Aller au contenu principal

Les désignations professionnelles les plus utiles

Dans le monde du travail, la crédibilité est reine, particulièrement au sein des professions qui requièrent des connaissances techniques pointues. Bien souvent, la désignation professionnelle va garantir cette crédibilité, surtout au cours d’un processus d’embauche. Ces séries de lettres qui semblent avoir été choisies  au hasard trônent après le nom de famille du candidat parce qu’elles clament haut et fort que la personne a été admise par un groupe d’experts qui, par définition, en savent plus que quiconque dans un champ de spécialité donné. Les désignations professionnelles rassurent les employeurs et donnent confiance aux chercheurs d’emploi. Elles ne sont toutefois pas toutes égales, et c’est en grande partie parce que les associations professionnelles ne sont pas toutes égales.

Beaucoup affirment que la légitimité d’une association professionnelle (et par extension de la désignation professionnelle qu’elle accorde) repose sur son engagement à évaluer les connaissances du demandeur avant de l’admettre dans ses rangs, mais aussi sur sa volonté et sa capacité de prendre des mesures disciplinaires, y compris la radiation d’un membre si ce dernier enfreint les règles ou omet de respecter des normes strictes. Les associations de médecins, par exemple, ont ce pouvoir. En revanche, bien des associations du domaine des communications ont tendance à aboyer plus qu’elles ne mordent, même si elles sont dotées de codes, perçoivent des cotisations, offrent de la formation, accordent des certifications et remettent des prix. Et bien entendu, la légitimité d’un titre professionnel est liée à la valeur qu’il procure : un diplôme en médecine fait de vous un médecin; un certificat en service à la clientèle, lui, vous appauvrit de 3 000 $.

Quelles sont alors les désignations professionnelles qui ont le plus de valeur? Cela dépend essentiellement du marché de l’emploi. Actuellement, au Canada, les domaines des finances, des technologies de l’information et du génie offrent certains des emplois les plus en vue du pays. Les étudiants et les chercheurs d’emploi ont évidemment de bonnes raisons de connaître les titres suivants, mais les employeurs devraient tout autant y porter attention, puisqu’ils détiennent peut-être la clé pour libérer leur potentiel et faire grimper leurs résultats nets.

Les désignations professionnelles les plus utiles dans le domaine des services financiers et de la finance

  • Comptable agréé (CA) : Les comptables agréés voient beaucoup de portes s’ouvrir à eux, au niveau national comme à l’étranger, particulièrement pour des postes de responsable des politiques, de stratège et autres rôles de dirigeants. Bien qu’il existe plusieurs manières de devenir CA, chacun doit avoir cumulé 51 heures-crédits et trois ans d’expérience au sein d’un cabinet d’expertise comptable, en entreprise ou au gouvernement.
  • Comptable général licencié (CGA) : Reconnus au Canada et à l’étranger, les CGA peuvent travailler dans tous les secteurs, public et privé, pour des organismes à but lucratif ou non lucratif. Ils ont le potentiel d’occuper des postes de haut rang très respectés tels qu’auditeur public, directeur ou vice-président des finances ou encore chefs des services financiers. Comptable en management accrédité (CMA) : Le titre de CMA repose sur trois piliers : comptabilité, management et stratégie. Les CMA peuvent trouver du travail dans n’importe quelle entreprise, quelle que soit l’industrie, surtout grâce à leur expertise en évaluation du rendement, en gestion du risque, en assurance et dans d’autres domaines de spécialité.
  • Planificateur financier agréé (CFP) : Bien que parfois considérée comme une certification de premier échelon, celle qui donne droit au titre de CFP compte parmi les plus largement reconnues et respectées du secteur de la finance, surtout parce que les professionnels qui détiennent ce titre s’occupent de finances personnelles.
  • Planificateur financier personnel (PFP) : Qu’est-ce qui différencie un PFP d’un CFP? Pas grand-chose selon certains, mais le titre de CFP apporte en réalité plus de crédibilité car il est décerné par le Financial Planning Standards Council (FPSC), un organisme sans but lucratif, tandis que le titre de PFP est décerné par le Canadian Securities Institute (CSI), institut à but lucratif. Par contre, certains font valoir que la certification PFP porte plus spécifiquement sur les opérations bancaires que sur les finances personnelles, malgré ce que laisse entendre le titre.
  • Assureur vie agréé (AVA) : Très prestigieux, le titre d’AVA convient à ceux qui s’occupent de transfert de patrimoine et de planification successorale, ce qui suppose de maîtriser de nombreuses questions fiscales et légales.
  • Gestionnaire de placements agréé (CIM) : Les CIM effectuent de la recherche, des analyses et des évaluations du risque pour construire et équilibrer des portefeuilles d’actions.
  • Analyste financier agréé (AFA) : Très rigoureuse, la certification d’AFA est longue à obtenir mais est reconnue mondialement. Elle ouvre de nombreuses portes dans le monde des investissements, puisqu’elle couvre un large éventail de domaines : comptabilité, produits dérivés, analyse, marchés et déontologie.
  • Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) : Offert par le CSI, ce cours de premier échelon permet de travailler dans le domaine des valeurs mobilières au Canada; c’est la porte d’entrée vers une carrière en opérations bancaires.

En mai 2012, l’unification de la profession comptable au Québec a réuni, dans un seul ordre, les comptables agréés du Québec (CA), les comptables généraux accrédités du Québec (CGA) et les comptables en management accrédités du Québec (CMA). Tous ces comptables sont maintenant connus sous le titre de comptables professionnels agréés du Québec (CPA). S’ajoute à ce titre celui qu’ils détenaient avant l’unification d’où l’origine des titres suivants :

  • CPA, CA
  • CPA, CGA
  • CPA, CMA

Les désignations professionnelles les plus utiles dans le domaine des technologies de l’information

  • Professionnel en gestion de projet (PMP) : Ciblant la direction de projets, la formation de PMP est à la pointe de la technologie tout en portant sur la gestion d’équipes et de budgets. Cette certification est largement reconnue et est très respectée; elle ouvre la porte à de nombreuses perspectives de carrière.
  • Microsoft Certified Solutions Associate (MCSA – adjoint certifié, solutions Microsoft) et Microsoft Certified Solutions Associate Expert (MCSE – expert certifié, solutions Microsoft) : Touchant à une variété de sujets, de Windows 8 à SharePoint 2013 en passant par l’infrastructure de serveurs, la messagerie et bien d’autres, ces certifications sont très recherchées à l’échelle mondiale, Microsoft demeurant le leader dans le monde des affaires. Le titre de MCSE exige de passer trois examens de plus que celui de MCSA.
  • Microsoft Certified IT Professional (MCITP – professionnel certifié en TI, Microsoft) : Spécialisé dans  l’infrastructure TI Microsoft, la formation de MCITP peut aussi porter sur une diversité de sujets : SharePoint, SQL Server, applications diverses, et bien plus.
  • Professionnel certifié pour la sécurité des systèmes d’information (CISSP) : Dans le domaine des technologies de l’information, la sécurité est de toute première importance. Les CISSP sont considérés comme faisant partie des meilleurs dans l’industrie. Leur expertise va des applications à l’infonuagique ,en passant par les téléphones intelligents.
  • Cisco Certified Network Associate (CCNA – adjoint certifié, réseaux Cisco) : S’adressant aux ingénieurs de réseaux ayant au moins trois ans d’expérience, le titre de CCNA certifie que la personne dispose des compétences nécessaires pour monter, faire fonctionner et dépanner des réseaux Cisco, et en assurer la maintenance.

Les désignations professionnelles les plus utiles en génie

  • Ingénieur de l’extraction du pétrole : Compte tenu du boom pétrolier en Alberta et de l’impatience du Canada d’accroître ses ventes de pétrole à l’étranger, il n’est pas étonnant que les ingénieurs de l’extraction du pétrole soient très recherchés. Ils peuvent se spécialiser en extraction de pétrole, forage et exploration ou gestion de l’acheminement du puits au lieu d’entreposage.
  • Ingénieur chimiste : Les ingénieurs chimistes sont recherchés par une diversité d’industries (plastique, produits pharmaceutiques, pâtes et papier, aliments et protection de l’environnement). Ils mettent au point des procédés et de l’équipement.
  • Ingénieur en aérospatiale : Les ingénieurs en aérospatiale travaillent sur une diversité d’appareils, dont des avions, des hélicoptères et des satellites. La demande dans le secteur de l’aérospatiale est cyclique, et elle est en hausse à l’heure actuelle.
  • Ingénieur civil : Bon nombre d’ingénieurs civils ont pris leur retraite dernièrement et les étudiants ayant choisi ce domaine ne suffiront pas à les remplacer. De plus, bien des villes canadiennes ont besoin de mettre à niveau leurs infrastructures. Ce sont ces villes qui ont le plus besoin des connaissances de ces ingénieurs pour la construction et la réparation de routes, de rails et d’infrastructures aéroportuaires.
  • Ingénieur informaticien : Combinant génie électrique et science informatique, le génie informatique est un domaine macroscopique regroupant plusieurs spécialisations, dont le génie logiciel, qui cible la mise au point et la maintenance de programmes, domaine dans lequel la demande est particulièrement forte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :