Aller au contenu principal

Témoignage de Ameerudeen Najumudeen

Après avoir décroché son baccalauréat en génie chimique, en Inde, Ameerdueen Najumudeen a émigré au Canada pour y faire une maîtrise en génie industriel axée sur les sciences de la corrosion. « Il y aura toujours de la corrosion, explique-t-il. Il y aura donc toujours de l’emploi pour les ingénieurs corrosionnistes ». Travaillant actuellement comme ingénieur en intégrité de système à titre de contractuel auprès d’un des plus importants clients d’Adecco dans le secteur de l’énergie, à Saskatchewan, Ameerudeen connaît les difficultés que peuvent rencontrer les ingénieurs fraîchement diplômés qui cherchent à intégrer le marché du travail, malgré les nombreux postes affichés. Heureusement, il s’est montré ouvert à toutes sortes de possibilités.

À la fin de sa maîtrise, il était prêt à découvrir différents genres de travail et à travailler ailleurs au Canada. Adecco lui a fait passer une entrevue sans savoir qu’il avait étudié en génie puisque ce n’était pas indiqué dans son curriculum vitæ. Ameerudeen raconte qu’il ne savait même pas, au départ, que ses antécédents en génie pourraient lui être utiles pour obtenir un poste à titre d’employé temporaire. Il a d’abord accepté un mandat d’ouvrier non qualifié auprès d’un important fabricant de machinerie agricole puis il a travaillé comme répartiteur pour une grande chaîne de supermarchés canadienne. Ce n’est qu’au moment où il a demandé un congé en vue de passer une entrevue pour un poste d’ingénieur que Jennifer Chase, la directrice de l’agence Adecco de Regina, a découvert ses aptitudes techniques et sa réelle passion.

Un meilleur ingénieur grâce à des aptitudes non liées au génie

Malgré tout, Ameerudeen est catégorique. Les postes non liés au génie qu’il a occupés lui ont été très bénéfiques, car cela lui a permis d’acquérir une expérience dans laquelle il puise encore en qualité d’ingénieur. « Même si mon travail n’était pas directement lié à l’ingénierie, j’y ai acquis différentes aptitudes, ajoute-t-il à propos de son emploi de répartiteur. J’étais toujours occupé et devais fréquemment effectuer trois ou quatre tâches en même temps. J’ai donc appris à travailler en mode multitâche. De plus, les interactions que j’ai dû avoir avec différents types de personnes me sont très utiles aujourd’hui sur le plan des communications. Par exemple, en ce moment, j’œuvre au sein de l’exploitation, mais nous devons fréquemment communiquer avec le personnel sur le terrain pour régler certains détails. C’est donc pratique de savoir parler de manière convaincante à différentes personnes. Par ailleurs, nous gérons habituellement deux ou trois projets en même temps, alors les compétences en fonctionnement multitâche que j’ai acquises quand j’étais répartiteur m’aident à gérer de multiples projets en simultané et à respecter différentes échéances. »

Ameerudeen croit également que les agences de placement d’employés temporaires constituent de formidables portes d’entrée dans le secteur de l’ingénierie en raison de leurs ressources. « Le travail temporaire est un bon moyen de rester en contact avec une agence en dotation, affirme-t-il. La plupart du temps, je conseille à mes amis de communiquer avec les agences en dotation pour connaître les opportunités que présente le marché. Tout est une question de contacts, car les possibilités offertes aux ingénieurs qui sortent de l’université sont limitées. Si je n’avais pas accepté des mandats temporaires, Jennifer n’aurait pas pensé à moi pour mon poste d’ingénieur actuel. Grâce à mon statut d’employé temporaire, je sais quelles opportunités mon agence peut m’offrir. Je pense que les agences de placement d’employés temporaires sont bonnes pour les nouveaux ingénieurs car 80 % des entreprises qui affichent des postes en ligne cherchent habituellement des employés d’expérience et n’offrent pas de postes permanents aux débutants. Elles ont plutôt tendance à faire affaire avec des agences de placement à cette fin. Voilà où Adecco s’avère vraiment utile. S’il avait fallu que je me porte candidat à chaque poste, je n’aurais pas eu la chance de décrocher celui que j’occupe actuellement. De plus, Adecco n’offre pas ses services qu’à une seule entreprise, mais plutôt à des centaines. Elle a aussi accès à plus de postes qu’une personne peut trouver sur Internet. »

Le plus important, c’est l’expérience en ingénierie, pas le contrat

Ameerudeen n’est pas intimidé par la nature contractuelle de son travail. Pour lui, il est plus important de forger l’expérience dont il a besoin pour s’établir sur le marché de son choix. « Je peux ainsi travailler pour un cabinet d’ingénieurs-conseils et remplir des fonctions pertinentes. Même si le cabinet n’aura pas besoin de mes services à l’avenir, j’aurai acquis une excellente expérience dont d’autres entreprises pourront profiter, déclare-t-il. Par ailleurs, il y a des chances que le cabinet où je travaille veuille éventuellement engager des employés permanents. Sinon, mon contrat peut être renouvelé jusqu’en 2017. En effet, il s’agit d’un contrat de cinq ans renouvelable chaque année. Et si mon mandat prend fin à l’expiration du contrat, en 2017, et que l’entreprise n’engage pas d’employés permanents, j’aborderai les autres entreprises avec une expérience de cinq ans. Différentes options s’offrent donc à moi. Pour un ingénieur, il est essentiel de posséder une à deux années d’expérience. Le fait d’en compter deux ou trois auprès d’une entreprise renommée vous propulse à la tête de la liste d’embauche. L’expérience que j’acquiers en ce moment est vraiment précieuse. »

Conseil pour tous

En plus d’avoir de nombreux conseils à donner aux ingénieurs sans expérience, Ameerudeen se fait un fervent promoteur de sa profession. « Pratiquement toutes les choses avec lesquelles nous interagissons aujourd’hui ont été conçues par des ingénieurs, déclare-t-il. Je suggère même à mes amis d’étudier en ingénierie. Cette discipline se divise en centaines de volets, chacun ayant ses domaines de spécialisation. Et le potentiel de croissance d’un ingénieur qui offre un bon rendement est exponentiel. »

Ameerudeen a également quelques recommandations pratiques à faire à quiconque, quel que soit son domaine, songeant à devenir un employé temporaire. « Avoir une allure professionnelle est vraiment important, parce que la première impression est la bonne, explique-t-il. Quant aux réponses à fournir en entrevue, il suggère aux candidats de dire ce qui les intéresse réellement plutôt que d’essayer de deviner ce que le conseiller souhaite entendre. Ainsi, si un emploi qui cadre avec vos intérêts se présente, vous l’obtiendrez probablement! »

À propos de Témoignages

À Adecco, nous tirons une grande fierté des accomplissements des personnes de talent pour qui nous trouvons chaque jour des mandats temporaires dans tout le Canada. Donc, pour faire connaître leur bon travail et leurs réussites, c’est avec plaisir que nous rapportons leurs récits dans la chronique Témoignages – une série d’entrevues mettant en vedette les joueurs étoiles d’Adecco.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :