Aller au contenu principal

Le blues du diplômé

Que vous l’ayez fait encadrer pour l’accrocher au mur ou le laissiez s’empoussiérer au fond d’un placard, votre diplôme universitaire ou collégial vous appartient. Vous l’avez reçu, et il est là pour rester. Septembre est arrivé, et c’est probablement votre premier automne depuis l’âge de trois ans où vous ne savez pas ce qui vous attend et n’êtes attendu nulle part. Cela peut être déconcertant. Bien des nouveaux diplômés se sentent tristes, confus, anxieux et accablés lors de l’automne qui suit la remise des diplômes. Et les manchettes au sujet du chômage chez les jeunes ne font rien pour atténuer ce phénomène. Il y a pourtant une multitude de raisons d’être extrêmement enthousiaste à propos de cette période de votre vie.

Mettre le chômage chez les jeunes en perspective

Depuis environ deux ans, la situation extrêmement difficile des membres de la génération Y, qui peinent à trouver du travail intéressant après avoir obtenu leur diplôme, fait les grandes manchettes. Adecco a également écrit à ce sujet à quelques reprises! À l’heure actuelle, le taux de chômage chez les jeunes au Canada demeure juste en dessous de la barre des 14 %, et ce, malgré des pertes d’emplois marquées en juillet 2013. Il est vrai que ce taux est environ le double de celui enregistré pour l’ensemble de la population et que la situation est quelque peu préoccupante pour l’économie, mais n’oublions pas que les manchettes des journaux et des magazines visent à attirer l’attention. En fait, bien des détracteurs de ces publications rappellent que le taux de chômage chez les jeunes au pays était encore plus élevé qu’aujourd’hui au cours des récessions du début des années 1980 et 1990. Ils signalent également que le Canada est le pays d’Occident qui s’en tire le mieux à ce chapitre. La Grèce, par exemple, a atteint un taux record de chômage chez les jeunes de 65 % cet été. Ces rappels feront peut-être bien peu pour réconforter les membres de la génération Y qui ont du mal à trouver du travail, mais tout est affaire de perspective. Oui, il y a du travail pour vous. L’économie d’un pays est une chose qui évolue. Il vous suffit peut-être de modifier vos attentes et d’être un peu patient.

Emploi pour les nouveaux diplômés : quelques conseils

Ce n’est pas le cas de tous, mais certains nouveaux diplômés ont des attentes irréalistes sur le temps qu’il leur faudra à la sortie des classes pour être embauchés, l’échelon où ils amorceront leur carrière et le salaire auquel ils peuvent s’attendre. La plupart des emplois pour les nouveaux diplômés sont des postes de premier échelon, peu importe l’industrie ou le niveau de scolarité, et le salaire est en conséquence. En ce qui concerne les emplois pour les nouveaux diplômés, il y a donc quelques faits à accepter.

  • La recherche d’emploi peut prendre un certain temps

    Même quand l’économie est au beau fixe, il faut parfois quelques mois pour être embauché. C’est pourquoi l’idéal est de commencer à postuler quelques mois avant la fin de vos études.

  • Le bénévolat et le travail contractuel permettent d’acquérir de l’expérience

    Soumettez votre candidature pour tous les postes pour lesquels vous vous sentez qualifié, et inscrivez-vous également auprès d’agences de placement : qui sait quelles offres d’emploi elles ont en réserve et où ces dernières pourraient mener, même s’il s’agit de travail temporaire. Les agences de placement peuvent également vous aider à améliorer votre curriculum vitæ et à affiner vos compétences en entrevue, en plus de vous orienter vers le bon parcours de carrière. Le bénévolat est également une option à envisager. C’est relativement facile à faire et c’est une excellente façon d’enrichir votre curriculum vitæ, d’élargir votre réseau et de montrer que vous n’avez pas peur de l’effort et que vous avez des convictions.

  • Petit train va loin

    Il vous faudra peut-être passer par quelques étapes et patienter quelques années avant d’accéder à votre poste de rêve. Vous pourriez même vous réveiller un matin et constater que le poste dont vous avez toujours rêvé n’est plus votre idéal. Souvenez-vous que la vie est faite de désillusions, mais aussi de découvertes.

Conseils pour s’adapter à la vie après l’école

Le travail n’est pas tout dans la vie, et les conseils sur la rédaction d’un curriculum vitæ et les entrevues d’emploi ne suffisent pas. Voici quelques conseils pour vivre une transition en douceur après vos études postsecondaires. Ils vous aideront dans votre carrière, mais aussi dans tous les autres aspects de votre vie.

  • Détendez-vous

    Vous venez tout juste de terminer vos études. Oui, il est important de trouver un emploi, mais il faut aussi prendre le temps de vous faire au changement. Ne vous demandez pas de changer votre vie du tout au tout le plus rapidement possible. Passez du temps avec les amis qui sont près de vous, et gardez le contact avec ceux qui sont loin. Grâce à Internet et aux médias sociaux, cela n’a jamais été aussi facile. Continuez de passer du bon temps et de réfléchir à ce que vous voulez vraiment faire.

  • Habituez-vous à l’incertitude

    Les cours et les stages suivent une séquence stricte, mais les emplois peuvent changer à tout moment, pour toute raison, dont certaines échappent à votre contrôle. Trouvez l’équilibre entre mettre le cap sur vos objectifs et suivre le courant. Rappelez-vous : vous ne saurez pas si un travail vous plaira ou non tant que vous ne l’aurez pas essayé.

  • Gérez votre argent de façon responsable

    Cela concerne vos habitudes de divertissement, mais surtout le remboursement de votre dette d’études, si vous en avez une. Établissez un budget et respectez-le. En ce qui concerne votre prêt, remboursez-le le plus rapidement possible. Les périodes de grâce ont une fin, et si vous le pouvez, commencez à rembourser votre dette avant de commencer à payer des intérêts pour réduire le capital.

  • Dormez

    Il est facile de devenir un oiseau de nuit, surtout en période de recherche d’emploi. Mais vous n’êtes pas un hibou : si vous vous levez trop tard le matin ou si vous manquez de sommeil parce que vous faites la fête en sortant du travail, vous pourriez perdre l’équilibre, ce qui pourrait affecter votre capacité à repérer des erreurs à l’écrit, vos aptitudes en entrevue et votre rendement au travail. Allez au lit à la même heure tous les soirs et levez-vous à la même heure tous les matins.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :