son frère, Tyler Derraugh, est aussi un patineur de vitesse de calibre mondial. C’est donc sans surprise que Chris pratique des sports depuis qu’il est tout jeune. Même s’il s’est entraîné sérieusement en patinage de vitesse, participant même aux Jeux d’hiver du Canada en 1987, le ski est devenu sa passion dès l’âge de trois ans. « Bien que je sois une personne avec un handicap, mes parents m’ont encouragé à faire tout ce que je voulais faire, dit-il. Ils n’ont pas tenté de me surprotéger ni de me faire sentir que mon handicap pourrait m’empêcher d’accomplir des choses. »

Malvoyant, Chris a travaillé au fil des ans avec 20 guides – des skieurs voyants qui dévalent les pentes devant Chris et l’avertissent par communication radio de ce qui s’en vient. Il s’agit d’un partenariat qui exige énormément de confiance et la capacité de bien s’entendre. « Le plus important, précise-t-il, c’est de connaître les forces et les faiblesses de la personne. Cela vaut autant pour le guide que pour l’athlète malvoyant. Dans une course de descente, on file à environ 130 km/h, et selon le type de skieur que vous êtes, vous pouvez exceller sur le plat et être moins bon dans les passages en pente forte ou le contraire. Un lien doit être créé. Si on n’est pas à l’écoute de l’autre ou qu’on ne l’aime pas, on est voué à l’échec. Surtout lorsque vous êtes sur la route. Nous nous préparons d’ailleurs à partir pour Sotchi. Nous serons en voyage pendant plus d’un mois, et nous passerons chaque jour ensemble. Il est donc essentiel d’entretenir une bonne relation. »

Établir des rapports avec les gens fait partie de la profession de Chris. Représentant au service clientèle d’une grande banque canadienne, Chris est aussi l’un des rares athlètes d’élite jonglant avec un emploi à plein temps et un entraînement intensif – sans compter une vie de famille bien remplie. « Je dirais que le service à la clientèle me passionne. J’aime pouvoir aider les gens et leur parler. Ce poste me donne également la liberté dont j’ai besoin. Environ 99 % des choses que j’ai à accomplir dans le service à la clientèle se font à l’intérieur d’une journée. Si bien que je n’ai pas à apporter du travail à la maison ni à trimballer des pensées du genre : J’ai un client qui veut que je fasse telle ou telle chose pour lui dans trois jours; et comme je serai en Europe dans trois jours, je ne pourrai l’aider. Comme tout se passe dans une même journée, je peux faire mon travail, interagir avec les gens, les aider à atteindre leurs buts, et le lendemain, je m’envole vers l’Europe, je m’entraîne et je participe aux compétitions auxquelles je suis inscrit – puis je reviens au bureau et reprends là où j’avais laissé. »

Lorsqu’on lui demande comment il arrive à équilibrer son travail, sa vie privée et le sport, Chris répond qu’il s’agit simplement d’une question de collaboration et de capacité à faire de la place dans sa vie pour tout ce qui lui importe. « Je crois que c’est toujours difficile de jongler avec tous ces aspects car il y a toujours des tonnes de choses que l’on manque, surtout quand on est si souvent à l’étranger, dans la vie de ses enfants, comme par exemple des réunions parents et professeurs. J’ai souvent utilisé Skype pour participer à ces réunions de sorte que je puisse être impliqué au processus d’éducation de mes enfants pendant que je suis sur la route. » Toutefois, à 41 ans, Chris a décidé que les Jeux paralympiques de Sotchi seraient ses derniers, et ce, de son propre chef, en dépit des blessures persistantes qu’il endure depuis environ deux ans. En plus de sa famille, dont il garde précieusement une photo dans son sac à dos, Chris affirme qu’il tire sa motivation de sa passion pour le sport et d’une volonté de fer. « Je préfère me retirer de mon plein gré plutôt que de voir une blessure me dicter d’arrêter de faire ce que je fais. Ce sera mon choix, et je serai alors heureux d’avoir accompli ce que j’ai accompli dans ma carrière sportive. Mais au moins, c’est moi qui aurai déterminé le moment où cette carrière prendra fin. » La famille de Chris sera heureuse elle aussi. « Ce qui excite le plus ma famille au sujet de ma retraite en tant qu’athlète, poursuit-il, c’est que ce sera plus facile pour elle de prévoir des activités avec papa. »

Quand on lui demande quelles compétences sont selon lui transférables entre le domaine sportif et le monde du travail, Chris souligne le travail d’équipe et la communication. « Il faut garder cette voie de communication ouverte, tout en manifestant beaucoup d’honnêteté et de confiance, ainsi que beaucoup de sang-froid et une volonté à toute épreuve pour relever le défi. Permettez à quelqu’un de vous fixer un objectif et faites de votre mieux pour tenter de le réaliser. Il y a ceux qui acceptent un emploi et qui s’acquittent de façon satisfaisante de leurs tâches, pour finalement réussir à moitié. Et il y a ceux qui ont un objectif mais qui essaient d’aller au-delà de celui-ci – ce sont eux qui réussiront véritablement. Je crois fermement qu’il faut toujours donner le meilleur de soi, peu importe le rôle qu’on est appelé à jouer. Je suis comme tout le monde. Il y a des matins où j’ai de la difficulté à me lever du lit et le reste de la journée est aussi pénible. Ces jours-là, j’essaie de me rappeler mes objectifs et de ce que je veux accomplir. Mon but, quelle que soit la situation, est d’offrir le meilleur service à la clientèle possible. Je suis satisfait si je sens que j’ai donné le maximum. »

Pour en savoir davantage sur le parcours de Chris, visitez son profil au www.alpinecanada.org.

Découvrez d’autres Portraits des Jeux Paralympiques ici!

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :