Aller au contenu principal

Jouer avec les titres de poste

Oubliez ce que signifie un nom. Songez plutôt à ce que signifie un titre. Il y a eu, récemment, une sorte de guerre… une guerre de mots à propos des mots. Dans cette guerre s’affrontaient, d’un côté, les traditionalistes qui préfèrent les titres plus conventionnels et, de l’autre, ceux qui penchent pour des titres plus « créatifs », tels que « Gourou », « Rock Star », « Ninja », « Génie », « Magicien » et aussi « Jedi » (même si cela constitue une atteinte au droit d’auteur). Alors, qui a raison? Les traditionalistes sont-ils des personnes franches, rationnelles et terre-à-terre ou de vieux ringards tatillons? Et les « créatifs » sont-ils des iconoclastes novateurs et énergiques ou des parvenus juvéniles et arrogants? Les deux apportent de bons points, mais leur débat fait ombrage à des problèmes plus importants en matière d’attribution de titres.

Un emploi affublé d’un autre titre serait aussi intéressant… Vraiment?

Starbucks emploie des baristas, Apple, des Genius, et Best Buy, des agents de la Geek Squad. Bien sûr, les « Genius » et les « agents de la Geek Squad » font partie des exemples les plus récents et les plus extrêmes de titres originaux, mais le phénomène n’est pas nouveau. Depuis plus de 60 ans maintenant, Disney qualifie chacun des membres de son équipe de conception et de développement de « créateur » (traduction libre d’Imagineer) – un terme qui a été inventé il y a plus de sept décennies par Alcoa qui, figurant au troisième rang mondial des producteurs d’aluminium, gagne le prix de l’entreprise la moins susceptible d’inventer un titre de poste amusant associé à la phrase Zip-a-Dee-Doo-Dah. Un article du Pittsburgh Post-Gazette, paru en janvier 1961, se penchait déjà sur une époque où les avocats préféraient se faire appeler des conseillers juridiques, et mentionnait que les concierges étaient devenus des gardiens et que les plombiers faisaient campagne pour qu’on les considère comme des « hydromécaniciens ». On retrouve des exemples plus récents et moins extrêmes de transformation de titres de poste, comme les vendeurs qui sont devenus des représentants du service à la clientèle, et les secrétaires qui ont été convertis en adjoints administratifs.

Parfois, on attribue un nouveau nom à un poste pour mieux refléter les tâches qui y sont rattachées, surtout quand ces tâches – et le poste, par le fait même – ont changé avec le temps. Ainsi, même si les « gardiens » remplissent le même rôle que les « concierges » de l’époque, il est plausible de faire valoir que le poste d’adjoint administratif est essentiellement nouveau, du fait, en raison de l’ajout de tâches de plus en plus cérébrales, qu’il a évolué par rapport à son « ancêtre », celui de secrétaire, un peu comme les « apothicaires » qui ont été remplacés par les pharmaciens et les « antiquaires », par les archéologues. (Bon… d’accord, ces changements ne se sont pas effectués aussi rapidement.) Mais comme le soutient l’article du Pittsburgh Post-Gazette, on cherche souvent à modifier un titre afin d’élever le statut du poste visé. Et, croyez-le ou non, les titres comme « Genius », « Agent de la Geek Squad », « Jedi » et « Génie » sont nés pour cette même raison. Ils sont toniques, uniques et « dans le vent » et ont été inventés pour que les employés se sentent exactement de la même manière. Nombreuses sont les personnes qui prétendent que ce regain de confiance contribue à rehausser le moral, la fidélité et la productivité des employés.

Toutefois, bien que cela soit vrai pour quelques employés, il serait aussi pertinent de réfléchir à certains points. Premièrement, comme il est également stipulé dans l’article du Pittsburgh Post-Gazette, plusieurs nouveaux titres flamboyants perdront de leur lustre au fil du temps, ce qui signifie que, à moins que le poste lui-même ne devienne plus élaboré, le prestige associé à son nom sera fugace; deuxièmement, certains employés ne croient tout simplement pas en la sémantique. En fait, ces derniers peuvent considérer l’utilisation de titres plus « colorés » condescendante ou non professionnelle – une façon de voir que partagent, ils le constatent, nombre de futurs employeurs potentiels.

Ces points cachent d’autres problèmes plus sérieux qui devraient être pris en considération au moment de créer ou de changer un titre de poste.

Pseudonymes et pseudo-promotions

Au cours des dernières années, et tout particulièrement à la suite de la crise économique de 2008, on a beaucoup entendu parler d’employés qui se voyaient octroyer des titres à consonance prestigieuse plutôt qu’une rémunération ou des responsabilités supplémentaires. Quelques-uns ont même eu droit à un nouveau titre et à de nouvelles responsabilités, sans aucune compensation financière. En fait, Internet regorgent de conseils enjoignant aux employés d’accepter, voire même de demander, un meilleur titre de poste à la place de promotions ou d’augmentations salariales, surtout si leur employeur ne peut se permettre ces dernières.

Effectivement, de telles pratiques présentent des avantages tant pour l’employeur que l’employé. Mais, malheureusement, ils présentent aussi un revers. Les employeurs croient ainsi qu’ils réussiront à augmenter la fidélité et la productivité de leurs meilleurs employés moyennant l’impression de nouvelles cartes professionnelles, mais les employés deviennent alors plus intéressants aux yeux des autres entreprises, qui sont prêtes, elles, à leur offrir le même ou un meilleur titre – sans mentionner l’autorité et la rémunération qui y sont rattachées.

Par ailleurs, les employeurs devraient se rappeler que l’institution d’un important écart entre les titres qu’ils attribuent à leurs employés et la rémunération qu’ils leur offrent peut avoir des répercussions juridiques considérables. Un employé peut avoir le titre de gestionnaire, sans les responsabilités que ce titre suggère, mais cette courtoisie pourrait devenir un réel fardeau le jour où cet employé cherchera à récupérer le manque à gagner.

Les meilleurs titres sont les plus courts, et non les plus amusants

Alors, existe-t-il des bonnes pratiques en matière de création de titres d’emploi? Cela dépend. Même si les titres comme « barista », « Genius » et « agent de la Geek Squad » ont pu paraître inusités quand ils ont été créés, leurs inventeurs, Starbucks, Apple et Best Buy, ne se plaignent certainement pas. La marque a un important rôle à jouer dans la réussite de ces titres. Contrairement à ses concurrents qui ont adopté le modèle de la restauration rapide, Starbucks propose une expérience distinguée dans un café attrayant; il n’y a donc aucune surprise à ce que cette chaîne appelle ses serveurs des « baristas ». Quel autre nom aurait-elle pu leur donner? Des cafetiers? Des serveurs? Ne soyons pas ridicules! Nous savons tous que les serveurs n’écoutent pas du Norah Jones. Pareillement, qui n’associe pas l’héritage de Steve Jobs au « génie »? Et si vous devez faire réparer votre tablette, n’êtes-vous pas rassuré de la savoir entre les mains d’un « geek »? Ou encore mieux d’un « geek » associé? (Remarquez que « geek » a une connotation plus positive aujourd’hui; Les années 80 sont finies.)

Mais que faire si vous n’êtes pas le chef de file de la technologie ou la plus grande chaîne de cafés du monde? Eh bien… vous auriez tout intérêt à respecter les conseils suivants concernant la création de titres pour votre personnel :

  • Un titre qui décrit l’emploi

    Si vous travaillez pour une entreprise d’envergure ou en croissance, les gens à l’interne comme à l’externe seront de plus en plus nombreux à devoir rapidement saisir le rôle de chacun. Si un titre de poste est trop flou – comme le titre de « ninja », vos employés et vos clients actuels et potentiels risquent fort d’être un peu confus.

  • Un titre qui indique le rang hiérarchique

    Cette approche aussi s’avère utile pour les collègues et les clients. Si la structure hiérarchique de votre entreprise se reflète dans les titres de vos employés, ces derniers sauront facilement qui occupe un poste supérieur au leur, et les clients reconnaîtront rapidement les échelons supérieurs auxquels soumettre leur problème, au besoin.

  • Titre adapté au fonctionnement des moteurs de recherche

    N’oubliez pas que pour que vous puissiez engager des candidats, ceux-ci doivent d’abord poser leur candidature. Si les descriptions d’emploi que vous affichez sur Internet sont trop floues ou excentriques, votre entreprise pourrait tout aussi bien être invisible auprès des candidats qu’elle cherche à joindre. Utilisez des titres de poste concis, descriptifs et comprenant les principaux mots clés entrés par les internautes sur Google et les autres moteurs de recherche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :