Aller au contenu principal

De l’autre côté du triathlon : un message d’Anne, ambassadrice Win4Youth

Le programme Win4Youth permet aux employés et aux clients du Groupe Adecco d’améliorer les conditions de vie de jeunes du monde entier tout en partageant leur passion du sport. Anne Nguyen était l’une des deux membres de la famille du Groupe Adecco Canada à avoir été choisie pour représenter le programme Win4Youth au triathlon Ocean Lava en octobre à Lanzarote, en Espagne. Voici son dernier article en tant qu’ambassadrice Win4Youth 2018.

Après le triathlon, j’ai pris le temps de réfléchir à la raison pour laquelle je souhaitais devenir ambassadrice de Win4Youth. Plus jeune, je me concentrais surtout sur mes études, et je n’ai jamais vraiment participé à des sports ou à des activités parascolaires. C’est pourquoi j’ai toujours eu l’impression d’être passée à côté de la chance de faire partie d’une communauté qui n’était pas composée d’amis ou de membres de ma famille. J’ai donc sauté sur l’occasion (d’accord, j’étais un peu réticente) de soumettre ma candidature pour devenir ambassadrice Win4Youth; je savais que cela m’aiderait à devenir active et à accroître mon réseau au sein du Groupe Adecco.

Le programme a largement dépassé mes attentes. En effet, non seulement ai-je réussi à compléter un triathlon de distance olympique, mais j’ai aussi rencontré des gens de partout dans le monde qui sont devenus des amis pour la vie. Ensemble, nous avons conquis le parcours de vélo le plus difficile de toute l’histoire de Win4Youth, une épreuve qui nous a unis à jamais (#weareWin4Youth et #alumniproud pour la vie!). Même si mon aventure en tant qu’ambassadrice Win4Youth 2018 tire à sa fin, je continuerai à motiver les négligés et à parler en leur nom. Après tout, si une accro du canapé comme moi a pu se transformer en athlète, cela veut dire qu’on est capable de tout si on s’y met!

Lire la Suite

Pendant les Fêtes, montrez votre reconnaissance à vos employés

Présentées comme une période de réjouissances, les Fêtes peuvent être stressantes pour vos employés. À tenter de concilier le travail et une vie personnelle occupée, on finit par être plus épuisé qu’autre chose. Vous voulez redonner le sourire à votre personnel? Alors montrez-lui votre reconnaissance en vous inspirant de ces quelques idées festives de nos experts du recrutement.

La période des Fêtes perturbe souvent notre quotidien au travail. On se retrouve devant une avalanche de tâches à faire, on ne sait plus où donner de la tête entre ces journées bien remplies et une vie sociale encore plus chargée – tout compte fait, les dernières semaines de l’année sont rarement les plus agréables. Mais en vous montrant reconnaissant, vous aiderez votre organisation à traverser cette période angoissante et motiverez votre personnel à maintenir la cadence. Il vous suffit d’appliquer ces quelques stratégies festives!

Dites merci

Rien de plus simple qu’un merci pour manifester votre reconnaissance aux employés. Exprimez votre gratitude à l’équipe en saluant son travail acharné et son dévouement, et soulignez les compétences individuelles qui font de chacun un atout pour l’entreprise. Montrez à vos employés que vous les estimez et vous verrez grandir leur confiance et leur loyauté.

Soyez souple par rapport aux horaires

Pour plusieurs, les Fêtes sont particulièrement stressantes parce qu’il faut trouver un équilibre entre le travail et les obligations personnelles qui se multiplient. Aidez vos employés à souffler en leur proposant des horaires flexibles. Invitez-les à commencer plus tard ou finir plus tôt, à prendre un après-midi de congé ou à prolonger l’heure de dîner. En leur offrant cette latitude, vous faciliterez la conciliation de leurs vies professionnelle et personnelle.

Amusez-vous avec vos employés

Faites de la période des Fêtes une occasion de tisser des liens avec vos employés. En prenant ne serait-ce qu’une heure par semaine pour partager des collations festives, décorer ou écouter de la musique de circonstance en leur compagnie, vous pourriez bien leur redonner de l’entrain. Vous pouvez aussi proposer une compétition amicale, par exemple un concours de cuisine ou un échange de biscuits. Il suffit même de tout arrêter pendant quelques minutes, le temps d’une photo de groupe thématique, pour créer une pause qui fera du bien.

Célébrez les traditions

Les membres de votre équipe proviennent d’horizons variés, célèbrent toutes sortes de traditions… et cette période est le moment parfait pour souligner une telle diversité! Demandez à vos employés de présenter leurs traditions, puis tâchez de les intégrer à vos célébrations. Vous offrirez à tout le monde une expérience des Fêtes et un environnement de travail plus inclusifs.

Organisez une fête à leur image

En tant que dirigeant, vous pouvez bien décider de la forme que prendra votre fête d’employés, mais tenez-vous compte de ce qu’eux désirent? Rêvent-ils de bonne bouffe? De jeux ou d’une journée paisible loin du bureau? Prenez le temps d’en discuter avec eux. Ils seront heureux d’être consultés et la fête sera beaucoup mieux accueillie.

 

Manifestez votre reconnaissance à vos employés en appliquant ces quelques stratégies et vous renforcerez vos liens avec eux. Mieux : vous mettrez la table pour une prochaine année remplie de succès.

Commencer à planifier la relève

Alors que de nombreux baby-boomers se dirigent vers la retraite, les employeurs ont intérêt à commencer à planifier la relève pour diminuer l’écart des savoirs et éviter toute interruption des activités. Nous vous donnons trois stratégies pour vous aider à préparer votre organisation à ces départs.

Tandis que les baby-boomers commencent à rêver à leur retraite, les employeurs doivent trouver des moyens de réduire l’écart des savoirs et des compétences qu’entraînera leur départ. Pour faciliter le transfert et la continuité des connaissances au sein de votre organisation, identifiez et formez dès à présent vos prochains leaders. Les stratégies suivantes vous aideront à prendre une longueur d’avance.

Soyez proactif

Il vaut mieux vous y prendre tôt. Pour repérer les écarts de compétences possibles, vous devez engager une discussion avec les employés approchant de la retraite. Intégrez cette conversation à l’évaluation annuelle, et prenez note d’assurer un suivi auprès des employés qui n’ont pas encore fixé leur plan de retraite.

Trouvez les successeurs

Tenez compte de la taille de votre entreprise au moment d’établir votre stratégie de planification de la relève. Les plus grandes entreprises peuvent trouver des successeurs à même leur bassin de talents, mais les PME ne disposent pas toujours d’un aussi grand éventail de candidats, et risquent donc de souffrir davantage du départ d’employés.

Regardez à l’interne

Plutôt que de fonder votre choix simplement sur l’ancienneté, tenez compte des ambitions, des objectifs et des projets des employés. Vous vous assurerez ainsi de choisir un professionnel qui veut rester et croître dans l’organisation. En intégrant des outils d’évaluation de la personnalité et des objectifs professionnels à votre processus de gestion des talents, vous pourrez mieux repérer les compétences générales et les traits de personnalité, autrement difficiles à déceler, qui sont un gage d’excellence.

Tournez-vous vers l’extérieur

Selon le nombre et l’expérience de vos candidats potentiels, vous n’aurez peut-être pas la possibilité de promouvoir quelqu’un à l’interne. Votre personnel n’est peut-être pas prêt à assumer un rôle de direction, ou vous n’avez peut-être pas eu le temps de former vos prochains leaders. Pour trouver un successeur à l’externe, privilégiez les candidats provenant d’un secteur et d’une entreprise similaires. L’adaptation du nouvel employé s’en trouvera facilitée, et vous diminuerez au minimum les perturbations pour les employés existants.

Perfectionnez vos leaders potentiels

Une fois le candidat trouvé, il est temps de le préparer à son prochain rôle. Prévoyez une période de formation réaliste auprès de l’employé qu’il remplacera, afin d’assurer une transition en douceur pour toute l’organisation.

Faites un inventaire des compétences

Commencez par définir des descriptions d’emploi détaillées et des listes de compétences pour tous les postes occupés par des employés approchant la retraite. Tenez compte de l’éventail de compétences générales et spécialisées et de traits de personnalité qui ont contribué au succès de l’employé. Essayez aussi de prévoir les compétences qui seront utiles à l’organisation selon ses perspectives de développement. Vous aurez ainsi une vision plus réaliste de la formation nécessaire pour préparer le successeur.

Investissez dans des outils de perfectionnement professionnel

Le perfectionnement des employés constitue un investissement. Votre organisation devrait donc être prête à investir dans les outils nécessaires, comme de la formation et des cours en ligne, pour aider ses candidats à atteindre leur plein potentiel. Comparez leurs compétences actuelles à la liste des aptitudes des employés partant à la retraite pour établir un plan de formation.

Créez un programme de mentorat

La formation permet l’acquisition de compétences, mais elle ne suffira peut-être pas à assurer le transfert des connaissances liées à l’emploi. Un programme de mentorat donnera à l’employé partant à la retraite l’occasion de transmettre directement ses connaissances à son successeur. En plus, ce dernier pourra bénéficier d’une rétroaction sur ses compétences professionnelles et interpersonnelles, ce qui renforcera sa confiance et favorisa sa réussite dans ses nouvelles fonctions.

Sans une stratégie de planification de la relève et de transfert des connaissances, votre entreprise s’expose à la perte de savoirs critiques, ce qui pourrait compromettre ses activités courantes et nuire à son succès global. Vous avez besoin de plus de conseils sur la planification de la relève ou d’un coup de main pour trouver un successeur? Communiquez avec votre succursale Adecco dès aujourd’hui!

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.

Les tendances salariales en 2019

Employeurs, c’est le moment de penser à vos échelles salariales pour 2019. Pour attirer et mettre la main sur les meilleurs candidats tout en restant compétitif dans votre marché, vous devez savoir comment évoluent les salaires dans votre secteur. Pour vous aider à vous positionner, Adecco dresse chaque année un portrait exhaustif des tendances dans son Guide salarial, qui contient les salaires de référence pour plus de 150 postes.

Lorsqu’on établit la rémunération de sa main-d’œuvre, il est important de prendre en considération les tendances générales du marché du travail et la compétitivité de votre entreprise. En étant à l’affût des tendances – que ce soit les répercussions de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada récemment négocié ou les tendances provinciales et sectorielles causées par divers facteurs économiques –, vous serez mieux à même de prédire comment rester compétitif dans un marché favorable aux candidats.

Dans cet article, nous recensons les grandes tendances salariales pour 2019, marquées par une hausse moyenne de 2,6 % selon l’enquête annuelle sur les tendances en ressources humaines de Morneau Shepell. Ce taux correspond d’ailleurs à celui de 2018 ainsi qu’au taux d’inflation.

Un marché de candidats

Malgré une légère hausse du taux de chômage national en 2018, qui est passé à 6 %, le marché du travail demeure favorable aux candidats. À la fin du deuxième trimestre, il y avait 547 300 postes vacants au Canada, soit 87 100 de plus (18,9 %) que l’année dernière. Face à la pénurie de candidats, les entreprises se font de plus en plus concurrence pour attirer et retenir les employés performants. Pour rester compétitifs dans ce contexte, les employeurs doivent revoir leurs stratégies de rémunération.

Rémunération : une notion qui s’élargit

La rémunération continue d’évoluer sous l’effet de la forte concurrence sur le marché du travail. Autrefois, elle se résumait au salaire, à l’indemnité de vacances, aux avantages sociaux et aux cotisations au régime de retraite. Aujourd’hui, les employeurs ayant peu de marge de manœuvre dans leur budget doivent se montrer créatifs pour attirer les meilleurs candidats, à coup d’avantages et d’incitatifs : horaires de travail flexibles, télétravail, programmes de mieux-être au travail, possibilités d’avancement, partage des bénéfices… Autrement dit, offrir un équilibre vie-travail intéressant, c’est aussi une stratégie de rémunération économique et efficace.

Tendances provinciales

C’est en Colombie-Britannique (2,8 %) et en Alberta (2,7 %) que les salaires devraient le plus augmenter. Suit le Québec à 2,6 %, tout près de la moyenne nationale. L’Ontario affiche un léger recul par rapport à celle-ci, à 2,5 %, possiblement en raison de la modification apportée au projet de loi no 148 par le premier ministre Doug Ford, qui gèle le salaire minimum à 14 $ jusqu’en 2020. Dans les autres provinces, les augmentations varient de 2,0 % à 2,6 % : Terre-Neuve (2,0 %), Manitoba (2,3 %), Nouveau-Brunswick (2,3 %), Saskatchewan (2,6 %) et Nouvelle-Écosse (2,6 %).

Tendances sectorielles

Si les employeurs affirment prévoir augmenter en moyenne leurs salaires de 1,9 %, les tendances varient d’un secteur à l’autre. Parmi ceux où la hausse sera la plus marquée, on retrouve l’immobilier et la location (3,8 %), suivis de près par les services professionnels, scientifiques et techniques (3 %), l’enseignement (3 %) et l’administration publique (2,8 %). Il s’agit ici de rattrapage toutefois, la hausse dans ces secteurs ayant tiré de l’arrière par rapport à la moyenne dans les dernières années. La finance et l’assurance, le secteur manufacturier et le commerce de détail devraient pour leur part connaître une hausse stable (2,7 %). Sous la moyenne se trouvent l’industrie culturelle (1,5 %), la santé et l’assistance sociale (1,7 %), et les arts, spectacles et loisirs (2,1 %).

Vous voulez rester à l’affût des tendances salariales? Consultez le Guide salarial 2019 d’Adecco. Vous y trouverez les salaires de référence répartis par province pour plus de 150 postes, un excellent point de départ pour vous situer par rapport aux autres entreprises de votre secteur. Cliquez ici pour demander votre exemplaire numérique gratuit.

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.

 

Conseils pour négocier le salaire de votre prochain emploi

Tout le monde a un salaire idéal en tête en commençant sa recherche d’emploi, mais votre expérience, votre poste et votre emplacement justifient-ils ce chiffre? Ce n’est pas toujours facile de trouver un juste milieu entre le salaire désiré et le budget de votre employeur. Alors, comment pouvez-vous vous assurer que votre emploi de rêve s’accompagne d’une rémunération concurrentielle? Notre guide de négociation d’un juste salaire vous donne quelques pistes.

Le processus d’entrevue est stressant, mais si vous avez réussi à faire bonne impression sur le service des RH, vous n’avez fait que la moitié du chemin. Après tout, à quoi bon obtenir l’emploi si votre nouveau rôle et vos nouvelles responsabilités ne s’accompagnent pas d’une rémunération juste? Les conseils qui suivent vous aideront à négocier un salaire à la hauteur de votre emploi de rêve.

Les faits en disent long

Pour être rémunéré à votre juste valeur, vous devez la connaître. Avoir un chiffre en tête ne suffit pas : justifiez-le en vous informant des échelles salariales dans votre marché.

Des sites comme Payscale.com, Glassdoor et le Guichet-Emplois du gouvernement du Canada vous donneront les échelles salariales d’emplois en fonction de l’expérience et de l’emplacement, en détaillant souvent les données d’entreprises similaires. Vous aurez ainsi une meilleure compréhension des normes de votre secteur. Le salaire n’est d’ailleurs pas seulement fonction du secteur et de l’expérience, mais aussi de la taille de l’entreprise et de la région d’emploi. Assurez-vous donc de consulter l’information qui correspond aux caractéristiques du poste.

Auto-évaluation

Évaluez d’un œil critique vos compétences, votre expérience et votre valeur par rapport aux autres candidats. En ayant une meilleure idée de votre position – au-dessus de la moyenne, égale à la moyenne ou en développement –, vous pourrez établir des attentes plus réalistes.

Consultez notre Guide salarial pour connaître les échelles salariales pour votre emploi, votre expérience, la taille de votre entreprise et votre emplacement.

Place à la négociation

Armé d’une auto-évaluation honnête et de données fiables sur les salaires dans votre secteur et votre région, vous êtes prêt à négocier un salaire reflétant votre valeur. Il est peu probable que vous perdiez une offre en demandant un salaire supérieur, mais si vous ne pouvez absolument pas courir ce risque, attendez que l’employeur aborde la question du salaire avant de renchérir délicatement.

Faites preuve de flexibilité

D’autres modes de rémunération peuvent vous servir de monnaie d’échange, comme une prime d’embauche, des congés, la possibilité de travail à domicile ou des évaluations semestrielles. Non seulement pourrez-vous ainsi établir un régime de rémunération plus avantageux et mieux adapté à votre mode de vie, mais vous démontrerez à votre futur employeur votre flexibilité.

Vous redoutez toujours la réaction de votre employeur potentiel? Réaffirmez à quel point le poste et l’entreprise vous enthousiasment à l’aide de phrases comme « J’ai très hâte de travailler ici » ou « Je vous remercie de votre offre ». Invitez ensuite l’employeur à considérer un salaire supérieur en vous appuyant sur vos compétences et votre expérience, ou sur les données du secteur.

Si vous recevez pour réponse un long silence ou une riposte en règle, ne la laissez pas ébranler votre confiance et votre enthousiasme! Selon une analyse de Salary.com, le fait d’éviter les négociations salariales peut coûter cher aux employés tout au long de leur carrière. Ce qui soulève la question à un million de dollars : accepterez-vous une rémunération inférieure à votre valeur?

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Trouvez et postulez votre emploi de rêve, ou obtenez des conseils de carrière de nos experts.

La fabrication additive : un écart de compétences grandissant

La fabrication additive (FA) favorisera l’innovation, offrira des avantages financiers et représentera des gains en efficacité dans toutes les sphères de l’ingénierie. Or, malgré ce potentiel extraordinaire, l’écart de compétences dans le secteur de la FA – et, de façon plus générale, dans celui des STIM – menace la compétitivité des entreprises canadiennes sur le marché mondial.

On inclut dans le secteur de la fabrication additive les technologies permettant la création d’objets en superposant de nombreuses couches de matière, notamment l’impression 3D, le prototypage rapide, la fabrication numérique directe et la fabrication par couches. De plus en plus populaire dans le domaine de l’ingénierie, la FA est un procédé moins cher, qui génère peu de déchets et qui permet aux concepteurs d’avoir un meilleur contrôle sur la fabrication de composants.

La FA s’impose graduellement dans les processus de fabrication. Il deviendra donc essentiel pour les entreprises canadiennes d’apprendre et d’adopter ces technologies si elles veulent garder leur pertinence et demeurer concurrentielles à l’échelle mondiale.

Faire sa place sur la scène mondiale

Le gouvernement fédéral a déjà pris des mesures pour faire la promotion de la FA dans le marché canadien. En effet, au cours des derniers mois, il a investi des millions de dollars dans des installations de fabrication additive, créant ainsi plus d’emplois pour les Canadiens tout en préservant la compétitivité du pays.

En mai 2018, on a annoncé un investissement de 14 millions de dollars d’Ottawa et une subvention de 7 millions de dollars du gouvernement de l’Ontario à Burloak Technologies, une entreprise de fabrication de pointe. Ces sommes l’aideront à devenir un chef de file mondial de la FA. De la même façon, l’annonce d’une aide de 21,1 millions de dollars du gouvernement fédéral et de 9,4 millions de dollars du gouvernement du Québec à TEKNA Systèmes Plasma inc. permettra à l’entreprise d’accroître sa capacité de production et de demeurer concurrentielle sur la scène internationale. Ces deux projets créeront respectivement 295 et 170 emplois pour des Canadiens, et contribueront à la promotion de la FA au sein de l’industrie.

Combler l’écart de compétences

Pour que les entreprises demeurent concurrentielles dans leur domaine, elles doivent revoir la structure de leurs effectifs afin de tirer profit des nouvelles technologies. Malheureusement, plus le secteur de la FA prend de l’expansion, plus la lutte pour les talents est féroce. Face à la pénurie de candidats, combinée à des technologies, à des matériaux et à des méthodes en constante évolution, les employeurs sont confrontés à un écart de compétences grandissant.

Pour le combler, les entreprises doivent mettre l’accent sur la promotion : louanger les avantages de la FA attirera l’attention sur le secteur lui-même et sur les compétences requises pour y travailler. Voici d’autres moyens pour dénicher et développer les talents nécessaires pour tirer pleinement parti de la FA :

La formation et le recyclage professionnel – La promotion à l’interne peut être une bonne façon de motiver les troupes et d’améliorer votre culture d’entreprise. Songez à offrir à vos employés des programmes de formation en ligne ou une aide financière pour qu’ils puissent approfondir leur connaissance des technologies de fabrication additive.

Les initiatives pédagogiques – Votre entreprise pourrait faire la promotion du domaine des STIM auprès des jeunes en visitant des écoles primaires et secondaires. Vous encourageriez du coup la prochaine génération de travailleurs à faire carrière dans le secteur des FA.

Les stages – Il y a de nombreux avantages à ce qu’un employeur s’associe à un établissement postsecondaire pour offrir aux étudiants ou aux diplômés des stages dans le domaine des STIM. Il s’agit d’un excellent moyen de tisser des liens avec les établissements d’enseignement et les étudiants dans ces secteurs. Votre investissement dans la formation de candidats employables rapportera gros, car vous vous assurerez un afflux de nouveaux talents.

Alors que la fabrication additive continue de transformer plusieurs industries, le manque de candidats qualifiés dans ce secteur met en lumière l’importance de l’éducation, de la formation et de l’acquisition de compétences. Vous voulez faire partie de la révolution et travailler dans le domaine des STIM? Communiquez avec votre succursale Adecco dès aujourd’hui!

Le blogue Lēad est une publication d’Adecco Canada. Embauchez l’équipe parfaite ou obtenez des conseils de recrutement de nos experts.