Aller au contenu principal

La montée de l’impression 3D

L’impression 3D, de plus en plus répandue, est en voie de provoquer une nouvelle révolution industrielle. Les entreprises impartiront de moins en moins leur production, ce qui transformera le marché du travail.

Même si l’impression 3D existe depuis plus de 30 ans, elle a connu un développement relativement lent. Ayant d’abord servi au divertissement et à la conception de prototypes, ce n’est que depuis récemment qu’elle est considérée comme un moyen rentable de production. Mais elle a rattrapé le temps perdu : elle promet maintenant de révolutionner tous les aspects de la fabrication.

Une redéfinition des rôles de fabrication

La montée de l’impression 3D pourrait diminuer les besoins pour certains métiers de fabrication, qui seront cependant remplacés par de nouveaux postes créatifs et techniques. Cette technologie donnera lieu à la création d’une multitude d’emplois spécialisés – techniciens, ingénieurs, graphistes et concepteurs –, ce qui stimulera encore plus la demande pour les talents du secteur des STIM.

Aide à la production

L’impression 3D présente de nombreux avantages, dont la réduction des coûts, l’élargissement des possibilités et la stimulation de l’innovation. Les entreprises l’associant maintenant aux procédés traditionnels de fabrication pour pouvoir produire sur demande et sur mesure, bon nombre d’industries (santé, biens de consommation, aérospatiale, architecture, automobile, et institutions gouvernementales, militaires et universitaires) profitent de cette avancée.

Gestion des stocks

Grâce à l’impression 3D, les entreprises peuvent fabriquer leurs produits selon les besoins. Finie la nécessité de maintenir des stocks importants pour pouvoir remplir les commandes : il suffit de produire les articles sur demande. Les entreprises profitent donc d’une diminution du coût de la gestion des stocks, et sont en mesure d’emmagasiner le produit numériquement, et non physiquement. En plus, comme l’impression 3D repose sur la fabrication additive, soit sur la superposition de fines couches de matière pour créer le produit final, le procédé n’entraîne presque aucun gaspillage! 

L’émergence d’une nouvelle industrie

L’impression 3D s’imposant comme un outil indispensable à la production, elle entraînera l’émergence d’une nouvelle industrie. Les entreprises qui naîtront dans la foulée créeront des emplois spécialisés et professionnels, meubleront leurs nouveaux bureaux, et octroieront des contrats, ce qui ne manquera pas de stimuler l’économie et de profiter aux secteurs connexes.

En 2013, le président Obama a déclaré, lors de son discours sur l’état de l’Union, que l’impression 3D avait le potentiel de révolutionner tout ce que nous faisons. Plus nous nous fonderons sur cette technologie, mieux notre économie se portera : les entreprises seront en effet moins susceptibles de confier leur production aux pays où la main-d’œuvre est bon marché. L’impression 3D promet donc d’augmenter la fabrication en sol canadien et les gains d’efficacité, tout en contribuant à la croissance du marché du travail.

 

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.

 

L’embauche en période de pointe

Dans les secteurs manufacturier et du commerce de détail, certaines saisons s’accompagnent d’une hausse de la demande si marquée que les organisations peinent à y répondre. Vous aimeriez réussir à braver la tempête? Une main-d’œuvre temporaire pourrait aider votre équipe à garder le cap durant votre période de pointe.

L’embauche saisonnière est une ressource essentielle pour les secteurs soumis à des périodes de pointe. Non seulement les employés temporaires aident les organisations à respecter les échéances cruciales, mais ils peuvent remplacer le personnel en congé, diminuant l’épuisement et le roulement des employés à temps plein.

Pour tirer pleinement parti de cette solution saisonnière, consultez notre guide sur l’embauche en période de pointe dans les secteurs manufacturier et du commerce de détail.

Planifiez la formation

Que la durée du contrat soit de deux jours ou de deux mois, pour maximiser la contribution du personnel additionnel, vous devrez le former adéquatement. Vous ferez ainsi sentir aux nouveaux employés toute l’importance que vous leur accordez, et en leur présentant leurs rôles et leurs responsabilités, vous les préparerez au travail à accomplir. Vous pourriez même les jumeler à des mentors au sein du personnel à temps plein pour bien les accompagner.

Définissez clairement les attentes

Malgré leur statut temporaire, les travailleurs saisonniers dépendent de leur salaire pour satisfaire leurs obligations financières personnelles. En clarifiant d’entrée de jeu les questions potentiellement épineuses comme la durée du contrat ou les avantages, vous éviterez les déceptions éventuelles, ce qui favorisera le bien-être et la productivité de la main-d’œuvre.

Traitez les employés équitablement

Bien que ce ne soit pas pour longtemps, ces travailleurs font quand même partie de l’équipe! Encouragez vos employés réguliers à encadrer le personnel saisonnier, et invitez celui-ci aux activités de consolidation d’équipe et de rassemblement. Vous montrerez ainsi aux employés temporaires que vous appréciez leur contribution, tout en favorisant la camaraderie pendant votre période de pointe. En plus, avec l’entrée en vigueur des nouvelles règles « À travail égal, salaire égal » de l’Ontario, c’est le moment idéal de réviser votre manuel des normes d’emploi pour proposer une rémunération adéquate aux travailleurs saisonniers.

Gardez le contact

À la fin de la saison, pas besoin de faire vos adieux. Recueillez les coordonnées de vos employés temporaires, discutez de leurs disponibilités et tenez-les au courant de vos prochaines périodes de pointe. Ces employés déjà formés sont non seulement prêts à vous prêter main-forte au besoin, mais ils constituent un bassin de candidats de qualité pour votre prochain poste permanent. Bref, à long terme, ils vous feront économiser temps, efforts et argent.

Bien que votre personnel saisonnier soit temporaire, vous avez la responsabilité de le former, de l’accompagner et de le motiver. En suivant ces conseils, vous vous donnerez toutes les chances de connaître votre meilleure période de pointe à ce jour.

 

Pourquoi ne pas confier votre embauche saisonnière à Adecco? Nous avons le plus grand réseau de candidats au monde et la capacité de respecter des délais d’embauche extrêmement serrés. Communiquez avec votre succursale locale dès aujourd’hui pour découvrir comment nous pouvons vous aider à dépasser vos objectifs pour votre prochaine période de pointe.

 

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.

 

L’art d’être confiant en entrevue

Qu’il s’agisse ou non de votre première, une entrevue peut être une expérience étrange et malaisante, voire terrifiante. Mais une bonne façon de se sentir d’attaque, c’est de bien se préparer. Si vous prenez le temps de connaître l’entreprise, le poste et les responsabilités qui s’y rattachent, pas de doute : vous gagnerez en confiance. Besoins de plus de conseils pour apprivoiser le processus d’entrevue? Consultez le guide d’Adecco sur le sujet.

1. Renseignez-vous sur l’entreprise

Vous voulez faire bonne impression? Préparez-vous en faisant des recherches sur l’organisation qui vous aideront à mieux comprendre les attentes. Voici des sources utiles :

  • Site Web de l’entreprise
  • « Actualités » de Google
  • Amis et collègues
  • LinkedIn et autres plateformes de médias sociaux
  • Glassdoor

Quels sujets fouiller?

  • Valeurs de l’entreprise : Familiarisez-vous avec l’organisation et ce qu’elle attend de ses employés.
  • Dirigeants : Étudiez bien les profils des membres de la haute direction et des responsables du recrutement, car l’un d’eux pourrait bien vous interviewer!
  • Actualités : Soyez au fait des succès et problèmes récents de l’entreprise.
  • Clientèle : Explorez les produits et services de l’entreprise pour mieux comprendre son marché cible.
  • Culture : Faites la distinction entre l’idéal et la réalité de l’entreprise, notamment en vous informant auprès de gens qui la connaissent de l’intérieur.

2. Passez vos réalisations en revue

Vous pensez que l’entreprise n’a plus de secrets pour vous? Alors vous êtes prêt à établir le lien entre votre profil et ses besoins.

  • Étudiez la description de poste : L’entreprise y esquisse ce à quoi elle s’attend du candidat idéal. Revenez souvent à cette description lors de vos recherches et prenez des notes détaillées.
  • Faites le point sur votre parcours professionnel : Maintenant que vous savez ce que recherche l’entreprise, déterminez en quoi vos emplois passés font de vous un candidat de choix. Illustrez concrètement en quoi vos réalisations témoignent de votre capacité à économiser temps, argent ou ressources.
  • Pratiquez vos réponses aux questions capitales : Peu importe l’originalité de l’intervieweur, il voudra connaître vos forces et vos faiblesses. Présentez-lui des forces qui font écho à la description de poste. Quant à vos faiblesses, parlez-en ouvertement, mais expliquez comment vous composez avec elles au travail.
  • Montrez-vous sous votre meilleur jour : Votre CV vous a valu d’être convoqué en entrevue, mais ce sont vos compétences générales qui feront la plus forte impression. Détendez-vous, soyez vous-même et faites preuve d’optimisme! N’oubliez pas que les employeurs évaluent tout autant votre attitude et la façon dont vous vous présentez que votre expérience professionnelle.
  • Faites le ménage de vos médias sociaux : Quels sont vos paramètres de confidentialité? Vous vous êtes déjà googlé? Examinez votre présence en ligne pour vous assurer que rien ne risque de heurter vos employeurs potentiels.

3. Préparez vos questions

Conseil d’expert des recruteurs d’Adecco : les intervieweurs préfèrent les candidats qui posent des questions, car c’est un signe de pensée critique et de confiance en soi. Pendant vos recherches, notez les questions qui vous viennent. Des exemples :

  • Quelles sont les principales responsabilités du poste?
  • De qui relève le titulaire?
  • Quels sont les défis associés au poste?
  • En quoi l’équipe du titulaire soutient-elle les objectifs actuels de l’entreprise?

Ne parlez pas trop vite de vacances, de salaire et d’autres formes de rémunération. On pourrait croire que votre santé financière passe avant les objectifs de l’entreprise.

Vos recherches sont terminées? Alors pratiquez, et pratiquez encore! Si vous connaissez bien l’organisation et vos contributions, vous ne serez pas pris de court par des questions inattendues. Il ne vous restera plus qu’à vous présenter au rendez-vous avec l’assurance d’un employé de longue date, et non la nervosité d’une recrue potentielle!

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Trouvez et postulez votre emploi de rêve, ou obtenez des conseils de carrière de nos experts.

Comment vaincre le blues du retour de vacances

Malheureusement, les vacances ne peuvent durer éternellement. Que vous ayez dévoré des séries sur Netflix, passé vos journées à la plage ou visité un nouveau pays, le retour à la normale après un congé peut sembler presque impossible. Ne laissez pas ce retour à la réalité ruiner vos beaux souvenirs de vacances; suivez nos sept conseils pour revenir au travail frais et dispo!

  1. Revenez au travail en milieu de semaine

Il n’y a rien de pire qu’une semaine de travail complète tout de suite après les vacances. Essayez plutôt de reprendre doucement votre rythme en revenant au travail en milieu de semaine. Non seulement vous pourrez prendre le temps de lire vos courriels et de vider votre boîte vocale, mais cette semaine partielle servira aussi de période de transition.

Conseil de productivité : Utilisez votre dernier jour de vacances pour vous préparer mentalement. Avec une bonne nuit de sommeil, vous reviendrez au travail en pleine forme!

  1. Prenez un nouveau départ

Voyez votre retour au travail comme un nouveau départ, une occasion de vous concentrer à nouveau sur votre carrière. Profitez-en pour adopter de bonnes habitudes de travail. Mettez de l’ordre dans vos affaires et fixez-vous des objectifs de perfectionnement professionnel.

Conseil de productivité : Faites le ménage dans votre boîte de courriel. Désabonnez-vous des courriels indésirables. Vos messages seront mieux organisés et vous ne perdrez plus de temps à filtrer le contenu inutile.

  1. Commencez modestement

 Si vous vous colletez à un gros projet d’emblée, vous vous sentirez dépassé et non productif. Choisissez plutôt une petite tâche à rayer sur votre liste de choses à faire. Cette petite victoire vous donnera la motivation nécessaire pour vous attaquer à un projet de plus grande envergure.

 Conseil de productivité : Essayez de dresser une liste de choses à faire. Le simple fait de voir des éléments rayés sur cette liste stimulera votre productivité.

  1. Établissez des échéances réalistes mais fermes

Les échéances constituent un excellent moyen de prendre en main sa productivité. Mais lorsqu’on revient de vacances, c’est important de ne pas être trop dur envers soi-même. En établissant vos échéances, laissez-vous une petite marge de manœuvre le temps de reprendre votre rythme. Le respect de ces échéances vous motivera à mesure que vous augmenterez votre productivité.

Conseil de productivité : Soyez maître de votre agenda. En le tenant à jour, vous pourrez non seulement coordonner vos échéances, vos réunions et vos dates limites de candidature, mais aussi prévoir des périodes de travail sans interruption pour maximiser votre productivité.

  1. Reprenez vos saines habitudes alimentaires

Avez-vous abusé de la bonne chère et du bon vin pendant vos vacances? Compensez ces excès en apportant des repas et des collations santé au travail. Une bonne alimentation vous donnera l’énergie et le niveau de concentration dont vous avez besoin pour exceller au travail!

Le saviez-vous? Une mauvaise alimentation peut causer de la fatigue, réduire l’efficacité mentale, favoriser le stress et la dépression, et diminuer la productivité

  1. N’allez pas trop sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram peuvent rendre le retour à la réalité encore plus pénible. En voyant toutes ces photos de parents et d’amis en vacances ou partis à l’aventure, la fin de votre congé peut facilement vous causer une grande déception. En limitant le temps que vous passez sur les réseaux sociaux, vous pourrez rester concentré et éviter le blues du retour de vacances.

Conseil de productivité : Prévoyez des « périodes sans appareils électroniques » ou coupez les données de votre téléphone pour ne pas être dérangé par des notifications au travail.  

  1. Prenez des pauses pour vous récompenser

Ne jouez pas au héros du bureau. C’est irréaliste de penser qu’on peut reprendre tout le temps perdu dès le premier jour. Si vous vous empressez de tout faire, vous perdrez toute votre zénitude de vacances, ce qui peut mener au stress et à l’épuisement. Prenez une pause bien méritée pour vous récompenser après une tâche (grande ou petite). Allez chercher une collation santé dans le frigo ou sortez prendre l’air à l’heure du lunch.

Conseil de productivité : Prenez une pause lorsque vous faites un bon coup, par exemple après avoir atteint un objectif ou établi un plan d’action. Vous serez plus motivé à vous remettre au travail après votre pause.

 

Les vacances sont faites pour faire le plein d’énergie. Ne vous laissez pas démoraliser par la fin de votre congé. Voyez votre retour au travail comme un nouveau départ. Vous atteindrez de nouveaux sommets de productivité et de perfectionnement professionnel!

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez  Ressources.

Comment optimiser votre stratégie de mobilisation des employés

La mobilisation des employés est essentielle à la capacité d’une entreprise de réagir rapidement et efficacement au changement. Une bonne stratégie de mobilisation identifie, développe et met à profit les capacités de ses employés, et les prépare à assumer de nouvelles responsabilités à mesure qu’évoluent les besoins de l’entreprise.

Voici quatre conseils pour optimiser la mobilisation de votre main-d’œuvre.

  1. Nommez un responsable de la mobilité

Les organisations qui savent s’adapter aux conditions changeantes du marché sont celles qui veillent à la mobilité de leur main-d’œuvre, alors faites-en une priorité. En nommant un responsable de la mobilité, vous maximiserez l’efficacité de votre stratégie de mobilisation, vous contribuerez à sa visibilité et favoriserez la responsabilisation.

  1. Outillez vos gestionnaires de talents

Revoyez vos stratégies de gestion des talents et apportez les ajustements nécessaires. Assurez-vous que vos gestionnaires prennent le temps d’encadrer les employés et de discuter de leur cheminement de carrière. Donnez-leur des occasions de formation réciproque, et favorisez la formation individuelle durant les périodes plus tranquilles. Ils acquerront ainsi les compétences en leadership dont ils ont besoin pour aider les employés à atteindre leurs objectifs personnels et professionnels, ce qui favorisera la capacité de votre organisation à s’ajuster à des besoins changeants.

  1. Optimisez les évaluations du rendement

Les évaluations du rendement sont une belle occasion pour les employeurs et le personnel de parfaire les stratégies de mobilisation. Les gestionnaires devraient se pencher sur le rendement des employés au cours de la dernière année, mais aussi sur les compétences transférables et les occasions de perfectionnement et d’avancement professionnel. Ils pourront ainsi mieux jauger la contribution potentielle des employés et les motiveront à progresser.

  1. Responsabilisez les employés

Incitez les employés à être proactifs et à prendre les commandes de leur cheminement. Conseillez-les en matière de développement professionnel et offrez-leur des ressources qui leur permettront de mieux comprendre les responsabilités rattachées aux divers postes à pourvoir. Donnez-leur de la latitude, et vous témoignerez de leur valeur pour l’entreprise tout en renforçant leur dévouement.

 Les avantages d’une main-d’œuvre mobilisée sont nombreux. Vos employés disposent des outils nécessaires pour réaliser leurs ambitions professionnelles et ils enrichissent votre bassin interne de candidats. Vous pouvez donc déployer votre personnel en fonction de vos besoins, sans être limité par un manque de ressources.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez Ressources.

À 66 jours du jour J

Récemment, un collègue, qui est comme moi ambassadeur Win4Youth 2018, m’a rappelé qu’il ne reste que 66 jours avant le triathlon qui se tiendra à Lanzarote, en Espagne. Misère… Ça semble si loin et si près à la fois! J’y ai mis tant d’heures et d’efforts que j’affiche plus de 2 700 kilomètres au compteur. Et je sais bien que ça rapporte, je vois l’amélioration – mais est-ce que je serai prêt pour le jour J?

J’avoue que la question m’angoisse un peu. J’ai beau faire tout ce qu’il faut, qui sait comment je performerai ce jour-là? J’essaie donc de me concentrer sur l’entraînement plutôt que sur le résultat final. Le fait saillant jusqu’ici, c’est le camp en Belgique. Chaque fois que j’y repense, trois mots me viennent en tête : épuisement, camaraderie et soutien.

Épuisement

Longues journées, manque de sommeil et décalage horaire : le camp d’entraînement de Gand n’était pas de tout repos. Oui, j’ai fièrement brisé ma marque sur 10 kilomètres et goûté chaque aspect du séjour, sauf que j’étais épuisé à mon retour de Belgique. Bref, c’était une expérience aussi magnifique qu’exigeante. Dans cette succession d’ateliers, d’entraînements et d’évaluations, de déplacements et de dîners d’équipe, nous n’avons pas chômé et les nuits ont été courtes. Mais tout ça en valait la peine parce que j’en ai tiré les connaissances dont j’avais besoin pour me préparer pour Lanzarote. Est-ce que j’aurais aimé un horaire moins chargé? Bien sûr. Et si c’était à refaire? Sans hésiter!

Christian et Anne Nguyen, l’autre ambassadrice canadienne Win4Youth

Camaraderie

Les ambassadeurs ayant des cheminements, une condition physique et des objectifs variés, chacun devait relever des défis bien personnels. Pour certains, nager pour une première fois en eau libre était tout un exploit – et ce l’est encore. Pour d’autres, c’est rouler à vélo ou courir 10 kilomètres qui semblait une montagne. Mais j’ai compris que si nous avions tous un point faible et si les choses pouvaient se corser, nous étions ensemble dans ce bateau.

Pendant le camp, les ambassadeurs, les entraîneurs et le personnel de soutien ont tissé des liens forts; nous formons depuis une équipe très soudée. Nous avons noué des amitiés avec des gens de partout, échangé des trucs et conseils, partagé nos repas, dormi sous le même toit. L’entraide et les encouragements étaient au rendez-vous.

L’équipe nord-américaine Win4Youth la dernière soirée du camp d’entraînement

Soutien

Difficile d’imaginer meilleur contexte pour se préparer à un premier triathlon. La Fondation Groupe Adecco et les entraîneurs d’Energy Lab nous ont offert un soutien tout simplement incroyable. Équipement, conseils et applications d’entraînement, suivis réguliers : nous avions tout ce qu’il nous fallait pour nous sentir d’attaque et épaulés à chaque étape. Ce sont de vrais professionnels qui connaissent leur métier, et c’est rassurant de se savoir entre bonnes mains.

Les 66 prochains jours

J’ai beau m’être entraîné ferme et compter sur une équipe et un système de soutien hors pair, je réalise aujourd’hui que 66 jours, ce sera vite passé! Je devrai donc en faire bon usage si je veux être à mon mieux à Lanzarote. Au programme : quelques séances de nage en eau libre dans le Saint-Laurent, 20 sorties à vélo, 280 kilomètres de course et une participation au Triathlon de Québec, le 23 septembre, dans la catégorie Olympique.

Ce qui me ramène à ma question de départ : est-ce que je serai prêt pour le jour J? Demandez à mon entraîneur, et il vous répondra que je le serai si je respecte ses recommandations. De mon côté, la seule chose dont je suis convaincu pour l’instant, c’est que je terminerai l’épreuve et que j’en tirerai sans doute une grande satisfaction. Quant à savoir si j’atteindrai mes objectifs, réponse dans 66 jours, le 27 octobre. Je sais toutefois que les ambassadeurs partagent deux buts : être bien préparés et faire la fierté de leurs collègues et de leur pays. Pour nous tous, Win4Youth 2018 sera certainement mémorable. Chaque année, les participants et toute l’équipe en font un rendez-vous unique.

Suivez mon parcours sur les réseaux sociaux :

Pour en savoir plus sur le programme Win4Youth et commencer à enregistrer vos kilomètres et vos heures, cliquez ici. Pour découvrir des ambassadeurs actuels ou passés ou pour nous raconter votre expérience, utilisez le mot-clic #Win4Youth sur les réseaux sociaux.

Pour plus d’informations et d’autres articles, visitez ressources.