Aller au contenu principal

Le baromètre canadien en matière d’accessibilité

Dernièrement, le débat a fait rage au sujet de la présumée pénurie de main-d’œuvre au Canada. D’un côté, ce phénomène est vu comme un nuage sombre planant à l’horizon, et de l’autre, on estime qu’il y a plutôt pénurie de compétences et que trop d’entreprises canadiennes cherchent à pourvoir des postes avec des travailleurs étrangers temporaires plutôt qu’à former des citoyens canadiens pour ces mêmes postes. Quoi qu’il en soit, la Chambre de commerce du Canada estime que les industries de la construction, des hydrocarbures, du camionnage et de l’acier ainsi que l’industrie hôtelière et le secteur des soins infirmiers subiront les contrecoups d’une pénurie de travailleurs se chiffrant en tout dans les centaines de milliers au cours de la prochaine décennie. Encore plus inquiétant, le Canada tire de l’arrière par rapport à de nombreux autres pays de l’OCDE en ce qui concerne l’innovation et la productivité.

« Nous pourrions nous tirer de ce mauvais pas économique et éviter le pire si nous misions sur une ressource d’envergure, mais encore inexploitée : les 795 000 Canadiens handicapés sans emploi. Ces derniers pourraient être formés et devenir des membres productifs de la population active si on leur en donnait la chance, explique Russ Gahan, vice-président aux opérations à Excellence Canada, un organisme sans but lucratif indépendant (dont Adecco est un fondateur et un membre actif) qui fournit conseils, formation, certification et reconnaissance afin d’améliorer l’excellence organisationnelle à l’échelle du pays. En tirant parti du potentiel de cette partie de la population, dont plus de la moitié possède une éducation postsecondaire, nous pourrions asséner un dur coup à la pénurie de compétences au Canada et, par extension, à la pénurie de travailleurs. »

Une loi ontarienne qui place la barre haut

M. Gahan voit en la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario une lueur d’espoir, non seulement pour cette province, mais pour l’ensemble du pays, en ce qui concerne la mise en œuvre de normes appropriées d’accessibilité et la sensibilisation aux avantages économiques qui en découlent. « Selon un rapport du Martin Prosperity Institute, intitulé Releasing Constraints: Projecting the Economic Impacts of Increased Accessibility in Ontario, augmenter la participation des personnes handicapées au milieu du travail pourrait entraîner une croissance du PIB de l’Ontario pouvant atteindre 600 $ par habitant chaque année, explique-t-il. Cette loi est unique au monde, mais espérons que son influence se propagera bientôt aux quatre coins du Canada. Le pays en a besoin, et les entreprises ontariennes commencent à prendre des mesures pour s’y conformer, ce qui constitue simplement une première étape vers l’excellence en matière d’accessibilité et vers l’inclusion des personnes aux capacités diverses. »

S’appliquant au secteur public comme au secteur privé, la Loi a été adoptée en 2005 après que la Loi sur les personnes handicapées de l’Ontario, adoptée en 2001, ait été jugée difficile à appliquer. La Loi de 2005 vise à rendre l’Ontario pleinement accessible d’ici 2025, et si certaines entreprises ont pris des mesures pour s’y conformer dès son adoption, bien d’autres auraient besoin d’encadrement. M. Gahan est conscient du rôle crucial que joue l’inclusivité dans la réussite. « Un milieu de travail accueillant est un milieu de travail productif », soutient-il.

L’accessibilité en chiffres

Citant l’indice boursier Return on Disability (RoD) de Fifth Quadrant Analytics, diffusé par Bloomberg Exchange, M. Gahan souligne que les chiffres associés à l’embauche de personnes handicapées sont remarquables. « Les 50 premières entreprises canadiennes parmi les 282 dont les actions s’échangent à la Bourse de Toronto qui ont été analysées accordent une importance prépondérante au service aux personnes handicapées, qu’il s’agisse de clients ou d’employés, explique-t-il. L’indice RoD bat bien des indices boursiers et offre systématiquement un rendement accru aux actionnaires. »

À la lumière des compétences, de la motivation et des autres atouts que les personnes handicapées apportent à la population active, M. Gahan espère que la Loi incitera la société canadienne à surmonter les obstacles à leur intégration, obstacles qui se révèlent être liés davantage aux perceptions des employeurs qu’aux limites physiques ou mentales elles-mêmes. « Les personnes handicapées sont autonomes, motivées et pleines de ressources, et elles sont loin d’exiger autant de mesures d’adaptation que certains employeurs pensent, souligne-t-il. La pénurie de compétences ou de main-d’œuvre, quel que soit le nom qu’on lui donne, est un problème imminent, surtout dans certains secteurs. Il y a, ici même au Canada, un groupe dévoué qui constituera environ 16 % de la population en 2026, et qui pourrait contribuer à régler ce problème. Il est temps que les employeurs rappellent toutes ces personnes hors des coulisses pour les ramener sous les projecteurs. »

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :